Actualités

De Brigitte Bardot à Hind Tazi : les femmes face au cancer.

03 octobre 2019 à 12h54 Par Hanan Zahouani
Depuis 1994 en France, Octobre Rose est une campagne annuelle qui permet de sensibiliser le grand public au dépistage du cancer du sein et de récolter des fonds pour la recherche médicale et scientifique. Parler Femmes, l'émission des femmes de France et d'Ailleurs de France Maghreb 2, consacre son dossier de la semaine à la lutte contre les tabous liés au cancer. De Brigitte Bardot à Hind Tazi : le cancer de la femme est-il encore tabou en France et au Maghreb ?

" C'est resté secret jusqu'au jour où le mal a été derrière moi ", expliquait Brigitte Bardot dans Paris Match.  Et pourtant ! Le mot cancer tonne dans la vie d’une femme comme tonnent le bruit du tonnerre, celui du volcan et du canon. Seules dans la semi-pénombre, allongées sur le matelas recouvert de papier, face au docteur ou au miroir, les larmes, parfois retenues ou irrépressibles et continues, coulent. À courts de ressources, le corps, Protecteur, avertit d’abord.

 

« Je n'ai pas paniqué, pensant que je vaincrais, que je n'allais pas mourir. »

_ Brigitte Bardot

 

« Victime(s) » d’un cancer titre encore les médias. Expression allègrement intégrée dans l’imaginaire collectif. Le cancer ne sonne pas le glas. Il sonne le plus souvent une (re)naissance face à ce combat. Atteintes d’une maladie, elles se battent en silence ou dévoilées et parées de leur crâne fier et assumé. Lorsqu'elle avait 49 ans, celle qui se consacre à la lutte pour les animaux, a été atteinte d’un cancer du sein.

17660599.jpg (50 KB)

 

Selon l’Institut national du cancer (INCa), on estime à près de 180 000 le nombre de nouveaux cas chez la femme pour l'année 2018 en France métropolitaine. Le Maroc, quant à lui, diagnostique 40 000 nouveaux cas chaque année. Depuis 30 ans, le nombre global de nouveaux cas de cancer dans le monde augmente chaque année. Le maintien ou l’augmentation de certains comportements à risque dans la population favorise cette tendance. Depuis que le tabagisme s’installe dans les habitudes des femmes, les chiffres du cancer du poumon chez les femmes augmentent pour exemple. Le cancer bien plus répandu chez les hommes souffre cependant d’une différence de perception de genres. Comment expliquer cette différence de perceptions et lutter contre ?

Mounia Felliachi, blogueuse sur  "Le Chat Glouton" et le Plus du Nouvel Observateur, décrypte des sujets de société et politique comme l'économie, le féminisme, l'antiracisme et l'engagement militant associatif et/ou politique. Dans une interview accordée à Parler Femmes, elle met en exergue la charge mentale qui repose sur la femme.

« Cela prouve encore une fois que la charge mentale repose sur la femme ; que cela soient pour les tâches domestiques ou notre condition physique. Dans les deux cas, nous n’avons pas le droit d’être malades car en plus cela abîme notre apparence et notre condition physique. »

Mounia Felliachi dénonce des chiffres alarmants sur les femmes quittées par leur conjoint à l’annonce de leur maladie. Et en effet, le phénomème est mondial et n'épargne aucune société. "Les femmes sont beaucoup plus exposées à la maladie et au manque d’argent dans le cadre du couple quand pour les hommes, c’est l’exact contraire", ajoutet-elle en se référant à la notion du Sacrifice Féminin développé dans l’article Egalitaria Comment le sacrifice des femmes profite aux hommes ? .

Aujourd'hui complètement guérie, Brigitte Bardot a tourné la page de ces années secrètement difficiles. Elle garde face au cancer un sentiment de mépris. De cette épreuve, elle a reçu la solitude exacerbée en héritage. Si elle a toujours souhaité cacher sa maladie, la personnalité publique a réussi à en parler après sa rémission complète. Aujourd’hui, les personnalités publiques prennent le devant de la scène et font de leur « coming-out » (annonce au grand public) un outil de sensibilisation et de prévention. Les conséquences n'étaient pas uniquement négatives, nous raconte, Géraldine Dormoy, journaliste à L'Express et auteure du blog Café Mode.

 « Allongée sur la banquette, en train de me faire soigner, j'ai ressenti physiquement l'éloignement des micro-problèmes de ma vie quotidienne, comme des murs qu'on repousse avec les mains. Soudain, plus grand chose n'avait d'importance. Même l'éventualité de perdre mes cheveux me paraissait mineure. S'il fallait en passer par là pour pouvoir continuer à vivre aux côtés de Mark et de mon fils Gustave, j'étais prête. » 

De l’autre côté de la méditerranée, Hind Tazi, manager et épouse du chanteur marocain contemporain Hatim Ammor, époustoufle le monde artistique. Si les mots sont importants, une photo en dit plus qu’un long discours. De passage à Paris, la manager se confie sur sa page instagram.

68805160_999256313750076_5003528478751743039_n_002.jpg (68 KB) 

 

La lutte contre le cancer est un champ de bataille, il faut se battre pour gagner ! Et pour gagner, il faut être doté d'une armée de courage, une armure d'espoir et de foi ✌😊
#cancersurvivors #الحمد_لله #paris

Et si la lutte contre les tabous liés aux maladies du cancer chez la femme était d'abord une question de #positiveattitude ?