Actus people

Benjamin Castaldi : cette petite pique adressée à Laurent Ruquier, défendu par Steevy Boulay

Alors que Steevy Boulay a rejoint en début de semaine l'équipe de Touche pas à mon poste, il était invité ce jeudi dans le spin-off de l'émission, Le 6 à 7 avec Casta. Interrogé sur les animateurs télévisés qui l'ont marqué ces 20 dernières années, l'ancien lofteur a bien évidemment mentionné son vieil ami, Laurent Ruquier. Une opinion qui ne semblait pas réellement partagée par Benjamin Castaldi, qui a demandé à son invité si le chef de troupe des Grosses Têtes était réellement animateur. Pour Steevy Boulay, la réponse est claire : "Il y a des présentateurs. Quelqu'un qui lit bêtement son prompteur. Et tu as un animateur, ça veut dire qu'il écoute ses intervenants et qu'il sait rebondir sur ce que peuvent dire les intervenants. Et Laurent pour ça, il est animateur et pas présentateur." "Il est beaucoup au prompteur, Laurent", rétorque Benjamin Castaldi. "Juste pour la promotion et présenter les invités", répond Steevy Boulay. Bien décidé à défendre celui qui lui a ouvert les portes de plusieurs émissions, le chroniqueur a alors vanté l'esprit cultivé de Laurent Ruquier, soulignant qu'il lisait tous les livres dont il parlait dans ses émissions, "contrairement à plein d'autres". Encore une fois, l'ancien lofteur a fait chou blanc dans son entreprise de convaincre Benjamin Castaldi, qui a simplement lancé : "Sauf le mien, il n'avait pas lu le mien. Mais les autres, il les lit !"Steevy Boulay ne "veut plus entendre parler" de LoanaInvité sur Non Stop People début avril, Steevy Boulay n'avait pas caché sa lassitude sur le sujet Loana. "Moi, c'est terminé. Je ne veux plus entendre parler de cette fille. Quand vous tendez la main à quelqu'un trois fois et qu'elle ne vous répond même pas, le b.a-ba de la politesse c'est au moins de dire : 'Merci Steevy, mais non'. L'ignorance, c'est quelque chose de terrible. Une fois, deux fois, trois fois, ça ne passe pas", avait lâché l'ancien lofteur. Ce dernier n'avait d'ailleurs pas eu l'occasion de la croiser lors de la réunion des candidats du Loft 20 ans après, qui s'est tenue le 8 avril. En effet, Loana était absente pour des soucis de santé. Benjamin Castaldi © C8 Steevy Boulay © C8 Steevy Boulay © C8 Steevy Boulay © C8 Laurent Ruquier © Jack Tribeca Benjamin Castaldi © C8 Steevy Boulay © C8 Steevy Boulay © C8 Steevy Boulay © C8 Benjamin Castaldi © C8 Laurent Ruquier © Jack Tribeca Laurent Ruquier © Jack Tribeca 15 avril 2021

"Un vautour de l'islamogauchisme" : Jean Messiha charge violemment Gilles Verdez à propos de la polémique Evian

La polémique Evian continue à faire couler beaucoup d'eau... Mercredi 14 avril, sur le plateau de Touche pas à mon poste, Gilles Verdez s'en était pris à la célèbre marque coupable, selon lui, "d'islamophobie commerciale". La raison de ce courroux : un message posté par Evian sur son compte Twitter dans lequel la marque demande à ses abonnés s'ils ont bien bu un litre d'eau aujourd'hui. Problème, pour Gilles Verdez, ce message a été posté alors que le ramadan venait de débuter et que des millions de musulmans n'ont pas le droit de boire du lever au coucher du soleil.Depuis sa diatribe contre Evian sur le plateau de TPMP, Gilles Verdez a été la cible de plusieurs messages haineux sur les réseaux sociaux, venant à la fois de l'extrême droite mais aussi de la communauté musulmane qui se désolait que le chroniqueur ait parlé à sa place. Ce jeudi 15 avril, c'est Jean Messiha qui était l'invité de Cyril Hanouna pour revenir sur cette polémique. L'ancien membre du Rassemblement National, habitué de Touche pas à mon poste, n'a, lui non plus, pas été tendre avec Gilles Verdez : "Gilles Verdez est un vautour de l'islamogauchisme. Dès qu'il voit un truc qu'il peut exploiter pour montrer sa solidarité avec la racaillosphère et l'islamosphère, il fonce dessus pour s'envoler avec".Gilles Verdez maintient sa version : le tweet d'Evian est "une provocation"Certains des collègues de Gilles Verdez ont ensuite critiqué la prise de position de leur ami. Benjamin Castaldi s'est, par exemple, désolé que l'avis de Gilles Verdez ait bénéficié, non pas aux musulmans de France, mais à l'extrême-droite : "Tu as créé un problème qui n'existait pas". De son coté, l'ancien journaliste a réaffirmé que le tweet d'Evian était, selon lui, une grave erreur, "une provocation" et "une volonté de provoquer". Invitée également sur le plateau, pour un autre sujet, Marlène Schiappa a, quant à elle, évoqué "l'escalade sur les réseaux sociaux". Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 La polémique Evian continue à faire couler beaucoup d'eau... Mercredi 14 avril, sur le plateau de Touche pas à mon poste, Gilles Verdez s'en était pris à la célèbre marque coupable, selon lui, "d'islamophobie commerciale". La raison de ce courroux : un message posté par Evian sur son compte Twitter dans lequel la marque demande à ses abonnés s'ils ont bien bu un litre d'eau aujourd'hui. Problème, pour Gilles Verdez, ce message a été posté alors que le ramadan venait de débuter et que des millions de musulmans n'ont pas le droit de boire du lever au coucher du soleil.Depuis sa diatribe contre Evian sur le plateau de TPMP, Gilles Verdez a été la cible de plusieurs messages haineux sur les réseaux sociaux, venant à la fois de l'extrême droite mais aussi de la communauté musulmane qui se désolait que le chroniqueur ait parlé à sa place. Ce jeudi 15 avril, c'est Jean Messiha qui était l'invité de Cyril Hanouna pour revenir sur cette polémique. L'ancien membre du Rassemblement National, habitué de Touche pas à mon poste, n'a, lui non plus, pas été tendre avec Gilles Verdez : "Gilles Verdez est un vautour de l'islamogauchisme. Dès qu'il voit un truc qu'il peut exploiter pour montrer sa solidarité avec la racaillosphère et l'islamosphère, il fonce dessus pour s'envoler avec".Gilles Verdez maintient sa version : le tweet d'Evian est "une provocation"Certains des collègues de Gilles Verdez ont ensuite critiqué la prise de position de leur ami. Benjamin Castaldi s'est, par exemple, désolé que l'avis de Gilles Verdez ait bénéficié, non pas aux musulmans de France, mais à l'extrême-droite : "Tu as créé un problème qui n'existait pas". De son coté, l'ancien journaliste a réaffirmé que le tweet d'Evian était, selon lui, une grave erreur, "une provocation" et "une volonté de provoquer". Invitée également sur le plateau, pour un autre sujet, Marlène Schiappa a, quant à elle, évoqué "l'escalade sur les réseaux sociaux". Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8 Jean Messiha face à Gilles Verdez, sur le plateau de TPMP, jeudi 15 avril © Capture C8
15 avril 2021

Marlène Schiappa : ces stratégies qu'elle montait enfant, avec sa soeur, pour éviter les harceleurs

Marlène Schiappa oeuvre activement contre harcèlement de rue. De passage sur le plateau de TPMP, ce jeudi 15 avril, la ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur et chargée de la Citoyenneté, est venue présenter son tout nouveau dispositif visant à lutter contre les harceleurs en créant des "quartiers sans relous". Cela se matéralisera par la mise en place d'un baromètre ayant pour but de mesurer l'ampleur du harcèlement de rue, et ainsi, d'identifier des "zones rouges". Une fois ces fameuses zones cartographiées, des actions pourront être mises en place, comme par exemple l'intervention surprise de policiers en civil.Si cette cause lui tient autant à coeur, c'est aussi parce que Marlène Schiappa a été victime à plusieurs reprises de harcèlement de rue et ce depuis son enfance : "Moi j'ai grandi dans une cité sur le bord du périphérique et avec ma soeur très clairement on devait fomenter des stratégies d'évitement avant de sortir" a expliqué la femme politique de 38 ans avant de poursuivre : "On regardait par la fenêtre on disait 'y'a la bande qui est là, là y'a un type qui est là donc là on fait comme si on entendait pas, là on avance etc". Une situation inadmissible pour la mère de famille qui entend bien tenter d'y mettre fin une bonne fois pour toute grâce à ces nouvelles mesures."J'ai eu la peur de ma vie"@MarleneSchiappa raconte le jour où elle a été suivie par un homme dans la rue ! #TPMP pic.twitter.com/rreHO6OREd— TPMP (@TPMP) April 15, 2021 Marlène Schiappa : "J'ai eu la peur de ma vie"Alors qu'elle était questionnée par Jean Messiha sur les profils de ces fameux "relous", Marlène Schiappa a fait comprendre qu'il pouvait s'agir de n'importe qui, en racontant une seconde malheureuse expérience à laquelle elle a été confrontée récemment : "J'ai été suivie dans un train par un type qui était bien sous tous rapports, à la gare Montparnasse, qui était en costume cravate avec une petite malette et un gobelet Starbucks et qui m'a suivi, j'ai eu la peur de ma vie, je m'en suis sortie je ne sais pas comment" a-t-elle relaté avant de conclure : "Je crois qu'avoir un costard et habiter dans le 16e ça ne garantit pas que vous n'allez pas avoir à faire à un harceleur". Marlène Schiappa © C8 Marlène Schiappa © C8 Marlène Schiappa © C8 Marlène Schiappa © C8 Marlène Schiappa © C8 Marlène Schiappa © Stephane Lemouton Marlène Schiappa © Bruno Bebert Marlène Schiappa © Agence Marlène Schiappa © Panoramic Marlène Schiappa © Michael Baucher / Panoramic / Bestimage Marlène Schiappa © JB Autissier Marlène Schiappa © Gwendoline Le Goff Marlène Schiappa oeuvre activement contre harcèlement de rue. De passage sur le plateau de TPMP, ce jeudi 15 avril, la ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur et chargée de la Citoyenneté, est venue présenter son tout nouveau dispositif visant à lutter contre les harceleurs en créant des "quartiers sans relous". Cela se matéralisera par la mise en place d'un baromètre ayant pour but de mesurer l'ampleur du harcèlement de rue, et ainsi, d'identifier des "zones rouges". Une fois ces fameuses zones cartographiées, des actions pourront être mises en place, comme par exemple l'intervention surprise de policiers en civil.Si cette cause lui tient autant à coeur, c'est aussi parce que Marlène Schiappa a été victime à plusieurs reprises de harcèlement de rue et ce depuis son enfance : "Moi j'ai grandi dans une cité sur le bord du périphérique et avec ma soeur très clairement on devait fomenter des stratégies d'évitement avant de sortir" a expliqué la femme politique de 38 ans avant de poursuivre : "On regardait par la fenêtre on disait 'y'a la bande qui est là, là y'a un type qui est là donc là on fait comme si on entendait pas, là on avance etc". Une situation inadmissible pour la mère de famille qui entend bien tenter d'y mettre fin une bonne fois pour toute grâce à ces nouvelles mesures."J'ai eu la peur de ma vie"@MarleneSchiappa raconte le jour où elle a été suivie par un homme dans la rue ! #TPMP pic.twitter.com/rreHO6OREd— TPMP (@TPMP) April 15, 2021 Marlène Schiappa : "J'ai eu la peur de ma vie"Alors qu'elle était questionnée par Jean Messiha sur les profils de ces fameux "relous", Marlène Schiappa a fait comprendre qu'il pouvait s'agir de n'importe qui, en racontant une seconde malheureuse expérience à laquelle elle a été confrontée récemment : "J'ai été suivie dans un train par un type qui était bien sous tous rapports, à la gare Montparnasse, qui était en costume cravate avec une petite malette et un gobelet Starbucks et qui m'a suivi, j'ai eu la peur de ma vie, je m'en suis sortie je ne sais pas comment" a-t-elle relaté avant de conclure : "Je crois qu'avoir un costard et habiter dans le 16e ça ne garantit pas que vous n'allez pas avoir à faire à un harceleur". Marlène Schiappa © C8 Marlène Schiappa © C8 Marlène Schiappa © C8 Marlène Schiappa © C8 Marlène Schiappa © C8 Marlène Schiappa © Stephane Lemouton Marlène Schiappa © Bruno Bebert Marlène Schiappa © Agence Marlène Schiappa © Panoramic Marlène Schiappa © Michael Baucher / Panoramic / Bestimage Marlène Schiappa © JB Autissier Marlène Schiappa © Gwendoline Le Goff
15 avril 2021

Obsèques du prince Philip : les princes Harry et William ne marcheront pas à côté l'un de l'autre

Samedi 17 avril à 15 heures, débuteront les funérailles du prince Philip, décédé le 9 avril à l'âge de 99 ans. Covid oblige, la cérémonie se déroulera en comité restreint, et seule la famille proche du duc d'Edimbourg sera présente. Parmi les invités, on compte évidemment le prince William et le prince Harry, qui ne marcheront pas l'un à côté de l'autre lors de la procession funéraire, d'après les dernières informations détaillées par le palais ce jeudi. En effet, les deux frères seront séparés par leur cousin Peter Phillips, le fils de la princesse Anne, qui se tiendra au milieu. Lors de la seconde procession à l'intérieur de la chapelle Saint-George, le prince William se tiendra aux côtés de son cousin, tandis que le prince Harry marchera derrière avec David Armstrong-Jones, le fils de la princesse Margaret. "Il s'agit d'un changement pour des raisons pratiques, plutôt que pour envoyer un signal", a précisé un porte-parole de Buckingham Palace avant d'ajouter : "Il s'agit d'un enterrement et nous n'allons pas nous laisser entraîner dans des perceptions de drame. Les arrangements ont été convenus et représentent les souhaits de Sa Majesté." En raison des nombreux bouleversements qui ont eu lieu ces derniers mois au sein de la famille royale, parmi lesquels le départ de Meghan et Harry en Californie, puis leur interview choc avec Oprah Winfrey, cette réunion familiale - la première en un an - sera sans aucun doute décryptée par les médias du monde entier, bien que Meghan Markle manque à l'appel. En effet, la duchesse de Sussex, enceinte de son deuxième enfant, a été invitée par ses médecins à ne pas prendre l'avion.Obsèques du prince Philip : une cérémonie régie par le CovidEn plus d'un nombre d'invités limités, ces derniers devront tous porter un masque et se tenir à deux mètres les uns des autres dans la chapelle, a fait savoir Buckingham Palace. Le palais a également invité le public à ne pas se rassembler devant les édifices royaux, à Londres ou à Windsor, pour éviter les bains de foule en ces temps troublés. Prince William et prince Harry © AGENCE Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © AGENCE Prince William et prince Harry © Backgrid UK Prince William et prince Harry © Agence Prince Charles, prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry avec Kate Middleton © Agence Prince William et prince Harry avec Kate Middleton © Agence Prince William et prince Harry avec Kate Middleton © AGENCE Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © AGENCE Le prince Philip © AGENCE La reine Elisabeth II d'Angleterre, le prince Philip, duc d'Edimbourg © AGENCE Le prince Philip, duc d'Edimbourg et Catherine Kate Middleton, duchesse de Cambridge © AGENCE Le prince Philip, duc d'Edimbourg et Catherine Kate Middleton, duchesse de Cambridge © AGENCE Prince William et prince Harry © Backgrid UK Samedi 17 avril à 15 heures, débuteront les funérailles du prince Philip, décédé le 9 avril à l'âge de 99 ans. Covid oblige, la cérémonie se déroulera en comité restreint, et seule la famille proche du duc d'Edimbourg sera présente. Parmi les invités, on compte évidemment le prince William et le prince Harry, qui ne marcheront pas l'un à côté de l'autre lors de la procession funéraire, d'après les dernières informations détaillées par le palais ce jeudi. En effet, les deux frères seront séparés par leur cousin Peter Phillips, le fils de la princesse Anne, qui se tiendra au milieu. Lors de la seconde procession à l'intérieur de la chapelle Saint-George, le prince William se tiendra aux côtés de son cousin, tandis que le prince Harry marchera derrière avec David Armstrong-Jones, le fils de la princesse Margaret. "Il s'agit d'un changement pour des raisons pratiques, plutôt que pour envoyer un signal", a précisé un porte-parole de Buckingham Palace avant d'ajouter : "Il s'agit d'un enterrement et nous n'allons pas nous laisser entraîner dans des perceptions de drame. Les arrangements ont été convenus et représentent les souhaits de Sa Majesté." En raison des nombreux bouleversements qui ont eu lieu ces derniers mois au sein de la famille royale, parmi lesquels le départ de Meghan et Harry en Californie, puis leur interview choc avec Oprah Winfrey, cette réunion familiale - la première en un an - sera sans aucun doute décryptée par les médias du monde entier, bien que Meghan Markle manque à l'appel. En effet, la duchesse de Sussex, enceinte de son deuxième enfant, a été invitée par ses médecins à ne pas prendre l'avion.Obsèques du prince Philip : une cérémonie régie par le CovidEn plus d'un nombre d'invités limités, ces derniers devront tous porter un masque et se tenir à deux mètres les uns des autres dans la chapelle, a fait savoir Buckingham Palace. Le palais a également invité le public à ne pas se rassembler devant les édifices royaux, à Londres ou à Windsor, pour éviter les bains de foule en ces temps troublés. Prince William et prince Harry © AGENCE Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © AGENCE Prince William et prince Harry © Backgrid UK Prince William et prince Harry © Agence Prince Charles, prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry avec Kate Middleton © Agence Prince William et prince Harry avec Kate Middleton © Agence Prince William et prince Harry avec Kate Middleton © AGENCE Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © Agence Prince William et prince Harry © AGENCE Le prince Philip © AGENCE La reine Elisabeth II d'Angleterre, le prince Philip, duc d'Edimbourg © AGENCE Le prince Philip, duc d'Edimbourg et Catherine Kate Middleton, duchesse de Cambridge © AGENCE Le prince Philip, duc d'Edimbourg et Catherine Kate Middleton, duchesse de Cambridge © AGENCE Prince William et prince Harry © Backgrid UK
15 avril 2021

Disparition de Delphine Jubillar : cette habitude un peu folle de l'une de ses amies

Cela fait quatre mois, déjà, que Delphine Jubillar n'a pas donné le moindre signe de vie. C'est dans la nuit du 15 au 16 décembre dernier que la jeune infirmière de 33 ans a disparu après avoir vraisemblablement quitté son domicile de Cagnac-les-Mines, dans le Tarn. Depuis cette fameuse nuit, les proches de la maman font tout pour la retrouver et comprendre ce qu'il lui est arrivé. Dans les colonnes de La Dépêche, ce jeudi 15 avril, certaines de ses proches se confient sur le manque de leur amie.Emy est l'une d'entre elles. Chaque jour, elle regarde ses souvenirs avec Delphine Jubillar sur son téléphone portable. Et elle va même plus loin : "Tous les jours je l'appelle. Parfois je lui envoie un SMS, je lui partage une musique sur laquelle on a déliré". Emy et Delphine appartiennent à un groupe de femmes qui se sont rencontrées devant à la sortie de l'école. "On discutait longtemps, on rigolait, on y restait limite jusqu'à midi. Il nous manquait plus que les chaises", s'amusent-elles chez nos confrères de La Dépêche.Disparition de Delphine Jubillar : où en est l'enquête ?Près de quatre mois après la disparition de Delphine Jubillar, l'enquête est toujours au point mort. Son futur ex-mari (le couple était en instance de divorce), Cédric, devait être entendu par la police, ce vendredi 16 avril. Mais cette audition a été repoussée au mois de mai. En attendant, ce sont ses proches qui se démultiplient pour tenter de retrouver la trace de la jeune infirmière. Une quatrième journée de recherches a eu lieu, ce jeudi 15 avril aux alentours du domicile de Delphine Jubillar, à Cagnac-les-Mines. Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture BFMTV Cela fait quatre mois, déjà, que Delphine Jubillar n'a pas donné le moindre signe de vie. C'est dans la nuit du 15 au 16 décembre dernier que la jeune infirmière de 33 ans a disparu après avoir vraisemblablement quitté son domicile de Cagnac-les-Mines, dans le Tarn. Depuis cette fameuse nuit, les proches de la maman font tout pour la retrouver et comprendre ce qu'il lui est arrivé. Dans les colonnes de La Dépêche, ce jeudi 15 avril, certaines de ses proches se confient sur le manque de leur amie.Emy est l'une d'entre elles. Chaque jour, elle regarde ses souvenirs avec Delphine Jubillar sur son téléphone portable. Et elle va même plus loin : "Tous les jours je l'appelle. Parfois je lui envoie un SMS, je lui partage une musique sur laquelle on a déliré". Emy et Delphine appartiennent à un groupe de femmes qui se sont rencontrées devant à la sortie de l'école. "On discutait longtemps, on rigolait, on y restait limite jusqu'à midi. Il nous manquait plus que les chaises", s'amusent-elles chez nos confrères de La Dépêche.Disparition de Delphine Jubillar : où en est l'enquête ?Près de quatre mois après la disparition de Delphine Jubillar, l'enquête est toujours au point mort. Son futur ex-mari (le couple était en instance de divorce), Cédric, devait être entendu par la police, ce vendredi 16 avril. Mais cette audition a été repoussée au mois de mai. En attendant, ce sont ses proches qui se démultiplient pour tenter de retrouver la trace de la jeune infirmière. Une quatrième journée de recherches a eu lieu, ce jeudi 15 avril aux alentours du domicile de Delphine Jubillar, à Cagnac-les-Mines. Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture Facebook Disparition de Delphine Jubillar © Capture BFMTV
15 avril 2021

Cyril Hanouna : ce gros souci oculaire qui inquiète l'animateur

Mais qu'est-il arrivé à Cyril Hanouna ? L'animateur a ressorti ses lunettes de vue ce jeudi 15 avril dans Touche pas à mon poste. Un détail qui n'est pas passé inaperçu et qui a suscité l'interrogation de ses chroniqueurs. Le trublion de C8 a donc tenu à s'expliquer : "Tout ça vient de mon épiderme" a-t-il d'abord lancé avant de raconter avoir fait une mauvaise réaction à une crème pour le visage : "J'ai une crème à la vitamine conseillée par Franck Appietto le président de C8, j'en avais plus pendant un mois donc je la mettais plus et hier soir je me fait un kiff je met la crème, j'avais une peau magnifique et là ce matin je me suis révéillé j'avais les yeux de Castaldi." a-t-il raconté.S'il en rigole, il n'en demeure pas moins très inquiet : "Et donc j'ai dû mettre des lunettes, je suis très inquiet, mes yeux ont été boursouflés" a-t-il poursuivi. "Et vous nous voyez bien ?" lui a lancé une chroniqueuse. "Pour l'instant je vous vois bien mais sans rigoler je suis très très inquiet oculairement" a répondu Cyril Hanouna.Cyril Hanouna pensait avoir fait une allergie au masqueIl y a quelques mois, en janvier dernier, Cyril Hanouna était déjà apparu avec ses lunettes dans Touche pas à mon poste. A l'époque, il pensait avoir fait une allergie aux masques chrirugicaux : "J'ai mal aux yeux. Il paraît que c'est à cause du masque, parce que je porte le masque toute la journée, et que ça remonte dans les yeux et que ça me fait des allergies" avait-il fait savoir. Il semblerait donc que le problème soit en réalité tout autre. Une chose est sûre, le présentateur ne manquera pas de donner de ses nouvelles à ses fidèles fanzouzes. Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © Jack Tribeca Cyril Hanouna © Jack Tribeca Cyril Hanouna © Jack Tribeca Cyril Hanouna © Jack Tribeca Cyril Hanouna © Jack Tribeca Mais qu'est-il arrivé à Cyril Hanouna ? L'animateur a ressorti ses lunettes de vue ce jeudi 15 avril dans Touche pas à mon poste. Un détail qui n'est pas passé inaperçu et qui a suscité l'interrogation de ses chroniqueurs. Le trublion de C8 a donc tenu à s'expliquer : "Tout ça vient de mon épiderme" a-t-il d'abord lancé avant de raconter avoir fait une mauvaise réaction à une crème pour le visage : "J'ai une crème à la vitamine conseillée par Franck Appietto le président de C8, j'en avais plus pendant un mois donc je la mettais plus et hier soir je me fait un kiff je met la crème, j'avais une peau magnifique et là ce matin je me suis révéillé j'avais les yeux de Castaldi." a-t-il raconté.S'il en rigole, il n'en demeure pas moins très inquiet : "Et donc j'ai dû mettre des lunettes, je suis très inquiet, mes yeux ont été boursouflés" a-t-il poursuivi. "Et vous nous voyez bien ?" lui a lancé une chroniqueuse. "Pour l'instant je vous vois bien mais sans rigoler je suis très très inquiet oculairement" a répondu Cyril Hanouna.Cyril Hanouna pensait avoir fait une allergie au masqueIl y a quelques mois, en janvier dernier, Cyril Hanouna était déjà apparu avec ses lunettes dans Touche pas à mon poste. A l'époque, il pensait avoir fait une allergie aux masques chrirugicaux : "J'ai mal aux yeux. Il paraît que c'est à cause du masque, parce que je porte le masque toute la journée, et que ça remonte dans les yeux et que ça me fait des allergies" avait-il fait savoir. Il semblerait donc que le problème soit en réalité tout autre. Une chose est sûre, le présentateur ne manquera pas de donner de ses nouvelles à ses fidèles fanzouzes. Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © C8 Cyril Hanouna © Jack Tribeca Cyril Hanouna © Jack Tribeca Cyril Hanouna © Jack Tribeca Cyril Hanouna © Jack Tribeca Cyril Hanouna © Jack Tribeca
15 avril 2021

Meghan Markle : sa créatrice et amie, Misha Nonoo, annonce être enceinte elle aussi

Enceintes en même temps. C'est ce qu'on appelle un joli coup du hasard. Alors que Meghan Markle a annoncé être enceinte de son deuxième enfant en mars dernier, Misha Nonoo l'une de ses amies les plus proches attend elle aussi un heureux événement. Le 7 avril dernier, la créatrice de mode anglo-bahreïnite, qui vit à New York a dévoilé son baby bump dans un adorable cliché publié sur Instagram.Comme l'ancienne actrice de Suits, Misha Nonoo va donner naissance à une fille : "Mon expérience avec la maternité a été l'une des plus enrichissantes et les plus belles de ma vie. Je suis extrêmement reconnaissante et ravie de partager qu'une adorable petite fille va rejoindre notre famille et que Leo sera bientôt un grand frère". Pour rappel, Misha Nonoo avait donné naissance à un petit garçon prénommé Léo en mars 2020, juste un an après la naissance de Archie. En 2019, la styliste a épousé le riche héritier de 33 ans, Mikey Heiss lors d'une cérémonie fastueuse à Rome en Italie. Un évènement auquel Meghan Markle et le prince Harry avait bien évidemment répondu présents. Misha Nonoo, une amie de longue date de Meghan MarkleMisha Nonoo fait partie de la garde rapprochée de la duchesse de Sussex depuis de longues années. Les deux femmes se seraient rencontrées en 2014, lors d'une convention d'art à Miami, comme le racontent les auteur de Finding Freedom. Il se murmure même que c'est elle qui aurait joué les entremetteuses entre Meghan Markle et Harry, lors de leur première rencontre. Elle a ensuite pendant longtemps conseillé Meghan lorsqu'elle était encore une membre active de la famille royale, avant de Megxit. Souvent habillée dans les créations de son amie, Meghan et Misha ont déjà collaboré ensemble sur une collection de vêtements commercialisée au profit de l'association Smart Works. Meghan Markle et Misha Nonoo © Agence Misha Nonoo © The ImageDirect Misha Nonoo et Bella Hadid © FAMEFLYNET Misha Nonoo et Irina Shayk © STARMAX Misha Nonoo © Zuma Press Meghan Markle © Backgrid UK/ Bestimage Meghan Markle © Agence / Bestimage Meghan Markle © AGENCE / BESTIMAGE Meghan Markle © EXPRESS SYNDICATION Meghan Markle © AGENCE Meghan Markle © AGENCE / BESTIMAGE Meghan Markle © Agence / Bestimage Meghan Markle © Agence / Bestimage Meghan Markle © AGENCE / BESTIMAGE Meghan Markle © AGENCE / BESTIMAGE Meghan Markle © Agence Meghan Markle © AGENCE Meghan Markle © Backgrid UK Meghan Markle © AGENCE Meghan Markle © Backgrid UK Meghan Markle et le prince Harry © AGENCE / BESTIMAGE Enceintes en même temps. C'est ce qu'on appelle un joli coup du hasard. Alors que Meghan Markle a annoncé être enceinte de son deuxième enfant en mars dernier, Misha Nonoo l'une de ses amies les plus proches attend elle aussi un heureux événement. Le 7 avril dernier, la créatrice de mode anglo-bahreïnite, qui vit à New York a dévoilé son baby bump dans un adorable cliché publié sur Instagram.Comme l'ancienne actrice de Suits, Misha Nonoo va donner naissance à une fille : "Mon expérience avec la maternité a été l'une des plus enrichissantes et les plus belles de ma vie. Je suis extrêmement reconnaissante et ravie de partager qu'une adorable petite fille va rejoindre notre famille et que Leo sera bientôt un grand frère". Pour rappel, Misha Nonoo avait donné naissance à un petit garçon prénommé Léo en mars 2020, juste un an après la naissance de Archie. En 2019, la styliste a épousé le riche héritier de 33 ans, Mikey Heiss lors d'une cérémonie fastueuse à Rome en Italie. Un évènement auquel Meghan Markle et le prince Harry avait bien évidemment répondu présents. Misha Nonoo, une amie de longue date de Meghan MarkleMisha Nonoo fait partie de la garde rapprochée de la duchesse de Sussex depuis de longues années. Les deux femmes se seraient rencontrées en 2014, lors d'une convention d'art à Miami, comme le racontent les auteur de Finding Freedom. Il se murmure même que c'est elle qui aurait joué les entremetteuses entre Meghan Markle et Harry, lors de leur première rencontre. Elle a ensuite pendant longtemps conseillé Meghan lorsqu'elle était encore une membre active de la famille royale, avant de Megxit. Souvent habillée dans les créations de son amie, Meghan et Misha ont déjà collaboré ensemble sur une collection de vêtements commercialisée au profit de l'association Smart Works. Meghan Markle et Misha Nonoo © Agence Misha Nonoo © The ImageDirect Misha Nonoo et Bella Hadid © FAMEFLYNET Misha Nonoo et Irina Shayk © STARMAX Misha Nonoo © Zuma Press Meghan Markle © Backgrid UK/ Bestimage Meghan Markle © Agence / Bestimage Meghan Markle © AGENCE / BESTIMAGE Meghan Markle © EXPRESS SYNDICATION Meghan Markle © AGENCE Meghan Markle © AGENCE / BESTIMAGE Meghan Markle © Agence / Bestimage Meghan Markle © Agence / Bestimage Meghan Markle © AGENCE / BESTIMAGE Meghan Markle © AGENCE / BESTIMAGE Meghan Markle © Agence Meghan Markle © AGENCE Meghan Markle © Backgrid UK Meghan Markle © AGENCE Meghan Markle © Backgrid UK Meghan Markle et le prince Harry © AGENCE / BESTIMAGE
15 avril 2021

Jennifer Aniston : cette grosse rumeur sur leur rupture que son ex Justin Theroux confirme

Pendant plusieurs années, Jennifer Aniston et Justin Theroux ont formé l'un des plus beaux couples d'Hollywood. Mais en 2018, les comédiens ont annoncé à la déception de leurs admirateurs qu'ils avaient pris la décision de poursuivre leur chemin séparément. Depuis, les véritables raisons de leur séparation demeurent floues mais l'acteur qui était autrefois la tête d'affiche de l'excellente série The Leftovers s'est récemment exprimé sur le sujet dans les colonnes d'un célèbre magazine américain.Ainsi, la star est revenue sur une rumeur attestant que Jennifer Aniston et lui s'étaient séparés en raison du lieu où l'un et l'autre voulaient vivre. En effet, selon ces bruits, Madame désirait habiter sur la côte Ouest des USA, tandis que Monsieur, lui, préférait le train de vie de la côte Est et notamment New York. Interrogé par Esquire, Justin Théroux a donc rétabli la vérité sur ces suppositions.Justin Theroux reconnaît cette rumeur mais précise qu'il ne s'agissait que d'une partie du problèmeLe beau gosse de 49 ans déclare : "La narration de cette histoire n'est pas totalement la bonne. Vous savez, les gens inventent des histoires qui les font se sentir mieux ou qui simplifient les choses pour eux. Du genre 'Cette personne aime le rock'n'roll, cette personne aime le jazz. C'est évident !' Mais ca ne marche pas comme ça. C'est de la vulgarisation à l'extrême." Sans entrer plus dans les détails, Justin Theroux confirme donc que cette rumeur était vraie mais ne constituait seulement qu'une partie du problème. Ses soucis avec Jennifer Aniston étaient en vérité bien plus complexes... Mais connaîtra-t-on un jour tout le pourquoi du comment ? Jennifer Aniston et Justin Theroux © Chris Delmas Jennifer Aniston et Justin Theroux ont rompu en 2018 © Zuma Press Jennifer Aniston et Justin Theroux formaient l'un des couples phares d'Hollywood © STARMAX Les fans de Jennifer Aniston et Justin Theroux ont été attristés par leur rupture © Chris Delmas Jennifer Aniston et Justin Theroux ont été discrets à propos de leur séparation © Agence - Bestimage Justin Theroux est revenu sur sa rupture avec Jennifer Aniston © OLIVIER BORDE Justin Theroux a confirmé une rumeur à ce sujet © OLIVIER BORDE Justin Theroux a expliqué que lui et Jennifer Aniston ne voulaient pas vivre au même endroit © Pierre Perusseau Justin Theroux précise aussi qu'il ne s'agissait que d'une partie de leurs soucis © Pierre Perusseau Jennifer Aniston et Justin Theroux sont restés bons amis © Pierre Perusseau Jennifer Aniston et Justin Theroux n'entrent pas dans les détails de leur rupture © Pierre Perusseau Le public saura-t-il toute la vérité un jour ? © Pierre Perusseau Pendant plusieurs années, Jennifer Aniston et Justin Theroux ont formé l'un des plus beaux couples d'Hollywood. Mais en 2018, les comédiens ont annoncé à la déception de leurs admirateurs qu'ils avaient pris la décision de poursuivre leur chemin séparément. Depuis, les véritables raisons de leur séparation demeurent floues mais l'acteur qui était autrefois la tête d'affiche de l'excellente série The Leftovers s'est récemment exprimé sur le sujet dans les colonnes d'un célèbre magazine américain.Ainsi, la star est revenue sur une rumeur attestant que Jennifer Aniston et lui s'étaient séparés en raison du lieu où l'un et l'autre voulaient vivre. En effet, selon ces bruits, Madame désirait habiter sur la côte Ouest des USA, tandis que Monsieur, lui, préférait le train de vie de la côte Est et notamment New York. Interrogé par Esquire, Justin Théroux a donc rétabli la vérité sur ces suppositions.Justin Theroux reconnaît cette rumeur mais précise qu'il ne s'agissait que d'une partie du problèmeLe beau gosse de 49 ans déclare : "La narration de cette histoire n'est pas totalement la bonne. Vous savez, les gens inventent des histoires qui les font se sentir mieux ou qui simplifient les choses pour eux. Du genre 'Cette personne aime le rock'n'roll, cette personne aime le jazz. C'est évident !' Mais ca ne marche pas comme ça. C'est de la vulgarisation à l'extrême." Sans entrer plus dans les détails, Justin Theroux confirme donc que cette rumeur était vraie mais ne constituait seulement qu'une partie du problème. Ses soucis avec Jennifer Aniston étaient en vérité bien plus complexes... Mais connaîtra-t-on un jour tout le pourquoi du comment ? Jennifer Aniston et Justin Theroux © Chris Delmas Jennifer Aniston et Justin Theroux ont rompu en 2018 © Zuma Press Jennifer Aniston et Justin Theroux formaient l'un des couples phares d'Hollywood © STARMAX Les fans de Jennifer Aniston et Justin Theroux ont été attristés par leur rupture © Chris Delmas Jennifer Aniston et Justin Theroux ont été discrets à propos de leur séparation © Agence - Bestimage Justin Theroux est revenu sur sa rupture avec Jennifer Aniston © OLIVIER BORDE Justin Theroux a confirmé une rumeur à ce sujet © OLIVIER BORDE Justin Theroux a expliqué que lui et Jennifer Aniston ne voulaient pas vivre au même endroit © Pierre Perusseau Justin Theroux précise aussi qu'il ne s'agissait que d'une partie de leurs soucis © Pierre Perusseau Jennifer Aniston et Justin Theroux sont restés bons amis © Pierre Perusseau Jennifer Aniston et Justin Theroux n'entrent pas dans les détails de leur rupture © Pierre Perusseau Le public saura-t-il toute la vérité un jour ? © Pierre Perusseau
15 avril 2021

Marlène Schiappa : quand la ministre parle des QSR ou “quartiers sans relous”

Parmi les objectifs de Marlène Schiappa, on compte l'éradication du harcèlement de rue. Comment compte s'y prendre la ministre chargée de la Citoyenneté ? Avec la mise en place d'un baromètre qui aura pour but de mesurer l'ampleur du harcèlement de rue, et ainsi, d'identifier les "zones rouges". Une fois ces fameuses zones cartographiées, "des actions seront mises en place", comme le déploiement de policiers en civils qui interviendront "par surprise dès lors que des phénomènes de harcèlement de rue seront constatés", assure Marlène Schiappa, qui précise que sur "les 10 000 recrutements supplémentaires récemment annoncés par Gérald Darmanin, 2 000 seront mobilisés pour ce projet." Ainsi, la ministre déléguée va mettre en place un groupe chargé de plancher sur la création du baromètre qui devrait être publié dès le mois d'août. "Nous allons publier chaque année les chiffres compilés par le ministère de l'Intérieur", explique Marlène Schiappa qui déclare avoir comme objectif final de "créer des QSR, des quartiers sans relous."3 000 verbalisations pour outrage sexiste enregistrées depuis 2018A l'initiative de Marlène Schiappa, une loi contre le harcèlement de rue est officiellement entrée en vigueur en France le 1er août 2018. Sifflements, remarques déplacées...tout acte considéré comme "outrage sexiste" est désormais passible d'une amende de 90 euros minimum. Depuis son entrée en vigueur il y a 2 ans, on enregistre plus de 3 000 verbalisations. Marlène Schiappa © Eliot Blondet Marlène Schiappa © Federico Pestellini Marlène Schiappa © JB Autissier Marlène Schiappa © Stephane Lemouton Marlène Schiappa et Gérald Darmanin © Stephane Lemouton Marlène Schiappa © Agence Marlène Schiappa © Stephane Lemouton Marlène Schiappa © Eliot Blondet Marlène Schiappa et Gérald Darmanin © Stéphane Le Tellec Marlène Schiappa © Stephane Lemouton Marlène Schiappa © Panoramic Marlène Schiappa © Sandrine Thesillat Parmi les objectifs de Marlène Schiappa, on compte l'éradication du harcèlement de rue. Comment compte s'y prendre la ministre chargée de la Citoyenneté ? Avec la mise en place d'un baromètre qui aura pour but de mesurer l'ampleur du harcèlement de rue, et ainsi, d'identifier les "zones rouges". Une fois ces fameuses zones cartographiées, "des actions seront mises en place", comme le déploiement de policiers en civils qui interviendront "par surprise dès lors que des phénomènes de harcèlement de rue seront constatés", assure Marlène Schiappa, qui précise que sur "les 10 000 recrutements supplémentaires récemment annoncés par Gérald Darmanin, 2 000 seront mobilisés pour ce projet." Ainsi, la ministre déléguée va mettre en place un groupe chargé de plancher sur la création du baromètre qui devrait être publié dès le mois d'août. "Nous allons publier chaque année les chiffres compilés par le ministère de l'Intérieur", explique Marlène Schiappa qui déclare avoir comme objectif final de "créer des QSR, des quartiers sans relous."3 000 verbalisations pour outrage sexiste enregistrées depuis 2018A l'initiative de Marlène Schiappa, une loi contre le harcèlement de rue est officiellement entrée en vigueur en France le 1er août 2018. Sifflements, remarques déplacées...tout acte considéré comme "outrage sexiste" est désormais passible d'une amende de 90 euros minimum. Depuis son entrée en vigueur il y a 2 ans, on enregistre plus de 3 000 verbalisations. Marlène Schiappa © Eliot Blondet Marlène Schiappa © Federico Pestellini Marlène Schiappa © JB Autissier Marlène Schiappa © Stephane Lemouton Marlène Schiappa et Gérald Darmanin © Stephane Lemouton Marlène Schiappa © Agence Marlène Schiappa © Stephane Lemouton Marlène Schiappa © Eliot Blondet Marlène Schiappa et Gérald Darmanin © Stéphane Le Tellec Marlène Schiappa © Stephane Lemouton Marlène Schiappa © Panoramic Marlène Schiappa © Sandrine Thesillat
15 avril 2021

"Je ne le referai pas !" : les gros regrets de Kenza à propos de Loft Story

Elle avait 24 ans. Le 26 avril 2001, Kenza Braiga poussait pour la première fois les portes du Loft, entourée, entres autres, de Loana Petrucciani, Christophe Mercy ou encore Jean-Édouard Lipa. La France faisait alors la rencontre d'une jeune fille charismatique, insouciante mais un brin colérique, qui restera dans les mémoires comme l'une des figures de la première télé-réalité française. Vingt ans plus tard, Kenza Braiga n'a plus rien de la lofteuse qu'elle était. Animatrice radio et autrice, elle a construit sa vie loin du petit écran et des scandales de la télé-réalité. Et pour cause, l'ex-candidate d'origine irakienne est loin de ne garder que des bons souvenirs de l'émission de M6...Dans une interview accordée à Closer, l'animatrice explique regretter ce que Loft Story a fait de son image. "Je parlais sans filtre et j'étais insouciante. Mais ma personnalité a été exacerbée au montage. J'ai toujours eu du caractère, mais je ne suis ni caractérielle, ni colérique !", assure-t-elle. Si c'était donc à refaire, Kenza Braiga ne s'aventurerait pas devant les caméras de M6. "Je ne le referai pas !", affirme-t-elle à Closer. "Le prix à payer derrière était bien trop dur. Il m'a fallu deux ans pour m'en remettre émotionnellement. J'ai été emportée par ce tourbillon, j'étais la Kenza du Loft qui crée des émeutes sur les Champs avec les autres lofteurs. C'était schizophrénique, nous n'avions aucun recul. Nous étions les candidats expérimentaux. J'avais l'impression que ma personnalité ne m'appartenait plus. Les téléspectateurs étaient confrontés à des images brutes qu'ils n'essayaient pas de comprendre."Kenza : "Il m'a fallu deux ans pour m'en remettre émotionnellement"Alors qu'elle espérait que sa participation au Loft lui ouvrirait les portes des studios de radio, Kenza s'est retrouvée dans une situation qui la dépassait. Confrontée aux aprioris de tous, elle a dû reconstruire son image du tout au tout. "Après le Loft, tout est retombé très vite", se souvient-elle. "Je me suis retrouvée seule face à mon destin. Je ne connaissais pas les codes du métier et je voulais être consistante. J'avais une histoire lourde derrière moi. Celle d'avoir quitté mon pays natal, l'Irak, à 14 ans à cause de la guerre. Ma famille était très conservatrice, avec un papa oriental, je devais me comporter avec une certaine dignité. Il m'était impossible de faire tout et n'importe quoi, comme poser à poils dans les magazines. Il me fallait retrouver le respect et la dignité que l'on m'avait enlevés." Mais tout est bien qui finit bien pour l'ex-lofteuse. Vingt ans après, elle est l'autrice de six ouvrages biographiques et consacrés au développement personnel. Depuis deux ans, elle est aussi productrice d'émission de radio web, pour le compte de Webradios Editions. Kenza Braiga © MANO / TELE STAR Kenza Braiga © MANO / TELE STAR Kenza Braiga © TELE POCHE / MONDADORI FRANCE Kenza Braiga © TELE POCHE / MONDADORI FRANCE Kenza Braiga © TELE POCHE / MONDADORI FRANCE Kenza Braiga © TELE POCHE / MONDADORI FRANCE Kenza Braiga © SEBASTIEN WOESTELANDT Kenza Braiga © COADIC GUIREC Kenza Braiga © COADIC GUIREC Kenza Braiga © Veeren Ramsamy-Christophe Clovis Kenza Braiga © Veeren Ramsamy-Christophe Clovis Kenza Braiga © Veeren Ramsamy-Christophe Clovis Elle avait 24 ans. Le 26 avril 2001, Kenza Braiga poussait pour la première fois les portes du Loft, entourée, entres autres, de Loana Petrucciani, Christophe Mercy ou encore Jean-Édouard Lipa. La France faisait alors la rencontre d'une jeune fille charismatique, insouciante mais un brin colérique, qui restera dans les mémoires comme l'une des figures de la première télé-réalité française. Vingt ans plus tard, Kenza Braiga n'a plus rien de la lofteuse qu'elle était. Animatrice radio et autrice, elle a construit sa vie loin du petit écran et des scandales de la télé-réalité. Et pour cause, l'ex-candidate d'origine irakienne est loin de ne garder que des bons souvenirs de l'émission de M6...Dans une interview accordée à Closer, l'animatrice explique regretter ce que Loft Story a fait de son image. "Je parlais sans filtre et j'étais insouciante. Mais ma personnalité a été exacerbée au montage. J'ai toujours eu du caractère, mais je ne suis ni caractérielle, ni colérique !", assure-t-elle. Si c'était donc à refaire, Kenza Braiga ne s'aventurerait pas devant les caméras de M6. "Je ne le referai pas !", affirme-t-elle à Closer. "Le prix à payer derrière était bien trop dur. Il m'a fallu deux ans pour m'en remettre émotionnellement. J'ai été emportée par ce tourbillon, j'étais la Kenza du Loft qui crée des émeutes sur les Champs avec les autres lofteurs. C'était schizophrénique, nous n'avions aucun recul. Nous étions les candidats expérimentaux. J'avais l'impression que ma personnalité ne m'appartenait plus. Les téléspectateurs étaient confrontés à des images brutes qu'ils n'essayaient pas de comprendre."Kenza : "Il m'a fallu deux ans pour m'en remettre émotionnellement"Alors qu'elle espérait que sa participation au Loft lui ouvrirait les portes des studios de radio, Kenza s'est retrouvée dans une situation qui la dépassait. Confrontée aux aprioris de tous, elle a dû reconstruire son image du tout au tout. "Après le Loft, tout est retombé très vite", se souvient-elle. "Je me suis retrouvée seule face à mon destin. Je ne connaissais pas les codes du métier et je voulais être consistante. J'avais une histoire lourde derrière moi. Celle d'avoir quitté mon pays natal, l'Irak, à 14 ans à cause de la guerre. Ma famille était très conservatrice, avec un papa oriental, je devais me comporter avec une certaine dignité. Il m'était impossible de faire tout et n'importe quoi, comme poser à poils dans les magazines. Il me fallait retrouver le respect et la dignité que l'on m'avait enlevés." Mais tout est bien qui finit bien pour l'ex-lofteuse. Vingt ans après, elle est l'autrice de six ouvrages biographiques et consacrés au développement personnel. Depuis deux ans, elle est aussi productrice d'émission de radio web, pour le compte de Webradios Editions. Kenza Braiga © MANO / TELE STAR Kenza Braiga © MANO / TELE STAR Kenza Braiga © TELE POCHE / MONDADORI FRANCE Kenza Braiga © TELE POCHE / MONDADORI FRANCE Kenza Braiga © TELE POCHE / MONDADORI FRANCE Kenza Braiga © TELE POCHE / MONDADORI FRANCE Kenza Braiga © SEBASTIEN WOESTELANDT Kenza Braiga © COADIC GUIREC Kenza Braiga © COADIC GUIREC Kenza Braiga © Veeren Ramsamy-Christophe Clovis Kenza Braiga © Veeren Ramsamy-Christophe Clovis Kenza Braiga © Veeren Ramsamy-Christophe Clovis
15 avril 2021

Kenza (Loft Story) : pourquoi ses envies de maternité se sont envolées

L'heure était à la confidence pour Kenza Braiga. Dans les colonnes de votre magazine Closer à paraître en kiosques vendredi 16 avril 2021, l'ancienne candidate de Loft Story a en effet accepté de se confier sur sa vie privée. C'est donc avec beaucoup d'émotion qu'elle est revenue sur ses envies de maternité qui se sont envolées au fil des années. "Plus j'avance moins j'ai envie d'avoir un enfant dans le monde actuel. Il est égoiste, mercantile, se bat pour du papier toilette ! Et puis, disons-le, ce n'est pas parce que j'ai un utérus que je dois enfanter ! J'ai du mal à savoir si j'aurais une retraite, alors que laisserai-je à mon enfant ?" a-t-elle déclaré.Bien qu'elle n'ait pas d'enfant, Kenza Braiga se sent bien. A 43 ans, l'ancienne candidate de télé-réalité se trouve mieux dans sa peau qu'à l'époque de ses 20 ans. "Je me sens sereine et structurée. Je suis fière d'avoir refusé de vendre mon âme au diable de la télé. On m'avait proposé de participer aux Anges de la télé-réalité contre une très bonne rénumération..." a-t-elle expliqué. Un choix dont, selon elle, Loana ne peut pas dire autant. "Elle s'est accrochée à l'image qu'elle a donnée à 20 ans, sauf qu'ajourd'hui elle en a 40. On ne peut plus se comporter pareil" a ensuite ajouté Kenza Braiga. D'ailleurs, elle porte un avis très tranché sur la télé-réalité d'aujourd'hui.Kenza : son avis tranché sur la télé-réalité"Je la regarde, ça me fait marrer mais parfois ça me dérange. Je regrette la pureté ou la simplicité des candidats des années 2000. Aujourd'hui ce sont des phénomènes de foire. Les filles sont dans une course à la notoriété, à celle qui sera la plus vulgaire et gagnera le plus d'argent." a-t-elle conclu. Une interview à retrouver dès vendredi 16 avril 2021 dans votre magazine. Kenza Braiga © Christophe Clovis Kenza Braiga © SEBASTIEN WOESTELANDT Kenza Braiga © CEDRIC PERRIN Kenza Braiga © COADIC GUIREC Kenza Braiga © COADIC GUIREC Kenza Braiga © Christophe Clovis Kenza Braiga © Twitter Kenza Braiga © Twitter Kenza Braiga © Capture Youtube Kenza Braiga © Capture Youtube Kenza Braiga © Capture Youtube Kenza Braiga © Twitter L'heure était à la confidence pour Kenza Braiga. Dans les colonnes de votre magazine Closer à paraître en kiosques vendredi 16 avril 2021, l'ancienne candidate de Loft Story a en effet accepté de se confier sur sa vie privée. C'est donc avec beaucoup d'émotion qu'elle est revenue sur ses envies de maternité qui se sont envolées au fil des années. "Plus j'avance moins j'ai envie d'avoir un enfant dans le monde actuel. Il est égoiste, mercantile, se bat pour du papier toilette ! Et puis, disons-le, ce n'est pas parce que j'ai un utérus que je dois enfanter ! J'ai du mal à savoir si j'aurais une retraite, alors que laisserai-je à mon enfant ?" a-t-elle déclaré.Bien qu'elle n'ait pas d'enfant, Kenza Braiga se sent bien. A 43 ans, l'ancienne candidate de télé-réalité se trouve mieux dans sa peau qu'à l'époque de ses 20 ans. "Je me sens sereine et structurée. Je suis fière d'avoir refusé de vendre mon âme au diable de la télé. On m'avait proposé de participer aux Anges de la télé-réalité contre une très bonne rénumération..." a-t-elle expliqué. Un choix dont, selon elle, Loana ne peut pas dire autant. "Elle s'est accrochée à l'image qu'elle a donnée à 20 ans, sauf qu'ajourd'hui elle en a 40. On ne peut plus se comporter pareil" a ensuite ajouté Kenza Braiga. D'ailleurs, elle porte un avis très tranché sur la télé-réalité d'aujourd'hui.Kenza : son avis tranché sur la télé-réalité"Je la regarde, ça me fait marrer mais parfois ça me dérange. Je regrette la pureté ou la simplicité des candidats des années 2000. Aujourd'hui ce sont des phénomènes de foire. Les filles sont dans une course à la notoriété, à celle qui sera la plus vulgaire et gagnera le plus d'argent." a-t-elle conclu. Une interview à retrouver dès vendredi 16 avril 2021 dans votre magazine. Kenza Braiga © Christophe Clovis Kenza Braiga © SEBASTIEN WOESTELANDT Kenza Braiga © CEDRIC PERRIN Kenza Braiga © COADIC GUIREC Kenza Braiga © COADIC GUIREC Kenza Braiga © Christophe Clovis Kenza Braiga © Twitter Kenza Braiga © Twitter Kenza Braiga © Capture Youtube Kenza Braiga © Capture Youtube Kenza Braiga © Capture Youtube Kenza Braiga © Twitter
15 avril 2021

Holly Madison : elle raconte ses relations sexuelles monotones avec Hugh Hefner, le fondateur de Playboy

Les relations sexuelles avec Hugh Hefner étaient "ennuyeuses'', "basiques'' et "monotones" a récemment admis Holly Madison, la compagne du patron de Playboy pendant 7 ans. La jeune femme a ajouté qu'elle se rendait maintenant compte qu'elle souffrait du "syndrome de Stockholm" et qu'elle n'était pas amoureuse de lui.Dans le Podcast Call Her Daddy, Holly Madison révèle les coulisses de sa relation avec Hugh Hefner : "imaginez avoir des relations sexuelles avec quelqu'un dans une pièce pleine de femmes qui vous détestent toutes. Et vous savez qu'elles parlent toutes de vous. Comme, c'est horrible!".Elle a voulu un bébé de Hugh HefnerLe mannequin, aujourd'hui âgée de 41 ans, a admis avoir voulu un bébé avec Hugh Hefner car elle y voyait un moyen de faire quitter le manoir à toutes les autres filles. "Je suppose que j'y ai pensé comme un ticket de sortie - à plus d'un titre. La dernière fois que le manoir n'avait pas eu de copines multiples, c'était lorsque Hef était marié et avait deux enfants" reconnait-elle.Seulement, le patron de Playboy n'a jamais réussi à la mettre enceinte. "Je savais que c'était à cause de lui. J'étais en bonne santé. Il était tout simplement trop vieux" assure la jeune femme qui est aujourd'hui maman de deux enfants. "C'était une preuve concrète qui m'a giflé au visage qu'il n'y avait pas d'avenir pour moi au manoir" ajoute celle qui a rompu avec Hugh Hefner en 2008. Elle avoue aujourd'hui être reconnaissante de ne jamais être tombée enceinte du patron de Playboy.Hugh Hefner est décédé à l'âge de 91 ans, en 2017, d'une septicémie. Holly Madison © FAMEFLYNET Holly Madison © FAMEFLYNET Holly Madison © FAMEFLYNET Holly Madison © FAMEFLYNET Holly Madison © Backgrid USA Holly Madison © Backgrid USA Holly Madison © Backgrid USA Holly Madison © Backgrid USA Holly Madison © The ImageDirect Holly Madison © Backgrid USA Holly Madison © Agence Holly Madison © Agence Les relations sexuelles avec Hugh Hefner étaient "ennuyeuses'', "basiques'' et "monotones" a récemment admis Holly Madison, la compagne du patron de Playboy pendant 7 ans. La jeune femme a ajouté qu'elle se rendait maintenant compte qu'elle souffrait du "syndrome de Stockholm" et qu'elle n'était pas amoureuse de lui.Dans le Podcast Call Her Daddy, Holly Madison révèle les coulisses de sa relation avec Hugh Hefner : "imaginez avoir des relations sexuelles avec quelqu'un dans une pièce pleine de femmes qui vous détestent toutes. Et vous savez qu'elles parlent toutes de vous. Comme, c'est horrible!".Elle a voulu un bébé de Hugh HefnerLe mannequin, aujourd'hui âgée de 41 ans, a admis avoir voulu un bébé avec Hugh Hefner car elle y voyait un moyen de faire quitter le manoir à toutes les autres filles. "Je suppose que j'y ai pensé comme un ticket de sortie - à plus d'un titre. La dernière fois que le manoir n'avait pas eu de copines multiples, c'était lorsque Hef était marié et avait deux enfants" reconnait-elle.Seulement, le patron de Playboy n'a jamais réussi à la mettre enceinte. "Je savais que c'était à cause de lui. J'étais en bonne santé. Il était tout simplement trop vieux" assure la jeune femme qui est aujourd'hui maman de deux enfants. "C'était une preuve concrète qui m'a giflé au visage qu'il n'y avait pas d'avenir pour moi au manoir" ajoute celle qui a rompu avec Hugh Hefner en 2008. Elle avoue aujourd'hui être reconnaissante de ne jamais être tombée enceinte du patron de Playboy.Hugh Hefner est décédé à l'âge de 91 ans, en 2017, d'une septicémie. Holly Madison © FAMEFLYNET Holly Madison © FAMEFLYNET Holly Madison © FAMEFLYNET Holly Madison © FAMEFLYNET Holly Madison © Backgrid USA Holly Madison © Backgrid USA Holly Madison © Backgrid USA Holly Madison © Backgrid USA Holly Madison © The ImageDirect Holly Madison © Backgrid USA Holly Madison © Agence Holly Madison © Agence
15 avril 2021

Régime de stars : qu'est-ce que la méthode "petits pots" de Reese Witherspoon

Après la naissance de son dernier fils, Tennessee James Toth en 2012, Reese Witherspoon s'est mise aux petits pots en même temps que son bébé. L'héroïne de "La Revanche d'une blonde" est même complètement accro à ce régime, étant donné qu'elle suit cette méthode depuis plusieurs années. Mais de quoi s'agit-il ?Reese Witherspoon et la méthode "petits pots" : qu'est-ce que c'est ?Le régime "baby food" ou "petits pots" a été conçu par Tracey Anderson, une coach fitness américaine afin de promouvoir une alimentation saine et équilibrée. Le principe est simple : manger quotidiennement et tout au long de la journée, des petits pots pour bébés, pendant une à deux semaines. Ce n'est qu'à la fin de la journée que l'on peut s'autoriser un repas "normal". Selon la créatrice de ce régime, les avantages sont nombreux : les petits pots sont faciles à transporter et sont riches en vitamines, pauvres en sel, en sucre et en épices. De plus, les petits pots ne contiennent ni pesticides, ni insecticides, et leurs ingrédients sont aussi très contrôlés.Sauf que, comme on s'en doute, cette méthode n'est absolument pas adaptée à l'alimentation d'un adulte et présente même quelques risques. En effet, consommer uniquement de la nourriture mixée pourra créer un choc pour le système digestif lorsqu'il faudra reprendre une alimentation normale. De plus, ce régime est très faible en protéines. En outre, vous risquez de perdre en muscles plutôt qu'en graisses. Il est donc préférable, avant de vous lancer, de contacter un médecin afin de mettre en place un suivi sérieux. Reese Witherspoon © FAMEFLYNET Reese Witherspoon © Agence Reese Witherspoon © STARMAX Reese Witherspoon © STARMAX Reese Witherspoon © Chris Delmas Reese Witherspoon © Backgrid USA Reese Witherspoon © Backgrid USA Reese Witherspoon © Backgrid USA Reese Witherspoon © Backgrid USA Reese Witherspoon © Backgrid USA Reese Witherspoon © Backgrid USA Reese Witherspoon © Agence Après la naissance de son dernier fils, Tennessee James Toth en 2012, Reese Witherspoon s'est mise aux petits pots en même temps que son bébé. L'héroïne de "La Revanche d'une blonde" est même complètement accro à ce régime, étant donné qu'elle suit cette méthode depuis plusieurs années. Mais de quoi s'agit-il ?Reese Witherspoon et la méthode "petits pots" : qu'est-ce que c'est ?Le régime "baby food" ou "petits pots" a été conçu par Tracey Anderson, une coach fitness américaine afin de promouvoir une alimentation saine et équilibrée. Le principe est simple : manger quotidiennement et tout au long de la journée, des petits pots pour bébés, pendant une à deux semaines. Ce n'est qu'à la fin de la journée que l'on peut s'autoriser un repas "normal". Selon la créatrice de ce régime, les avantages sont nombreux : les petits pots sont faciles à transporter et sont riches en vitamines, pauvres en sel, en sucre et en épices. De plus, les petits pots ne contiennent ni pesticides, ni insecticides, et leurs ingrédients sont aussi très contrôlés.Sauf que, comme on s'en doute, cette méthode n'est absolument pas adaptée à l'alimentation d'un adulte et présente même quelques risques. En effet, consommer uniquement de la nourriture mixée pourra créer un choc pour le système digestif lorsqu'il faudra reprendre une alimentation normale. De plus, ce régime est très faible en protéines. En outre, vous risquez de perdre en muscles plutôt qu'en graisses. Il est donc préférable, avant de vous lancer, de contacter un médecin afin de mettre en place un suivi sérieux. Reese Witherspoon © FAMEFLYNET Reese Witherspoon © Agence Reese Witherspoon © STARMAX Reese Witherspoon © STARMAX Reese Witherspoon © Chris Delmas Reese Witherspoon © Backgrid USA Reese Witherspoon © Backgrid USA Reese Witherspoon © Backgrid USA Reese Witherspoon © Backgrid USA Reese Witherspoon © Backgrid USA Reese Witherspoon © Backgrid USA Reese Witherspoon © Agence
15 avril 2021

Laura Smet très remontée : cette révélation sur le cancérologue de Johnny qui ne passe pas

S'il a longtemps été admiré et recommandé, David Khayat le cancérologue des stars est actuellement dans la tourmente. Ce mercredi 14 avril, le journal Le Monde a publié une longue enquête, dans laquelle le médecin est pointé du doigt concernant le lien pour le moins suspect qui l'unit au cigarettier Philip Morris. Le fondateur de l'Institut national du cancer serait en effet consultant pour la célèbre marque de cigarettes. Deux fonctions qui ne vont pas forcément de pair et qui remettent en cause la crédibilité du spécialiste. Choquée et déçue, Laura Smet a fait part de sa stupéfaction dans sa story Instagram en relayant cet article qui semble l'avoir énervée. En témoignent les trois emojis qu'elle a discrètement glissé : à savoir un pouce vers le bas, un qui s'interroge et un autre énervé. Des symboles qui en disent long sur le fond de sa pensée.Les proches de Johnny Hallyday avaient confiance en David KhayatIl faut dire que les proches de Johnny Hallyday avaient remis la santé du Taulier entre les mains de David Khayat, en dernier recours. Ce dernier a été présent auprès du rockeur jusqu'à ce qu'il ne rende son dernier souffle. Sachant que l'idole des jeunes a été emporté par un cancer aux poumons lié à son addiction à la cigarette, cela est d'autant plus déstabilisant d'apprendre que son médecin n'était peut-être pas si digne de confiance. A l'époque, le professeur en oncologie avait pourtant réussi à convaincre Johnny d'arrêter de fumer. C'est également lui qui avait supervisé ses séances de chimiothérapies. Très proche de Laeticia Hallyday, David Khayat a même été chargé par cette dernière, d'annoncer la mort de leur père à ses enfants. Reconnaissante pour les soins prodigués par le médecin à son papa, Laura Smet avait décidé de son côté, en 2018, de remettre le chèque de 90 000 euros qu'elle avait reçu de la part de Marcel Campion, au service oncologie qui s'était occupé de Johnny. Laura Smet © LAURENT ZABULON / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laura Smet © Instagram David Khayat © Guillaume Gaffiot Laura Smet © COADIC GUIREC Laura Smet © COADIC GUIREC / BESTIMAGE Laura Smet © COADIC GUIREC Laura Smet © OLIVIER BORDE / BESTIMAGE Laura Smet © OLIVIER BORDE / BESTIMAGE Laura Smet © OLIVIER BORDE / BESTIMAGE Laura Smet © PASCAL BARIL - TELE STAR / MONDADORI FRANCE Laura Smet © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laura Smet © TELE STAR / MONDADORI FRANCE S'il a longtemps été admiré et recommandé, David Khayat le cancérologue des stars est actuellement dans la tourmente. Ce mercredi 14 avril, le journal Le Monde a publié une longue enquête, dans laquelle le médecin est pointé du doigt concernant le lien pour le moins suspect qui l'unit au cigarettier Philip Morris. Le fondateur de l'Institut national du cancer serait en effet consultant pour la célèbre marque de cigarettes. Deux fonctions qui ne vont pas forcément de pair et qui remettent en cause la crédibilité du spécialiste. Choquée et déçue, Laura Smet a fait part de sa stupéfaction dans sa story Instagram en relayant cet article qui semble l'avoir énervée. En témoignent les trois emojis qu'elle a discrètement glissé : à savoir un pouce vers le bas, un qui s'interroge et un autre énervé. Des symboles qui en disent long sur le fond de sa pensée.Les proches de Johnny Hallyday avaient confiance en David KhayatIl faut dire que les proches de Johnny Hallyday avaient remis la santé du Taulier entre les mains de David Khayat, en dernier recours. Ce dernier a été présent auprès du rockeur jusqu'à ce qu'il ne rende son dernier souffle. Sachant que l'idole des jeunes a été emporté par un cancer aux poumons lié à son addiction à la cigarette, cela est d'autant plus déstabilisant d'apprendre que son médecin n'était peut-être pas si digne de confiance. A l'époque, le professeur en oncologie avait pourtant réussi à convaincre Johnny d'arrêter de fumer. C'est également lui qui avait supervisé ses séances de chimiothérapies. Très proche de Laeticia Hallyday, David Khayat a même été chargé par cette dernière, d'annoncer la mort de leur père à ses enfants. Reconnaissante pour les soins prodigués par le médecin à son papa, Laura Smet avait décidé de son côté, en 2018, de remettre le chèque de 90 000 euros qu'elle avait reçu de la part de Marcel Campion, au service oncologie qui s'était occupé de Johnny. Laura Smet © LAURENT ZABULON / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laura Smet © Instagram David Khayat © Guillaume Gaffiot Laura Smet © COADIC GUIREC Laura Smet © COADIC GUIREC / BESTIMAGE Laura Smet © COADIC GUIREC Laura Smet © OLIVIER BORDE / BESTIMAGE Laura Smet © OLIVIER BORDE / BESTIMAGE Laura Smet © OLIVIER BORDE / BESTIMAGE Laura Smet © PASCAL BARIL - TELE STAR / MONDADORI FRANCE Laura Smet © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laura Smet © TELE STAR / MONDADORI FRANCE
15 avril 2021

Marie de Danemark : ses premières confidences choc sur l'AVC de son mari Joachim

24 juillet 2020. Le prince Joachim de Danemark est victime d'un AVC alors qu'il se trouve dans sa propriété du Lot, dans le sud-ouest de la France. Près d'un an après cette tragédie dont le sixième dans l'ordre de succession au trône danois est sorti miraculeusement indemne, Marie, son épouse, s'est confiée lors d'un entretien accordé, il y a quelques jours, avec les membres d'une association privée pour des personnes atteintes de lésions cérébrales.La mère du prince Henrik et de la princesse Athena a notamment raconté que ce 24 juillet 2020, elle avait été surprise par une phrase prononcé par son mari à un cousin venu leur rendre visite. En lui faisant répéter cette phrase, Marie s'est aperçue que le côté gauche du visage du prince Joachim était paralysé, premier signe d'un AVC. Elle a alors appelé une ambulance qui est arrivée en quinze minutes à la résidence du couple princier et a conduit Joachim à l'hôpital de Cahors. Transféré immédiatement à l'hôpital de Toulouse car son état était considéré comme très grave, le prince danois a été opéré afin d'enlever le caillot de sang qui s'était formé dans son cerveau. "Nous sommes passés si proche d'une tragédie qui aurait pu changer nos vies pour toujours. Nous sommes très reconnaissants d'être ensemble aujourd'hui et de pouvoir vous en parler", a confié la princesse Marie du Danemark.Prince Joachim de Danemark : "Marie est passée en mode soldat"Toujours affaibli par cet AVC, le prince Joachim a estimé, quant à lui, que sa femme avait parfaitement réagi et lui avait sauvé la vie. "Elle est passée en mode soldat, a notamment confié le prince danois qui a également appelé à la prévention des accidents de ce type. C'est terrible pour la personne qui est touchée, mais juste à côté, il y a quelqu'un d'autre pour qui c'est tout aussi terrible. Il ne faut jamais oublier cela." Marie et Joachim de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie et Joachim de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © Marc Ausset Lacroix Marie de Danemark © Marc Ausset Lacroix Marie de Danemark © Marc Ausset Lacroix Marie de Danemark © Marc Ausset Lacroix Marie et Joachim de Danemark © Dana Press Marie et Joachim de Danemark © OLIVIER BORDE Marie et Joachim de Danemark © OLIVIER BORDE Marie et Joachim de Danemark © OLIVIER BORDE Marie et Joachim de Danemark © OLIVIER BORDE Marie et Joachim de Danemark © RACHID BELLAK Joachim de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Joachim de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Joachim de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES 24 juillet 2020. Le prince Joachim de Danemark est victime d'un AVC alors qu'il se trouve dans sa propriété du Lot, dans le sud-ouest de la France. Près d'un an après cette tragédie dont le sixième dans l'ordre de succession au trône danois est sorti miraculeusement indemne, Marie, son épouse, s'est confiée lors d'un entretien accordé, il y a quelques jours, avec les membres d'une association privée pour des personnes atteintes de lésions cérébrales.La mère du prince Henrik et de la princesse Athena a notamment raconté que ce 24 juillet 2020, elle avait été surprise par une phrase prononcé par son mari à un cousin venu leur rendre visite. En lui faisant répéter cette phrase, Marie s'est aperçue que le côté gauche du visage du prince Joachim était paralysé, premier signe d'un AVC. Elle a alors appelé une ambulance qui est arrivée en quinze minutes à la résidence du couple princier et a conduit Joachim à l'hôpital de Cahors. Transféré immédiatement à l'hôpital de Toulouse car son état était considéré comme très grave, le prince danois a été opéré afin d'enlever le caillot de sang qui s'était formé dans son cerveau. "Nous sommes passés si proche d'une tragédie qui aurait pu changer nos vies pour toujours. Nous sommes très reconnaissants d'être ensemble aujourd'hui et de pouvoir vous en parler", a confié la princesse Marie du Danemark.Prince Joachim de Danemark : "Marie est passée en mode soldat"Toujours affaibli par cet AVC, le prince Joachim a estimé, quant à lui, que sa femme avait parfaitement réagi et lui avait sauvé la vie. "Elle est passée en mode soldat, a notamment confié le prince danois qui a également appelé à la prévention des accidents de ce type. C'est terrible pour la personne qui est touchée, mais juste à côté, il y a quelqu'un d'autre pour qui c'est tout aussi terrible. Il ne faut jamais oublier cela." Marie et Joachim de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie et Joachim de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © Marc Ausset Lacroix Marie de Danemark © Marc Ausset Lacroix Marie de Danemark © Marc Ausset Lacroix Marie de Danemark © Marc Ausset Lacroix Marie et Joachim de Danemark © Dana Press Marie et Joachim de Danemark © OLIVIER BORDE Marie et Joachim de Danemark © OLIVIER BORDE Marie et Joachim de Danemark © OLIVIER BORDE Marie et Joachim de Danemark © OLIVIER BORDE Marie et Joachim de Danemark © RACHID BELLAK Joachim de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Joachim de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Joachim de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES Marie de Danemark © DOMINIQUE JACOVIDES
15 avril 2021

Un homme accusé d'avoir tué une retraitée à coups de madeleines pour profiter de son viager

Un homme de 62 ans est accusé d'avoir tué une résidente en Ehpad et propriétaire de la maison qu'il avait achetée en viager. La nonagénaire est morte en 2019 d'une manière quelque peu surprenante. Pour le juge d'instruction, cette mort n'est pas le résultat d'un accident dramatique mais bel et bien d'un meurtre, a rapporté Ouest France. La nonagénaire est décédée d'une manière peu commune, elle a été étouffée par une madeleine. Selon Grégoire Dulin, procureur de Tours, c'est un homicide. Il a confié : "Cette personne ne pouvait pas avaler toute seule ce type de gâteau. Cet homme a provoqué le décès de cette personne à des fins purement économiques, c'est-à-dire qu'il voulait s'emparer de son bien pour mener son propre projet immobilier". En effet, l'homme est soupçonné d'avoir été lassé d'attendre la maison qu'il avait achetée en viager et a donc tué sa propriétaire.L'avocat de l'accusé est persuadé que son client est innocentLe procureur campe sur ses positions. Pour lui, le sexagénaire n'est pas un ignorant. Il a confié : "Il savait qu'une personne de 92 ans ne pouvait pas absorber et manger les gâteaux qu'on lui a proposés, en l'occurrence une madeleine, de cette façon-là. Et que cette madeleine risquait effectivement d'entraîner la mort si elle l'ingurgitait".L'avocat de l'accusé, Me Adel Bendjador, au contraire, clame l'innocence de son client. Il a rappelé que "la thèse de l'accident reste envisageable". Il a dit : "Le juge est parti du postulat que mon client était coupable. Il n'a même pas envisagé les autres causes de la mort de cette vieille dame". Il a poursuivi en assurant que son client était dans l'incompréhension malgré l'évolution de ses versions durant les interrogatoires. Il a confié : "Il a pris les choses à la légère. Il ne s'est pas dit qu'on pourrait lui reprocher d'avoir laissé une vieille dame avec une madeleine". L'avocat Me Adel Bendjador a évoqué que le mobile financier n'était pas pertinent : "Il avait acheté ce bien dans les années 1990. Quand vous faites le calcul, il aurait pu revendre ce viager quasiment au même prix." L'ex-pompier comparaîtra entre décembre 2021 et janvier 2022 devant la cour d'assises d'Indre-et-Loire. En attendant, il "clame son innocence et croit en la justice". Un homme est accusé d'avoir tué une nonagénaire © Pixabay @qimono Elle était la propriétaire de la maison qu'il avait achetée en viager © Pixabay @succo Le procureur est persuadé que c'est un meurtre © Pixabay @Schwarzenarzisse L'avocat de l'homme clame son innocence © Pixabay @WilliamCho Les faits se sont déroulés à Tours © Google Maps Les faits se sont déroulés à Tours © Google Map Un homme de 62 ans est accusé d'avoir tué une résidente en Ehpad et propriétaire de la maison qu'il avait achetée en viager. La nonagénaire est morte en 2019 d'une manière quelque peu surprenante. Pour le juge d'instruction, cette mort n'est pas le résultat d'un accident dramatique mais bel et bien d'un meurtre, a rapporté Ouest France. La nonagénaire est décédée d'une manière peu commune, elle a été étouffée par une madeleine. Selon Grégoire Dulin, procureur de Tours, c'est un homicide. Il a confié : "Cette personne ne pouvait pas avaler toute seule ce type de gâteau. Cet homme a provoqué le décès de cette personne à des fins purement économiques, c'est-à-dire qu'il voulait s'emparer de son bien pour mener son propre projet immobilier". En effet, l'homme est soupçonné d'avoir été lassé d'attendre la maison qu'il avait achetée en viager et a donc tué sa propriétaire.L'avocat de l'accusé est persuadé que son client est innocentLe procureur campe sur ses positions. Pour lui, le sexagénaire n'est pas un ignorant. Il a confié : "Il savait qu'une personne de 92 ans ne pouvait pas absorber et manger les gâteaux qu'on lui a proposés, en l'occurrence une madeleine, de cette façon-là. Et que cette madeleine risquait effectivement d'entraîner la mort si elle l'ingurgitait".L'avocat de l'accusé, Me Adel Bendjador, au contraire, clame l'innocence de son client. Il a rappelé que "la thèse de l'accident reste envisageable". Il a dit : "Le juge est parti du postulat que mon client était coupable. Il n'a même pas envisagé les autres causes de la mort de cette vieille dame". Il a poursuivi en assurant que son client était dans l'incompréhension malgré l'évolution de ses versions durant les interrogatoires. Il a confié : "Il a pris les choses à la légère. Il ne s'est pas dit qu'on pourrait lui reprocher d'avoir laissé une vieille dame avec une madeleine". L'avocat Me Adel Bendjador a évoqué que le mobile financier n'était pas pertinent : "Il avait acheté ce bien dans les années 1990. Quand vous faites le calcul, il aurait pu revendre ce viager quasiment au même prix." L'ex-pompier comparaîtra entre décembre 2021 et janvier 2022 devant la cour d'assises d'Indre-et-Loire. En attendant, il "clame son innocence et croit en la justice". Un homme est accusé d'avoir tué une nonagénaire © Pixabay @qimono Elle était la propriétaire de la maison qu'il avait achetée en viager © Pixabay @succo Le procureur est persuadé que c'est un meurtre © Pixabay @Schwarzenarzisse L'avocat de l'homme clame son innocence © Pixabay @WilliamCho Les faits se sont déroulés à Tours © Google Maps Les faits se sont déroulés à Tours © Google Map
15 avril 2021

L'histoire derrière le look. Cher : comment a-t-elle fait passer un message fort avec cette tenue aux Oscars ?

De nombreuses pièces mode sont rentrées dans l'histoire. C'est le cas de l'iconique total look en sequins porté par Cher lors de la 58e cérémonie des Oscars tenus à Los Angeles. L'interprète de "Believe" est apparue vêtue d'une tenue en sequins créée par son ami et créateur de longue date, Bob Mackie. La tenue se composait d'une brassière noire incrustée de bijoux, d'une jupe taille basse assortie à des cuissardes noires qui lui allaient à merveille. Sans oublier ses atouts principaux : une coiffe en plumes volumineuse et un châle noir brodé qui laissait apercevoir les épaules, les hanches et le nombril de la chanteuse.Cher : elle voulait créer ce look inoubliable pour confronter l'académie des Oscars"C'était l'une de mes tenues préférées", a affirmé Cher lors d'une interview accordée à Vogue UK. La chanteuse a également révélé qu'il y avait une signification plus profonde à cette tenue. En effet, à l'époque, le look extravagant et provocateur de la jeune femme dérange fortement, notamment à l'académie des Oscars. "Ils détestaient ma façon de m'habiller. J'avais des petits-amis jeunes à l'époque et ils pensaient que je n'étais pas sérieuse". Cher a alors demandé à son ami, le créateur Bob Mackie, de lui confectionner une tenue inoubliable : "Je lui ai dit : 'Je veux avoir une coiffe façon iroquoise mais je veux faire quelque chose qui ne soit pas vraiment indien. Je veux que ce soit vraiment exagéré'". La star a visiblement réussi son coup puisque 35 ans après l'événement, on parle encore de ce look mythique. Lorsque la star est montée sur scène pour remettre son prix, elle n'a pas pu s'empêcher de lancer une pique à la salle : "Comme vous pouvez le voir, j'ai lu mon manuel sur la façon de s'habiller comme une actrice sérieuse". Il n'y a pas de doute, cette robe sera pour toujours dans le panthéon de la mode. Cher © AGENCE Cher © AGENCE Cher © AGENCE Cher © AGENCE Cher © AFTONBLADET BILD Cher © ANGELI-RINDOFF-GARCIA Cher © STARMAX Cher © STARMAX Cher © AGENCE Cher © FAME PICTURES Cher © FAME PICTURES Cher © GOFF INF De nombreuses pièces mode sont rentrées dans l'histoire. C'est le cas de l'iconique total look en sequins porté par Cher lors de la 58e cérémonie des Oscars tenus à Los Angeles. L'interprète de "Believe" est apparue vêtue d'une tenue en sequins créée par son ami et créateur de longue date, Bob Mackie. La tenue se composait d'une brassière noire incrustée de bijoux, d'une jupe taille basse assortie à des cuissardes noires qui lui allaient à merveille. Sans oublier ses atouts principaux : une coiffe en plumes volumineuse et un châle noir brodé qui laissait apercevoir les épaules, les hanches et le nombril de la chanteuse.Cher : elle voulait créer ce look inoubliable pour confronter l'académie des Oscars"C'était l'une de mes tenues préférées", a affirmé Cher lors d'une interview accordée à Vogue UK. La chanteuse a également révélé qu'il y avait une signification plus profonde à cette tenue. En effet, à l'époque, le look extravagant et provocateur de la jeune femme dérange fortement, notamment à l'académie des Oscars. "Ils détestaient ma façon de m'habiller. J'avais des petits-amis jeunes à l'époque et ils pensaient que je n'étais pas sérieuse". Cher a alors demandé à son ami, le créateur Bob Mackie, de lui confectionner une tenue inoubliable : "Je lui ai dit : 'Je veux avoir une coiffe façon iroquoise mais je veux faire quelque chose qui ne soit pas vraiment indien. Je veux que ce soit vraiment exagéré'". La star a visiblement réussi son coup puisque 35 ans après l'événement, on parle encore de ce look mythique. Lorsque la star est montée sur scène pour remettre son prix, elle n'a pas pu s'empêcher de lancer une pique à la salle : "Comme vous pouvez le voir, j'ai lu mon manuel sur la façon de s'habiller comme une actrice sérieuse". Il n'y a pas de doute, cette robe sera pour toujours dans le panthéon de la mode. Cher © AGENCE Cher © AGENCE Cher © AGENCE Cher © AGENCE Cher © AFTONBLADET BILD Cher © ANGELI-RINDOFF-GARCIA Cher © STARMAX Cher © STARMAX Cher © AGENCE Cher © FAME PICTURES Cher © FAME PICTURES Cher © GOFF INF
15 avril 2021

Gérard Lanvin : l'acteur évoque ses frictions avec Laurent Ruquier

Entre Gérard Lanvin et Laurent Ruquier, ce n'est pas le grand amour. En 2014, l'animateur s'en était pris à l'acteur lorsque ce dernier avait critiqué la mesure des 75% de taxation voulue, un temps, par François Hollande sur les salaires les plus élevés. Le comédien lui avait alors immédiatement répondu, sur un plateau de télévision : "Quand je vois Laurent Ruquier dire : 'J'en ai marre de ces acteurs qui gueulent parce qu'ils ne veulent pas payer d'impôt'... Il est marié, Laurent Ruquier ? Il a des enfants à charge ? II est multicartes, il fait de la radio, de la télé... On ne fait qu'un boulot, nous. Et cet argent, on en a besoin pour faire vivre nos familles et les amis qui sont dans la merde".Depuis, Gérard Lanvin, qui n'a plus été invité dans une émission présentée par Laurent Ruquier, s'est exilé au Maroc, officiellement "parce qu'on est heureux là-bas". Dans les colonnes de Paris Match, ce jeudi 15 avril, la grande gueule du cinéma français revient sur cette embrouille avec la star de France 2 et de RTL. "J'avais envie de chaleur, je suis parti au Maroc. J'estime avoir le droit de partir où je veux sans être critiqué. J'ai eu des petites frictions avec Ruquier, alors que je l'estime beaucoup, qui disait en avoir marre de ces acteurs qui ne veulent pas payer d'impôts... Mais il plaisante ! Je paye 60% d'impôts. Qui ne servent a rien", considère Gérard Lanvin.Gérard Lanvin : d'acteur à chanteur de blues...En attendant de retrouver le cinéma, Gérard Lanvin s'est accordé une petite pause musicale avec un album, Ici bas, composé par son fils, Manu. Une première pour l'acteur qui a fêté ses 70 ans en juin dernier. "J'interprète toujours les mots des autres? Là, j'ai pu interpréter les miens et m'attaquer aux thèmes qui me préoccupent depuis toujours", confie l'acteur devenu chanteur dans les colonnes de Paris Match. Ira-t-il faire la promotion de cet album sur le plateau de Laurent Ruquier ? Rien n'est moins sûr... Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Laurent Ruquier © CYRIL MOREAU Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Laurent Ruquier © Jack Tribeca Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Laurent Ruquier © Erez Lichtfeld Gérard Lanvin © Agence Gérard Lanvin © Agence Laurent Ruquier © Jack Tribeca Laurent Ruquier © Jack Tribeca Laurent Ruquier © Jack Tribeca Entre Gérard Lanvin et Laurent Ruquier, ce n'est pas le grand amour. En 2014, l'animateur s'en était pris à l'acteur lorsque ce dernier avait critiqué la mesure des 75% de taxation voulue, un temps, par François Hollande sur les salaires les plus élevés. Le comédien lui avait alors immédiatement répondu, sur un plateau de télévision : "Quand je vois Laurent Ruquier dire : 'J'en ai marre de ces acteurs qui gueulent parce qu'ils ne veulent pas payer d'impôt'... Il est marié, Laurent Ruquier ? Il a des enfants à charge ? II est multicartes, il fait de la radio, de la télé... On ne fait qu'un boulot, nous. Et cet argent, on en a besoin pour faire vivre nos familles et les amis qui sont dans la merde".Depuis, Gérard Lanvin, qui n'a plus été invité dans une émission présentée par Laurent Ruquier, s'est exilé au Maroc, officiellement "parce qu'on est heureux là-bas". Dans les colonnes de Paris Match, ce jeudi 15 avril, la grande gueule du cinéma français revient sur cette embrouille avec la star de France 2 et de RTL. "J'avais envie de chaleur, je suis parti au Maroc. J'estime avoir le droit de partir où je veux sans être critiqué. J'ai eu des petites frictions avec Ruquier, alors que je l'estime beaucoup, qui disait en avoir marre de ces acteurs qui ne veulent pas payer d'impôts... Mais il plaisante ! Je paye 60% d'impôts. Qui ne servent a rien", considère Gérard Lanvin.Gérard Lanvin : d'acteur à chanteur de blues...En attendant de retrouver le cinéma, Gérard Lanvin s'est accordé une petite pause musicale avec un album, Ici bas, composé par son fils, Manu. Une première pour l'acteur qui a fêté ses 70 ans en juin dernier. "J'interprète toujours les mots des autres? Là, j'ai pu interpréter les miens et m'attaquer aux thèmes qui me préoccupent depuis toujours", confie l'acteur devenu chanteur dans les colonnes de Paris Match. Ira-t-il faire la promotion de cet album sur le plateau de Laurent Ruquier ? Rien n'est moins sûr... Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Laurent Ruquier © CYRIL MOREAU Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Laurent Ruquier © Jack Tribeca Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Laurent Ruquier © Erez Lichtfeld Gérard Lanvin © Agence Gérard Lanvin © Agence Laurent Ruquier © Jack Tribeca Laurent Ruquier © Jack Tribeca Laurent Ruquier © Jack Tribeca
15 avril 2021

Sofia Richie : après sa rupture avec Scott Disick, la fille de Lionel Richie officialise sa nouvelle relation

"Ils sont amis de longue date et Elliot est aussi proche du frère de Sofia, Miles. C'est bon pour Sofia de sortir avec quelqu'un que sa famille approuve et apprécie" a expliqué une source à ET Online.Elliot Grainge a 27 ans, il est PDG d'un label de musique indépendant, 10K Projects, qu'il a également créé. Elliot est aussi le fils de Lucian Grainge, le PDG d'Universal Music Group. Sofia Richie a officialisé leur relation sur Instagram grâce à une photo où elle pose avec son chéri, masqué, dans un ascenseur. La jeune femme n'avait pas pris la peine d'identifier son nouvel amour mais les internautes l'ont vite reconnu.Sofia et Elliot ne se cachent plusDepuis cette officialisation, Sofia et Elliot ne cachent plus. Ils ont récemment été photographiés à la sortie d'un restaurant japonais alors qu'ils partaient en voiture. Auparavant, la fille de Lionel Richie était en couple avec Scott Disick, l'ex de Kourtney Kardashian, qui a lui aussi retrouvé l'amour.La rupture du couple date de l'été dernier. Sa relation avec Kourtney Kardashian a été évoquée pour expliquer leur séparation mais aussi leur différence d'âge. "Il est à un stade très différent dans sa vie et est vraiment concentré sur un style de vie plus calme, sur ses enfants et ses entreprises d'investissement. Et Sofia essaie toujours de savoir ce qu'elle veut faire de sa vie, ce qui les a séparés au fil du temps. Scott a été très clair concernant sa décision de mettre fin à la relation et ne voit pas le couple se remettre ensemble à l'avenir", expliquait une source au magazine Us Weekly l'été dernier. Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Agence "Ils sont amis de longue date et Elliot est aussi proche du frère de Sofia, Miles. C'est bon pour Sofia de sortir avec quelqu'un que sa famille approuve et apprécie" a expliqué une source à ET Online.Elliot Grainge a 27 ans, il est PDG d'un label de musique indépendant, 10K Projects, qu'il a également créé. Elliot est aussi le fils de Lucian Grainge, le PDG d'Universal Music Group. Sofia Richie a officialisé leur relation sur Instagram grâce à une photo où elle pose avec son chéri, masqué, dans un ascenseur. La jeune femme n'avait pas pris la peine d'identifier son nouvel amour mais les internautes l'ont vite reconnu.Sofia et Elliot ne se cachent plusDepuis cette officialisation, Sofia et Elliot ne cachent plus. Ils ont récemment été photographiés à la sortie d'un restaurant japonais alors qu'ils partaient en voiture. Auparavant, la fille de Lionel Richie était en couple avec Scott Disick, l'ex de Kourtney Kardashian, qui a lui aussi retrouvé l'amour.La rupture du couple date de l'été dernier. Sa relation avec Kourtney Kardashian a été évoquée pour expliquer leur séparation mais aussi leur différence d'âge. "Il est à un stade très différent dans sa vie et est vraiment concentré sur un style de vie plus calme, sur ses enfants et ses entreprises d'investissement. Et Sofia essaie toujours de savoir ce qu'elle veut faire de sa vie, ce qui les a séparés au fil du temps. Scott a été très clair concernant sa décision de mettre fin à la relation et ne voit pas le couple se remettre ensemble à l'avenir", expliquait une source au magazine Us Weekly l'été dernier. Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Backgrid USA Sofia Richie © Agence
15 avril 2021

Une chute grave ! La directrice de l'agence danoise du médicament s'effondre face caméra

Le Danemark est le premier pays européen à renoncer à l'utilisation du vaccin AstraZeneca dans sa campagne contre le Covid-19. C'est ce qu'a annoncé le directeur de l'Agence nationale de Santé, Søren Brostrøm, lors d'une conférence de presse ce mercredi. A ses côtés, se tenait la directrice de la pharmacovigilance à l'Agence danoise du médicament, Tanja Lund Erichsen, qui a soudain été prise d'un malaise devant les caméras. Alors que le directeur de l'Agence nationale de santé était en pleine allocution, cette dernière s'est effondrée sur le sol. Réactifs, Søren Brostrøm et quelques journalistes se sont immédiatement rassemblés autour de Tanja Lund Erichsen pour lui soulever les jambes ou lui surélever la tête. L'agence de presse internationale RT a rapporté que la fonctionnaire avait pu quitter la salle sur ses pieds et qu'elle se portait bien, mais que, par souci de sécurité, "elle avait été envoyée en ambulance aux urgences pour que les médecins vérifient son état."▶ Scène insolite: au début d'une conférence de presse portant sur l'abandon d'AstraZeneca au #Danemark, la directrice de la pharmacovigilance à l'Agence danoise des médicaments Tanja Lund #Erichsen s'évanouit#LN24 pic.twitter.com/gCALL375Dk— LN24 (@LesNews24) April 14, 2021 Le contexte sanitaire favorable du DanemarkComme précisé ci-dessus, le Danemark continuera sa campagne de vaccination sans le vaccin AstraZeneca. Les autorités locales justifient cette décision par les effets secondaires "rares" mais "graves" observés avec ce dernier, bien que le directeur de l'Agence nationale de Santé assure qu'il partage l'avis de l'Agence européenne des médicaments sur les bénéfices du vaccin qui l'emportent sur les risques. Au Danemark, sur les 5,8 millions d'habitants, déjà 8% sont intégralement vaccinés et 17% ont reçu la première dose. "Au Danemark, la majorité de la population à risque a été vaccinée et l'épidémie est sous contrôle", a assuré Søren Brostrøm. Le pays dénombre 650 nouveaux cas quotidiens contre, en moyenne, 40 000 en France. Tanja Lund Erichsen s'effondre en pleine conférence de presse © Twitter Tanja Lund Erichsen s'effondre en pleine conférence de presse © Twitter Tanja Lund Erichsen s'effondre en pleine conférence de presse © Twitter Tanja Lund Erichsen s'effondre en pleine conférence de presse © Twitter Tanja Lund Erichsen s'effondre en pleine conférence de presse © Twitter Tanja Lund Erichsen s'effondre en pleine conférence de presse © Twitter Lancement de l'opération « 5000 vaccins sur une journée et sur un seul site » à Nice, le 9 avril 2021. © Bruno Bebert Lancement de l'opération « 5000 vaccins sur une journée et sur un seul site » à Nice, le 9 avril 2021. © Bruno Bebert Lancement de l'opération « 5000 vaccins sur une journée et sur un seul site » à Nice, le 9 avril 2021. © Bruno Bebert Lancement de l'opération « 5000 vaccins sur une journée et sur un seul site » à Nice, le 9 avril 2021. © Bruno Bebert Lancement de l'opération « 5000 vaccins sur une journée et sur un seul site » à Nice, le 9 avril 2021. © Bruno Bebert Lancement de l'opération « 5000 vaccins sur une journée et sur un seul site » à Nice, le 9 avril 2021 © Bruno Bebert Le Danemark est le premier pays européen à renoncer à l'utilisation du vaccin AstraZeneca dans sa campagne contre le Covid-19. C'est ce qu'a annoncé le directeur de l'Agence nationale de Santé, Søren Brostrøm, lors d'une conférence de presse ce mercredi. A ses côtés, se tenait la directrice de la pharmacovigilance à l'Agence danoise du médicament, Tanja Lund Erichsen, qui a soudain été prise d'un malaise devant les caméras. Alors que le directeur de l'Agence nationale de santé était en pleine allocution, cette dernière s'est effondrée sur le sol. Réactifs, Søren Brostrøm et quelques journalistes se sont immédiatement rassemblés autour de Tanja Lund Erichsen pour lui soulever les jambes ou lui surélever la tête. L'agence de presse internationale RT a rapporté que la fonctionnaire avait pu quitter la salle sur ses pieds et qu'elle se portait bien, mais que, par souci de sécurité, "elle avait été envoyée en ambulance aux urgences pour que les médecins vérifient son état."▶ Scène insolite: au début d'une conférence de presse portant sur l'abandon d'AstraZeneca au #Danemark, la directrice de la pharmacovigilance à l'Agence danoise des médicaments Tanja Lund #Erichsen s'évanouit#LN24 pic.twitter.com/gCALL375Dk— LN24 (@LesNews24) April 14, 2021 Le contexte sanitaire favorable du DanemarkComme précisé ci-dessus, le Danemark continuera sa campagne de vaccination sans le vaccin AstraZeneca. Les autorités locales justifient cette décision par les effets secondaires "rares" mais "graves" observés avec ce dernier, bien que le directeur de l'Agence nationale de Santé assure qu'il partage l'avis de l'Agence européenne des médicaments sur les bénéfices du vaccin qui l'emportent sur les risques. Au Danemark, sur les 5,8 millions d'habitants, déjà 8% sont intégralement vaccinés et 17% ont reçu la première dose. "Au Danemark, la majorité de la population à risque a été vaccinée et l'épidémie est sous contrôle", a assuré Søren Brostrøm. Le pays dénombre 650 nouveaux cas quotidiens contre, en moyenne, 40 000 en France. Tanja Lund Erichsen s'effondre en pleine conférence de presse © Twitter Tanja Lund Erichsen s'effondre en pleine conférence de presse © Twitter Tanja Lund Erichsen s'effondre en pleine conférence de presse © Twitter Tanja Lund Erichsen s'effondre en pleine conférence de presse © Twitter Tanja Lund Erichsen s'effondre en pleine conférence de presse © Twitter Tanja Lund Erichsen s'effondre en pleine conférence de presse © Twitter Lancement de l'opération « 5000 vaccins sur une journée et sur un seul site » à Nice, le 9 avril 2021. © Bruno Bebert Lancement de l'opération « 5000 vaccins sur une journée et sur un seul site » à Nice, le 9 avril 2021. © Bruno Bebert Lancement de l'opération « 5000 vaccins sur une journée et sur un seul site » à Nice, le 9 avril 2021. © Bruno Bebert Lancement de l'opération « 5000 vaccins sur une journée et sur un seul site » à Nice, le 9 avril 2021. © Bruno Bebert Lancement de l'opération « 5000 vaccins sur une journée et sur un seul site » à Nice, le 9 avril 2021. © Bruno Bebert Lancement de l'opération « 5000 vaccins sur une journée et sur un seul site » à Nice, le 9 avril 2021 © Bruno Bebert
15 avril 2021

Kate et William : cette très romantique demande en mariage que le prince avait faite

Cela fait bientôt dix ans que Kate Middleton et le prince William se sont dit "oui". Le duc et la duchesse de Cambridge ont célébré leur amour à l'abbaye de Westminster à Londres le 29 avril 2011 devant une foule d'invités, de spectateurs et devant les caméras : leur mariage, tout comme celui d'Harry et Meghan Markle, a été diffusé dans le monde entier. Et l'événement aurait été visionné par plus d'un milliard de personnes.Leurs fiançailles s'étaient déroulées quelques mois plus tôt, en octobre 2010, lors d'un séjour au Kenya. Pour faire sa demande, le petit-fils d'Elizabeth II s'est mis dans la peau d'un véritable romantique. En effet, comme le rappelle l'experte des têtes couronnées Katie Nicholl dans les colonnes The Mirror, ce dernier a profité d'une escapade loin de toute médiatisation pour demander la main de sa bien-aimée. L'héritier au trône aurait, après une journée calme à pêcher sur le lac Rutundu, retrouvé la cabane en rondins qu'il avait réservée pour l'occasion. C'est à ce moment-là, dans la véranda, qu'il se serait mis à genoux. Pour habiller la main de Kate Middleton, William lui a offert la bague de fiançailles que son père avait offerte à sa mère, la princesse Diana.Kate Middleton et William toujours sur la même longueur d'ondeKate Middleton et William ont décidé de sceller leur amour des années après leur première rencontre sur les bancs de l'université de St Andrews en Ecosse. Depuis, tout semble aller pour les tourtereaux qui ont agrandi leur famille. Le prince George est né à Londres le 22 juillet 2013, la princesse Charlotte est arrivée le 2 mai 2015 et le prince Louis le 23 avril 2018. De plus, le couple ne cesse de partager des intérêts communs : ensemble, ils oeuvrent pour les plus défavorisés et travaillent pour un sujet qui leur tient particulièrement à coeur : la santé mentale. D'ailleurs, ils honorent très souvent leurs engagements à deux. Kate Middleton et William © SGP Kate Middleton et William © SGP Kate Middleton et William © Backgrid UK Kate Middleton et William © Backgrid UK Kate Middleton et William © Backgrid UK Kate Middleton et William © Agence Kate Middleton et William © Backgrid UK Kate Middleton et William © Agence Kate Middleton et William © Agence Le prince William © AGENCE Kate Middleton et William © AGENCE Kate Middleton et William © AGENCE Kate Middleton et William © Agence Kate Middleton et William © Backgrid UK Kate Middleton et William © Backgrid UK Kate Middleton et William © Agence Le prince william © Agence Kate Middleton © Agence Kate Middleton et William © Agence Kate Middleton et William © Agence Kate Middleton et William © Agence Cela fait bientôt dix ans que Kate Middleton et le prince William se sont dit "oui". Le duc et la duchesse de Cambridge ont célébré leur amour à l'abbaye de Westminster à Londres le 29 avril 2011 devant une foule d'invités, de spectateurs et devant les caméras : leur mariage, tout comme celui d'Harry et Meghan Markle, a été diffusé dans le monde entier. Et l'événement aurait été visionné par plus d'un milliard de personnes.Leurs fiançailles s'étaient déroulées quelques mois plus tôt, en octobre 2010, lors d'un séjour au Kenya. Pour faire sa demande, le petit-fils d'Elizabeth II s'est mis dans la peau d'un véritable romantique. En effet, comme le rappelle l'experte des têtes couronnées Katie Nicholl dans les colonnes The Mirror, ce dernier a profité d'une escapade loin de toute médiatisation pour demander la main de sa bien-aimée. L'héritier au trône aurait, après une journée calme à pêcher sur le lac Rutundu, retrouvé la cabane en rondins qu'il avait réservée pour l'occasion. C'est à ce moment-là, dans la véranda, qu'il se serait mis à genoux. Pour habiller la main de Kate Middleton, William lui a offert la bague de fiançailles que son père avait offerte à sa mère, la princesse Diana.Kate Middleton et William toujours sur la même longueur d'ondeKate Middleton et William ont décidé de sceller leur amour des années après leur première rencontre sur les bancs de l'université de St Andrews en Ecosse. Depuis, tout semble aller pour les tourtereaux qui ont agrandi leur famille. Le prince George est né à Londres le 22 juillet 2013, la princesse Charlotte est arrivée le 2 mai 2015 et le prince Louis le 23 avril 2018. De plus, le couple ne cesse de partager des intérêts communs : ensemble, ils oeuvrent pour les plus défavorisés et travaillent pour un sujet qui leur tient particulièrement à coeur : la santé mentale. D'ailleurs, ils honorent très souvent leurs engagements à deux. Kate Middleton et William © SGP Kate Middleton et William © SGP Kate Middleton et William © Backgrid UK Kate Middleton et William © Backgrid UK Kate Middleton et William © Backgrid UK Kate Middleton et William © Agence Kate Middleton et William © Backgrid UK Kate Middleton et William © Agence Kate Middleton et William © Agence Le prince William © AGENCE Kate Middleton et William © AGENCE Kate Middleton et William © AGENCE Kate Middleton et William © Agence Kate Middleton et William © Backgrid UK Kate Middleton et William © Backgrid UK Kate Middleton et William © Agence Le prince william © Agence Kate Middleton © Agence Kate Middleton et William © Agence Kate Middleton et William © Agence Kate Middleton et William © Agence
15 avril 2021

Gérard Lanvin : pourquoi il a quitté la France pour s'installer au Maroc

C'est un pays dans lequel il est "heureux". Si c'est en France qu'il a fait carrière, c'est au Maroc que Gérard Lanvin habite désormais depuis plusieurs années. Lors d'un entretien accordé à Paris Match, l'acteur est revenu sur les raisons qui l'ont poussé à s'installer en Afrique du Nord. "J'y suis allé parce qu'on est heureux là-bas" a confié la star de Mesrine : L'Ennemi public n°1, qui précise qu'il avait "des envies de chaleur".Contrairement à ce que beaucoup pensent cela n'a rien à voir avec les impôts : "J'estime avoir le droit d'aller où je veux sans être critiqué." a lâché l'acteur avant de revenir sur une brouille qu'il a eu en 2014 avec Laurent Ruquier à ce sujet : "J'ai eu des petites frictions avec Ruquier, alors que je l'estime beaucoup, qui disait en avoir marre des acteurs qui ne veulent pas payer d'impôts...Mais il plaisante ! Je paye 60% d'impôts. Qui ne servent à rien. Quand Hollande voulait passer à 75%, j'ai annoncé que j'allais arrêter de bosser...Je ne vais pas donner 7,50 francs sur les 10 balles que je gagne! Mais je n'ai pas été au Maroc pour ça" s'est défendu le comédien.Gérard Lanvin bientôt chanteur ?S'il est bien établi au Maghreb, Gérard Lanvin continue à faire des allers-retours en France, afin de travailler notamment sur ses nouveaux projets. L'acteur s'apprête d'ailleurs à se lancer dans la musique, encouragé par son fils Manu. Le 21 mai prochain, le père et le fils sortiront un album en duo qui est décrit comme un "constat social" : "L'idée (de cet album) est venu de son constat social, des discussions que l'on avait parfois, ces thématiques auxquelles il est sensible, ses mots aussi, sa manière de parler , d'évoquer les choses" a fait savoir Manu Lanvin sur le plateau de C à Vous en mars dernier avant d'ajouter : "Au début il pensait que ça allait être un ou deux morceaux et puis très vite on est allés sur dix parce que j'étais assez opiniâtre et je savais où je voulais aller avec lui parce que je trouvais intéressant que sa parole sorte du cercle familial, il y a des choses très sensibles dans sa réflexion." Sur cet opus figureront des titres engagés dont une chanson qui traite des violences faites aux femmes. Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Gérard Lanvin © AGENCE Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Gérard Lanvin © Giancarlo Gorassini Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Gérard Lanvin © LE FILM FRANCAIS / MONDADORI FRANCE Gérard Lanvin © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Gérard Lanvin © LE FILM FRANCAIS / MONDADORI FRANCE Gérard Lanvin © TELE POCHE / MONDADORI FRANCE Gérard Lanvin © GENGIS BORDENAVE C'est un pays dans lequel il est "heureux". Si c'est en France qu'il a fait carrière, c'est au Maroc que Gérard Lanvin habite désormais depuis plusieurs années. Lors d'un entretien accordé à Paris Match, l'acteur est revenu sur les raisons qui l'ont poussé à s'installer en Afrique du Nord. "J'y suis allé parce qu'on est heureux là-bas" a confié la star de Mesrine : L'Ennemi public n°1, qui précise qu'il avait "des envies de chaleur".Contrairement à ce que beaucoup pensent cela n'a rien à voir avec les impôts : "J'estime avoir le droit d'aller où je veux sans être critiqué." a lâché l'acteur avant de revenir sur une brouille qu'il a eu en 2014 avec Laurent Ruquier à ce sujet : "J'ai eu des petites frictions avec Ruquier, alors que je l'estime beaucoup, qui disait en avoir marre des acteurs qui ne veulent pas payer d'impôts...Mais il plaisante ! Je paye 60% d'impôts. Qui ne servent à rien. Quand Hollande voulait passer à 75%, j'ai annoncé que j'allais arrêter de bosser...Je ne vais pas donner 7,50 francs sur les 10 balles que je gagne! Mais je n'ai pas été au Maroc pour ça" s'est défendu le comédien.Gérard Lanvin bientôt chanteur ?S'il est bien établi au Maghreb, Gérard Lanvin continue à faire des allers-retours en France, afin de travailler notamment sur ses nouveaux projets. L'acteur s'apprête d'ailleurs à se lancer dans la musique, encouragé par son fils Manu. Le 21 mai prochain, le père et le fils sortiront un album en duo qui est décrit comme un "constat social" : "L'idée (de cet album) est venu de son constat social, des discussions que l'on avait parfois, ces thématiques auxquelles il est sensible, ses mots aussi, sa manière de parler , d'évoquer les choses" a fait savoir Manu Lanvin sur le plateau de C à Vous en mars dernier avant d'ajouter : "Au début il pensait que ça allait être un ou deux morceaux et puis très vite on est allés sur dix parce que j'étais assez opiniâtre et je savais où je voulais aller avec lui parce que je trouvais intéressant que sa parole sorte du cercle familial, il y a des choses très sensibles dans sa réflexion." Sur cet opus figureront des titres engagés dont une chanson qui traite des violences faites aux femmes. Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Gérard Lanvin © AGENCE Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Gérard Lanvin © Giancarlo Gorassini Gérard Lanvin © COADIC GUIREC Gérard Lanvin © LE FILM FRANCAIS / MONDADORI FRANCE Gérard Lanvin © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Gérard Lanvin © LE FILM FRANCAIS / MONDADORI FRANCE Gérard Lanvin © TELE POCHE / MONDADORI FRANCE Gérard Lanvin © GENGIS BORDENAVE
15 avril 2021

Emily Ratajkowski : elle dévoile sa silhouette incroyable dans un mini bikini un mois après avoir accouché

Le corps de chaque femme réagit différemment après une grossesse, et Emily Ratajkowski l'a rappelé il y a encore quelques jours, sur Instagram. La top model, qui a accouché le 8 mars dernier d'un petit Sylvester, a provoqué un véritable séisme ce week-end en postant une vidéo d'elle en bikini. Jusque là, rien d'inhabituel pour les 27 millions d'abonnés de la jeune femme, plutôt acclimatés à un feed dénudé. Non, ce qui agite particulièrement la foule, c'est le corps ferme et les abdos dessinés d'Emily Ratajkowski, cinq semaines seulement après avoir eu un bébé. "Je me trompe ou vous avez accouché il y un mois ?", "Si c'est votre corps post-partum, je ne veux plus rien entendre", "Ne me dites pas que cette femme a accouché le mois dernier ?", peut-on lire parmi les commentaires. En effet, en visionnant la vidéo, difficile d'imaginer qu'il y a encore cinq semaines, Emily Ratajkowski était bien enceinte. Pour certains internautes, convaincus d'une quelconque supercherie, il pourrait s'agir d'une vidéo datant d'avant sa grossesse. Une théorie peu probable puisqu'en dehors du fait que la jeune femme soit vêtue de sa toute nouvelle collection de bikinis - qui n'existait vraisemblablement il y a 9 mois - les plus observateurs ont assuré que la poitrine de la mannequin était bien celle d'une jeune maman. Emily Ratajkowski, accusée par certains internautes de faillir au "women's empowerment"La vérité acceptée, les commentaires se sont alors affrontés sur la notion de "women's empowerment", ce mouvement qui prône l'émancipation et le renforcement du pouvoir des femmes par elles-mêmes. Une notion visiblement floue pour beaucoup, certaines personnes reprochant à Emily Ratajkowski d'afficher son corps parfait quand d'autres mères ne connaissent pas la même expérience. Le paradoxe réside alors dans le fait de jeter la pierre à une femme pour son corps, quand l'empowerment des femmes consiste à tous les célébrer. Emily Ratajkowski © STARMAX Emily Ratajkowski © AGENCE Emily Ratajkowski © Agence Emily Ratajkowski © BS Emily Ratajkowski © BS Emily Ratajkowski © Backgrid USA Emily Ratajkowski © Backgrid USA Emily Ratajkowski © Backgrid USA Emily Ratajkowski © Backgrid USA Emily Ratajkowski © Agence Emily Ratajkowski © Backgrid USA Emily Ratajkowski © Backgrid USA Le corps de chaque femme réagit différemment après une grossesse, et Emily Ratajkowski l'a rappelé il y a encore quelques jours, sur Instagram. La top model, qui a accouché le 8 mars dernier d'un petit Sylvester, a provoqué un véritable séisme ce week-end en postant une vidéo d'elle en bikini. Jusque là, rien d'inhabituel pour les 27 millions d'abonnés de la jeune femme, plutôt acclimatés à un feed dénudé. Non, ce qui agite particulièrement la foule, c'est le corps ferme et les abdos dessinés d'Emily Ratajkowski, cinq semaines seulement après avoir eu un bébé. "Je me trompe ou vous avez accouché il y un mois ?", "Si c'est votre corps post-partum, je ne veux plus rien entendre", "Ne me dites pas que cette femme a accouché le mois dernier ?", peut-on lire parmi les commentaires. En effet, en visionnant la vidéo, difficile d'imaginer qu'il y a encore cinq semaines, Emily Ratajkowski était bien enceinte. Pour certains internautes, convaincus d'une quelconque supercherie, il pourrait s'agir d'une vidéo datant d'avant sa grossesse. Une théorie peu probable puisqu'en dehors du fait que la jeune femme soit vêtue de sa toute nouvelle collection de bikinis - qui n'existait vraisemblablement il y a 9 mois - les plus observateurs ont assuré que la poitrine de la mannequin était bien celle d'une jeune maman. Emily Ratajkowski, accusée par certains internautes de faillir au "women's empowerment"La vérité acceptée, les commentaires se sont alors affrontés sur la notion de "women's empowerment", ce mouvement qui prône l'émancipation et le renforcement du pouvoir des femmes par elles-mêmes. Une notion visiblement floue pour beaucoup, certaines personnes reprochant à Emily Ratajkowski d'afficher son corps parfait quand d'autres mères ne connaissent pas la même expérience. Le paradoxe réside alors dans le fait de jeter la pierre à une femme pour son corps, quand l'empowerment des femmes consiste à tous les célébrer. Emily Ratajkowski © STARMAX Emily Ratajkowski © AGENCE Emily Ratajkowski © Agence Emily Ratajkowski © BS Emily Ratajkowski © BS Emily Ratajkowski © Backgrid USA Emily Ratajkowski © Backgrid USA Emily Ratajkowski © Backgrid USA Emily Ratajkowski © Backgrid USA Emily Ratajkowski © Agence Emily Ratajkowski © Backgrid USA Emily Ratajkowski © Backgrid USA
15 avril 2021

Hélène Darroze : son message poignant et sa collection de photos pour les 12 ans de sa fille Quiterie

Ce mardi 13 avril 2021, ce n'est pas une photo de ses plats qu'a publié Hélène Darroze, mais un post entièrement dédié à sa fille cadette. Quiterie, fêtait ses 12 ans et comme n'importe quelle maman fière, la cheffe a publié un message plein d'amour son compte Instagram."Joyeux joyeux joyeux anniversaire à ma petite merveille, mon petit feu follet, mon rayon de Soleil. Ma Quiterie chérie, 12 ans de toi déjà... 12 ans illuminés par tes rires et tes facéties, 12 ans de bonheur, 12 ans de promesses pour des demains enchantés, 12 ans d'amour infini... Chaque jour tu fais de moi la plus heureuse et la plus fière des mamans et il n'existe pas de mots assez forts pour te dire combien je t'aime ma Quiterie d'amour...". Hélène Darroze ne tarit pas d'éloges sur ses deux fillesHélène Darroze s'est fait connaître du grand public grâce à l'émission Top Chef à laquelle elle participe en tant que jury depuis 2015. La cheffe est également maman de deux petites filles, Charlotte et Quiterie, toutes deux, adoptées au Viêtnam. Deux filles qui font la fierté de leur maman. Ce n'est donc pas rare de voir Hélène Darroze leur dédier un post sur son compte Instagram. C'était le cas le 3 avril dernier, déjà pour l'anniversaire de la plus grande Charlotte."Happy Happy Happy You ma Chacha. Joyeux anniversaire ma petite fille d'amour. Je ne sais trouver les mots aujourd'hui pour te dire combien je suis fière et admirative de la jeune fille que tu deviens... je voudrais que tu saches que vivre en te regardant grandir est le plus beau cadeau que la vie m'ait fait. Chaque jour tu me bluffes toujours un peu plus par ta droiture, ton honnêteté, ton désir d'un monde juste et aimant, ton sens de l'autre Tu me donnes tant de leçons d'humanité ma Chacha du haut de tes 14 ans. De tout mon cœur je souhaite que tous tes rêves, si souvent tournés pour aider et faire plaisir aux autres, se réalisent. Je serai toujours à tes côtés pour te soutenir dans tes aspirations car elles sont tellement justes. Ma Chacha, ma grande fille qui restera toujours mon bébé, je t'aime tellement fort que je crois parfois que mon cœur va exploser..." avait-elle écrit. Hélène Darroze © Giancarlo Gorassini Hélène Darroze © JAEGLE STEPHANE Hélène Darroze © VEEREN Hélène Darroze © RACHID BELLAK Hélène Darroze © Giancarlo Gorassini Hélène Darroze © Agence Hélène Darroze © Agence Hélène Darroze © Agence Hélène Darroze © Agence Hélène Darroze © Agence Hélène Darroze © Agence Hélène Darroze © Guillaume Gaffiot Ce mardi 13 avril 2021, ce n'est pas une photo de ses plats qu'a publié Hélène Darroze, mais un post entièrement dédié à sa fille cadette. Quiterie, fêtait ses 12 ans et comme n'importe quelle maman fière, la cheffe a publié un message plein d'amour son compte Instagram."Joyeux joyeux joyeux anniversaire à ma petite merveille, mon petit feu follet, mon rayon de Soleil. Ma Quiterie chérie, 12 ans de toi déjà... 12 ans illuminés par tes rires et tes facéties, 12 ans de bonheur, 12 ans de promesses pour des demains enchantés, 12 ans d'amour infini... Chaque jour tu fais de moi la plus heureuse et la plus fière des mamans et il n'existe pas de mots assez forts pour te dire combien je t'aime ma Quiterie d'amour...". Hélène Darroze ne tarit pas d'éloges sur ses deux fillesHélène Darroze s'est fait connaître du grand public grâce à l'émission Top Chef à laquelle elle participe en tant que jury depuis 2015. La cheffe est également maman de deux petites filles, Charlotte et Quiterie, toutes deux, adoptées au Viêtnam. Deux filles qui font la fierté de leur maman. Ce n'est donc pas rare de voir Hélène Darroze leur dédier un post sur son compte Instagram. C'était le cas le 3 avril dernier, déjà pour l'anniversaire de la plus grande Charlotte."Happy Happy Happy You ma Chacha. Joyeux anniversaire ma petite fille d'amour. Je ne sais trouver les mots aujourd'hui pour te dire combien je suis fière et admirative de la jeune fille que tu deviens... je voudrais que tu saches que vivre en te regardant grandir est le plus beau cadeau que la vie m'ait fait. Chaque jour tu me bluffes toujours un peu plus par ta droiture, ton honnêteté, ton désir d'un monde juste et aimant, ton sens de l'autre Tu me donnes tant de leçons d'humanité ma Chacha du haut de tes 14 ans. De tout mon cœur je souhaite que tous tes rêves, si souvent tournés pour aider et faire plaisir aux autres, se réalisent. Je serai toujours à tes côtés pour te soutenir dans tes aspirations car elles sont tellement justes. Ma Chacha, ma grande fille qui restera toujours mon bébé, je t'aime tellement fort que je crois parfois que mon cœur va exploser..." avait-elle écrit. Hélène Darroze © Giancarlo Gorassini Hélène Darroze © JAEGLE STEPHANE Hélène Darroze © VEEREN Hélène Darroze © RACHID BELLAK Hélène Darroze © Giancarlo Gorassini Hélène Darroze © Agence Hélène Darroze © Agence Hélène Darroze © Agence Hélène Darroze © Agence Hélène Darroze © Agence Hélène Darroze © Agence Hélène Darroze © Guillaume Gaffiot
15 avril 2021

Marjolaine Bui (Greg le millionnaire) : 20 ans après l'émission, elle dévoile le pot aux roses

Il y a près de vingt ans, en 2003, Marjolaine Bui se révélait aux téléspectateurs français en participant, en tant que prétendante, au programme de télé-réalité Greg le millionnaire. La jeune femme devait alors charmer Grégory Basso, un maçon que la production avait décidé de faire passer pour un millionnaire. Le programme se passait dans une superbe villa qui, dans le scénario imaginé par la production, appartenait à Greg. Mais dans le documentaire sur les 20 ans de la télé-réalité, diffusé ce mercredi 14 avril sur TMC, Marjolaine Bui a fait des confessions inattendues."La maison je la connaissais. Elle appartenait en fait à un ami d'un ami donc je connaissais la maison, j'avais déjà été en vacances là-bas, donc je connaissais tout et j'avais même trouvé la pièce où ils avaient rangé les affaires du vrai propriétaire. Donc je savais que ce n'était pas sa maison", a indiqué l'ancienne prétendante de Greg le millionnaire. Mais pourquoi n'a-t-elle alors rien dit pendant le programme ? "J'ai fait comme si de rien n'était, je me suis prêtée au jeu, j'ai continué, j'ai vécu l'aventure pleinement", explique-t-elle.Marjolaine Bui : elle avait eu le droit à sa propre télé-réalité en 2004Marjolaine Bui avait finalement été éliminée à trois semaines de la fin du programme. Grégory Basso était alors partie avec Martika. Mais la jeune femme d'origine vietnamienne avait été la véritable star du programme et avait même eu le droit à sa propre télé-réalité, l'été suivant, en 2004. Quinze prétendus millionnaires devaient tenter de la séduire dans Marjolaine et les millionnaires. Elle avait alors fini l'aventure avec Johann, un agent immobilier vendu comme un riche promoteur immobilier par la production. Marjolaine Bui © PIAU FREDERIC Marjolaine Bui © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Marjolaine Bui © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Marjolaine Bui © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Marjolaine Bui © JLPPA Marjolaine Bui © JLPPA Marjolaine Bui © JLPPA Marjolaine Bui © Giancarlo Gorassini Marjolaine Bui © PIAU FREDERIC Marjolaine Bui © PIAU FREDERIC Marjolaine Bui © BALDINI Marjolaine Bui © BALDINI Il y a près de vingt ans, en 2003, Marjolaine Bui se révélait aux téléspectateurs français en participant, en tant que prétendante, au programme de télé-réalité Greg le millionnaire. La jeune femme devait alors charmer Grégory Basso, un maçon que la production avait décidé de faire passer pour un millionnaire. Le programme se passait dans une superbe villa qui, dans le scénario imaginé par la production, appartenait à Greg. Mais dans le documentaire sur les 20 ans de la télé-réalité, diffusé ce mercredi 14 avril sur TMC, Marjolaine Bui a fait des confessions inattendues."La maison je la connaissais. Elle appartenait en fait à un ami d'un ami donc je connaissais la maison, j'avais déjà été en vacances là-bas, donc je connaissais tout et j'avais même trouvé la pièce où ils avaient rangé les affaires du vrai propriétaire. Donc je savais que ce n'était pas sa maison", a indiqué l'ancienne prétendante de Greg le millionnaire. Mais pourquoi n'a-t-elle alors rien dit pendant le programme ? "J'ai fait comme si de rien n'était, je me suis prêtée au jeu, j'ai continué, j'ai vécu l'aventure pleinement", explique-t-elle.Marjolaine Bui : elle avait eu le droit à sa propre télé-réalité en 2004Marjolaine Bui avait finalement été éliminée à trois semaines de la fin du programme. Grégory Basso était alors partie avec Martika. Mais la jeune femme d'origine vietnamienne avait été la véritable star du programme et avait même eu le droit à sa propre télé-réalité, l'été suivant, en 2004. Quinze prétendus millionnaires devaient tenter de la séduire dans Marjolaine et les millionnaires. Elle avait alors fini l'aventure avec Johann, un agent immobilier vendu comme un riche promoteur immobilier par la production. Marjolaine Bui © PIAU FREDERIC Marjolaine Bui © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Marjolaine Bui © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Marjolaine Bui © TELE STAR / MONDADORI FRANCE Marjolaine Bui © JLPPA Marjolaine Bui © JLPPA Marjolaine Bui © JLPPA Marjolaine Bui © Giancarlo Gorassini Marjolaine Bui © PIAU FREDERIC Marjolaine Bui © PIAU FREDERIC Marjolaine Bui © BALDINI Marjolaine Bui © BALDINI
15 avril 2021

TEMOIGNAGE. "Les douleurs provoquées par ma maladie rare sont terribles, et je me bats pour qu'un traitement existant soit vendu en France"

Algie vasculaire de la face chronique : derrière ce nom barbare se cache une maladie très handicapante, et très méconnue. Liée à la compression d'un nerf appelé trijumeau, situé au niveau du cerveau, elle provoque des crises terribles, que Diane Wattrelos ne connaît que trop bien. Cela fait seize ans que cette maman de deux jeunes enfants se bat contre cette pathologie rare. "J'ai connu les premières crises quand j'avais 14 ans, de façon périodique. J'avais l'impression que j'allais mourir et que je faisais un AVC", explique la trentenaire.Car les crises provoquent une douleur insoutenable. "Elle est d'abord localisée au niveau de l'œil. J'ai l'impression qu'on y plante un tournevis, avec une sensation de broiement et de coups de marteau. La paupière gonfle et un œdème apparaît. Mon visage devient écarlate, mes yeux larmoient et mon nez coule. Puis, la douleur s'étend ensuite dans tout le visage. Et contrairement à la migraine qui suppose de rester immobile, cette maladie provoque une souffrance tellement intense qu'on est obligé de bouger", témoigne Diane.Le surnom de cette pathologie ? La maladie du suicideDurant son adolescence, elle parvient à vivre avec la maladie... qui n'est pas encore diagnostiquée. Mais plus les années passent, plus les douleurs s'accentuent. A 23 ans, la jeune femme est hospitalisée à l'hôpital Lariboisière, à Paris, dans un centre d'urgences spécialisé dans les céphalées. "Heureusement, j'y ai rencontré un neurologue et il m'a dit rapidement que je souffrais d'algie vasculaire de la face (AVF). J'étais heureuse de savoir enfin ce que j'avais." Soulagée de mettre un nom sur son mal, Diane Wattrelos va malheureusement voir son état s'aggraver au fil du temps. "J'ai désormais huit à neuf crises par jour. Elles durent de 30 à 40 minutes et surviennent davantage la nuit", explique-t-elle. Les douleurs sont tellement insupportables que l'AVF est surnommée la "maladie du suicide".Elle prend 25 médicaments par jour, et ils ont tous des effets secondaires très lourdsEt sa prise en charge est très lourde. Diane prend 25 médicaments par jour pour le traitement de fond en prévention, et subit des piqûres quotidiennes pour stopper les crises. Enfin, pas toutes. "Ces traitements de crise prennent la forme d'injections au niveau de la cuisse ou du ventre, précise Diane, mais elles sont limitées à deux par jour, car ces traitements sont très forts et très éprouvants au niveau cardiaque. Je choisis de faire ces deux injections au moment où la crise est la plus difficile, ou quand je m'occupe de mes enfants, par exemple." Et malgré tout cet arsenal médicamenteux, Diane continue de faire des séjours réguliers à l'hôpital, subit des opérations en neurochirurgie. Car les dizaines de médicaments qu'elle prend sont d'une efficacité toute relative. "Malheureusement, ils ne fonctionnent pas chez moi, car je suis pharmaco-résistante. De plus, il s'agit de traitements cardiaques ou antiépileptiques qui ne sont pas conçus spécifiquement pour l'algie vasculaire de la face et ont des effets secondaires très lourds : malaises, pertes de cheveux, problèmes de mémoire, œdèmes au niveau des jambes", se désole Diane.Depuis deux ans, un nouveau traitement efficace est autorisé en France, mais toujours pas commercialisé...Pourtant, un espoir existe : un traitement appelé Aimovig®, développé par le laboratoire Novartis, a été créé pour les migraineux chroniques, et fonctionne sur des patients lourdement atteints par l'algie vasculaire de la face. Or, s'il a reçu une autorisation de mise sur le marché en 2018, il n'est toujours pas commercialisé en France. "Il est proposé notamment en Suisse et en Italie. ll semble que le gouvernement français et Novartis ne se soient pas mis d'accord sur son prix. Nous avons écrit au ministre de la Santé, mais nous n'avons jamais eu de réponse", explique la jeune maman. Une autre victime de la maladie, Isabelle Schaal, a d'ailleurs lancé une pétition en ligne pour obtenir la mise sur le marché français du traitement Aimovig.Déclarée adulte handicapée à plus de 80 %, Diane a arrêté de travailler dans le domaine de la banque et se consacre désormais à son compte Instagram (@les_maux_en_couleurs) et à l'écriture d'un livre. Son objectif ? "Faire connaître cette maladie et échanger avec les malades qui se sentent très seuls et abandonnés." Très investie, Diane Wattrelos n'est, heureusement, pas seule face à la maladie : elle peut compter sur l'aide précieuse de son mari Xavier qui la soutient au jour le jour dans ce terrible combat qui est le sien. Diane © LES_MAUX_EN_COULEURS Diane © LES_MAUX_EN_COULEURS Diane © LES_MAUX_EN_COULEURS Diane © LES_MAUX_EN_COULEURS Diane © LES_MAUX_EN_COULEURS Diane © LES_MAUX_EN_COULEURS Algie vasculaire de la face chronique : derrière ce nom barbare se cache une maladie très handicapante, et très méconnue. Liée à la compression d'un nerf appelé trijumeau, situé au niveau du cerveau, elle provoque des crises terribles, que Diane Wattrelos ne connaît que trop bien. Cela fait seize ans que cette maman de deux jeunes enfants se bat contre cette pathologie rare. "J'ai connu les premières crises quand j'avais 14 ans, de façon périodique. J'avais l'impression que j'allais mourir et que je faisais un AVC", explique la trentenaire.Car les crises provoquent une douleur insoutenable. "Elle est d'abord localisée au niveau de l'œil. J'ai l'impression qu'on y plante un tournevis, avec une sensation de broiement et de coups de marteau. La paupière gonfle et un œdème apparaît. Mon visage devient écarlate, mes yeux larmoient et mon nez coule. Puis, la douleur s'étend ensuite dans tout le visage. Et contrairement à la migraine qui suppose de rester immobile, cette maladie provoque une souffrance tellement intense qu'on est obligé de bouger", témoigne Diane.Le surnom de cette pathologie ? La maladie du suicideDurant son adolescence, elle parvient à vivre avec la maladie... qui n'est pas encore diagnostiquée. Mais plus les années passent, plus les douleurs s'accentuent. A 23 ans, la jeune femme est hospitalisée à l'hôpital Lariboisière, à Paris, dans un centre d'urgences spécialisé dans les céphalées. "Heureusement, j'y ai rencontré un neurologue et il m'a dit rapidement que je souffrais d'algie vasculaire de la face (AVF). J'étais heureuse de savoir enfin ce que j'avais." Soulagée de mettre un nom sur son mal, Diane Wattrelos va malheureusement voir son état s'aggraver au fil du temps. "J'ai désormais huit à neuf crises par jour. Elles durent de 30 à 40 minutes et surviennent davantage la nuit", explique-t-elle. Les douleurs sont tellement insupportables que l'AVF est surnommée la "maladie du suicide".Elle prend 25 médicaments par jour, et ils ont tous des effets secondaires très lourdsEt sa prise en charge est très lourde. Diane prend 25 médicaments par jour pour le traitement de fond en prévention, et subit des piqûres quotidiennes pour stopper les crises. Enfin, pas toutes. "Ces traitements de crise prennent la forme d'injections au niveau de la cuisse ou du ventre, précise Diane, mais elles sont limitées à deux par jour, car ces traitements sont très forts et très éprouvants au niveau cardiaque. Je choisis de faire ces deux injections au moment où la crise est la plus difficile, ou quand je m'occupe de mes enfants, par exemple." Et malgré tout cet arsenal médicamenteux, Diane continue de faire des séjours réguliers à l'hôpital, subit des opérations en neurochirurgie. Car les dizaines de médicaments qu'elle prend sont d'une efficacité toute relative. "Malheureusement, ils ne fonctionnent pas chez moi, car je suis pharmaco-résistante. De plus, il s'agit de traitements cardiaques ou antiépileptiques qui ne sont pas conçus spécifiquement pour l'algie vasculaire de la face et ont des effets secondaires très lourds : malaises, pertes de cheveux, problèmes de mémoire, œdèmes au niveau des jambes", se désole Diane.Depuis deux ans, un nouveau traitement efficace est autorisé en France, mais toujours pas commercialisé...Pourtant, un espoir existe : un traitement appelé Aimovig®, développé par le laboratoire Novartis, a été créé pour les migraineux chroniques, et fonctionne sur des patients lourdement atteints par l'algie vasculaire de la face. Or, s'il a reçu une autorisation de mise sur le marché en 2018, il n'est toujours pas commercialisé en France. "Il est proposé notamment en Suisse et en Italie. ll semble que le gouvernement français et Novartis ne se soient pas mis d'accord sur son prix. Nous avons écrit au ministre de la Santé, mais nous n'avons jamais eu de réponse", explique la jeune maman. Une autre victime de la maladie, Isabelle Schaal, a d'ailleurs lancé une pétition en ligne pour obtenir la mise sur le marché français du traitement Aimovig.Déclarée adulte handicapée à plus de 80 %, Diane a arrêté de travailler dans le domaine de la banque et se consacre désormais à son compte Instagram (@les_maux_en_couleurs) et à l'écriture d'un livre. Son objectif ? "Faire connaître cette maladie et échanger avec les malades qui se sentent très seuls et abandonnés." Très investie, Diane Wattrelos n'est, heureusement, pas seule face à la maladie : elle peut compter sur l'aide précieuse de son mari Xavier qui la soutient au jour le jour dans ce terrible combat qui est le sien. Diane © LES_MAUX_EN_COULEURS Diane © LES_MAUX_EN_COULEURS Diane © LES_MAUX_EN_COULEURS Diane © LES_MAUX_EN_COULEURS Diane © LES_MAUX_EN_COULEURS Diane © LES_MAUX_EN_COULEURS
15 avril 2021

Harry : à quel membre de la famille royale a-t-il réservé sa première visite depuis son retour ?

La venue d'Harry au Royaume-Uni pour les obsèques de son grand-père était attendue. Si certains pensaient qu'il ne ferait pas le déplacement des Etats-Unis, il a fait son arrivée sur le sol britannique le 11 avril dernier, soit deux jours après l'annonce du décès du prince consort. Il a été aperçu à l'aéroport d'Heathrow à Londres... seul. En effet, Meghan Markle n'aurait pas fait le voyage afin de ne pas être au centre de l'attention, notamment à cause des nombreuses polémiques qui entourent le couple depuis leur "interview révélation" avec Oprah Winfrey. Enceinte de son second enfant, elle a donc préféré rester chez elle à s'occuper d'Archie malgré les inquiétudes de son époux. Une décision que la reine comprend totalement.Lorsqu'il est arrivé en Angleterre, Harry s'est empressé d'aller rendre visite à l'un de ses proches qui ne l'a jamais laissé tomber. Il s'agit de sa cousine la princesse Eugenie. Selon les informations de Us Weekly, le petit-fils d'Elizabeth II lui a rendu visite en premier afin de faire la connaissance de son fils, né en août dernier. C'est à Frogmore Cottage qu'elle réside actuellement avec son époux Jack Brooksbank.Harry veut "honorer" son grand-père Harry sera donc présent aux obsèques de son grand-père qui se déroulement samedi 17 avril à la chapelle Saint-Georges de Winsdor. Un événement qu'il ne pouvait pas manquer. Comme l'a expliqué une source proche de la famille royale d'Angleterre au magazine "il était important pour lui de revenir chez lui et d'honorer son grand-père avec qui il avait un lien particulier". De plus, Harry se sentirait"coupable" de ne pas avoir pu dire au revoir à son grand-père avant sa mort. Il retrouvera, pour la première fois depuis un an, son frère le prince William, Kate Middleton et son père le prince Charles avec qui les relations ne sont pas au beau fixe. Harry © EXPRESS SYNDICATION Princesse Eugenie © The ImageDirect Princesse Eugenie et son mari Jack Brooksbank © Backgrid UK Princesse Eugenie et son mari Jack Brooksbank © EXPRESS SYNDICATION Princesse Eugenie et Harry © AGENCE Harry et Meghan Markle © Vantage News Harry et Meghan Markle © Matrix Harry et Meghan Markle © Matrix Harry et Meghan Markle © Matrix Harry et Meghan Markle © AGENCE / BESTIMAGE Harry © Agence Harry et Meghan Markle © Backgrid USA Harry et Meghan Markle © Agence / Bestimage Harry et Meghan Markle © Agence Harry et Meghan Markle © AGENCE Harry © Backgrid USA Harry et Meghan Markle © Backgrid UK Harry © Backgrid UK Harry et Meghan Markle © Capture TV CBS via Bestimage Harry © Capture TV CBS via Bestimage Meghan Markle © Capture TV CBS via Bestimage La venue d'Harry au Royaume-Uni pour les obsèques de son grand-père était attendue. Si certains pensaient qu'il ne ferait pas le déplacement des Etats-Unis, il a fait son arrivée sur le sol britannique le 11 avril dernier, soit deux jours après l'annonce du décès du prince consort. Il a été aperçu à l'aéroport d'Heathrow à Londres... seul. En effet, Meghan Markle n'aurait pas fait le voyage afin de ne pas être au centre de l'attention, notamment à cause des nombreuses polémiques qui entourent le couple depuis leur "interview révélation" avec Oprah Winfrey. Enceinte de son second enfant, elle a donc préféré rester chez elle à s'occuper d'Archie malgré les inquiétudes de son époux. Une décision que la reine comprend totalement.Lorsqu'il est arrivé en Angleterre, Harry s'est empressé d'aller rendre visite à l'un de ses proches qui ne l'a jamais laissé tomber. Il s'agit de sa cousine la princesse Eugenie. Selon les informations de Us Weekly, le petit-fils d'Elizabeth II lui a rendu visite en premier afin de faire la connaissance de son fils, né en août dernier. C'est à Frogmore Cottage qu'elle réside actuellement avec son époux Jack Brooksbank.Harry veut "honorer" son grand-père Harry sera donc présent aux obsèques de son grand-père qui se déroulement samedi 17 avril à la chapelle Saint-Georges de Winsdor. Un événement qu'il ne pouvait pas manquer. Comme l'a expliqué une source proche de la famille royale d'Angleterre au magazine "il était important pour lui de revenir chez lui et d'honorer son grand-père avec qui il avait un lien particulier". De plus, Harry se sentirait"coupable" de ne pas avoir pu dire au revoir à son grand-père avant sa mort. Il retrouvera, pour la première fois depuis un an, son frère le prince William, Kate Middleton et son père le prince Charles avec qui les relations ne sont pas au beau fixe. Harry © EXPRESS SYNDICATION Princesse Eugenie © The ImageDirect Princesse Eugenie et son mari Jack Brooksbank © Backgrid UK Princesse Eugenie et son mari Jack Brooksbank © EXPRESS SYNDICATION Princesse Eugenie et Harry © AGENCE Harry et Meghan Markle © Vantage News Harry et Meghan Markle © Matrix Harry et Meghan Markle © Matrix Harry et Meghan Markle © Matrix Harry et Meghan Markle © AGENCE / BESTIMAGE Harry © Agence Harry et Meghan Markle © Backgrid USA Harry et Meghan Markle © Agence / Bestimage Harry et Meghan Markle © Agence Harry et Meghan Markle © AGENCE Harry © Backgrid USA Harry et Meghan Markle © Backgrid UK Harry © Backgrid UK Harry et Meghan Markle © Capture TV CBS via Bestimage Harry © Capture TV CBS via Bestimage Meghan Markle © Capture TV CBS via Bestimage
15 avril 2021

Un homme passe sous un RER devant sa famille

C'est un drame qui est arrivé ce mercredi 14 avril 2021 à la gare de Sceaux dans les Hauts-de-Seine. Un homme est décédé après avoir été percuté par un train. Sa famille, qui était présente au moment du drame, a tenté de le secourir, en vain. Il était âgé de 49 ans, a rapporté Paris Match.Selon une source policière, l'homme aurait chuté sur les rails en fin de matinée (vers 11 h 20) à la gare de Sceaux. Au moment de descendre du wagon, le quadragénaire est d'abord resté coincé entre le quai et la rame avant de passer sous le train. Selon la même source, le défunt aurait tenté de forcer la réouverture des portes du train alors qu'il quittait la gare. La victime voyageait avec sa famille : trois femmes, une quadragénaire et deux jeunes femmes d'une vingtaine d'années, ainsi qu'une petite fille de 21 mois.Plusieurs personnes sont tombées avec lui"Elles ont essayé de l'extirper, mais elles ont été blessées" a rapporté la source policière en précisant que l'une des femmes qui l'accompagnait avait été "traînée sur plusieurs mètres" en s'accrochant au train. Les deux autres victimes ont été transportées aux urgences, mais leur pronostic vital n'est pas engagé. L'unes d'entre elles présentait des plaies ouvertes, notamment aux chevilles. Une quinzaine de pompiers sont intervenus sur les lieux de l'accident. Le trafic a été interrompu durant la matinée mais a repris en début d'après-midi.Suite a cet accident dramatique, la RATP a réagi et a fait part à l'AFP (Agence France-Presse) de sa "très vive émotion". Pour soutenir les victimes, une cellule d'aide a été ouverte. Puis une "enquête interne" a été lancée afin de déterminer les circonstances exactes de l'accident. Un homme passe sous un train devant sa famille © Pixabay @photo-graphe Il avait 49 ans © Pixabay @MichaelGaida Il voyageait avec sa famille © Pixabay @hpgruesen Sa famille a tenté de le sauver © Pixabay @furstjo Les faits se sont déroulés à la gare de Sceaux © Google Maps Les faits se sont déroulés à la gare de Sceaux © Google Maps C'est un drame qui est arrivé ce mercredi 14 avril 2021 à la gare de Sceaux dans les Hauts-de-Seine. Un homme est décédé après avoir été percuté par un train. Sa famille, qui était présente au moment du drame, a tenté de le secourir, en vain. Il était âgé de 49 ans, a rapporté Paris Match.Selon une source policière, l'homme aurait chuté sur les rails en fin de matinée (vers 11 h 20) à la gare de Sceaux. Au moment de descendre du wagon, le quadragénaire est d'abord resté coincé entre le quai et la rame avant de passer sous le train. Selon la même source, le défunt aurait tenté de forcer la réouverture des portes du train alors qu'il quittait la gare. La victime voyageait avec sa famille : trois femmes, une quadragénaire et deux jeunes femmes d'une vingtaine d'années, ainsi qu'une petite fille de 21 mois.Plusieurs personnes sont tombées avec lui"Elles ont essayé de l'extirper, mais elles ont été blessées" a rapporté la source policière en précisant que l'une des femmes qui l'accompagnait avait été "traînée sur plusieurs mètres" en s'accrochant au train. Les deux autres victimes ont été transportées aux urgences, mais leur pronostic vital n'est pas engagé. L'unes d'entre elles présentait des plaies ouvertes, notamment aux chevilles. Une quinzaine de pompiers sont intervenus sur les lieux de l'accident. Le trafic a été interrompu durant la matinée mais a repris en début d'après-midi.Suite a cet accident dramatique, la RATP a réagi et a fait part à l'AFP (Agence France-Presse) de sa "très vive émotion". Pour soutenir les victimes, une cellule d'aide a été ouverte. Puis une "enquête interne" a été lancée afin de déterminer les circonstances exactes de l'accident. Un homme passe sous un train devant sa famille © Pixabay @photo-graphe Il avait 49 ans © Pixabay @MichaelGaida Il voyageait avec sa famille © Pixabay @hpgruesen Sa famille a tenté de le sauver © Pixabay @furstjo Les faits se sont déroulés à la gare de Sceaux © Google Maps Les faits se sont déroulés à la gare de Sceaux © Google Maps
15 avril 2021

Nabilla : shoppez sa tenue ultra tendance !

Toujours sexy et glamour, Nabilla nous laisse sans voix à chacune de ses publications sur son compte Instagram. L'icone de la télé-réalité compte aujourd'hui une communauté de 6,5 millions d'abonnés sur Instagram ! Maquillage irréprochable, bouche pulpeuse, tenues sexy et glamour.... Nabilla est inspirante et fashion !Nabilla : quelles sont ses pièces à shopper ?Pourquoi ne pas partir sur une tenue rock et masculine très tendance actuellement ? En tout cas, Nabilla a signé pour ! Sur son dernier look, l'influenceuse a concocté un look idéal, pour ce début de printemps. La jeune femme a choisi une veste style bombers courte tendance, avec un petit top col roulé marron parfait pour rester au chaud. Pour finir, LA touche masculine du look : un bonnet noir en laine, légèrement oversize, à partager avec son chéri.Une tenue stylée et confortable, on ne s'en lasse pas. A porter avec un jean bootcut ou un pantalon cargo noir, pour un look full black. En tout cas, chez Closer, on adore ! Et vous, quelle est la pièce de son look que vous préférez ? Shoppez la tenue de Nabilla ! © Closer Nabilla © Instagram Shoppez la tenue de Nabilla ! © Closer Shoppez la tenue de Nabilla ! © Closer Nabilla © Instagram Nabilla © Instagram @nabilla Nabilla © Instagram Nabilla © Instagram Nabilla © Instagram Nabilla © Instagram Nabilla © Instagram Nabilla © Instagram Toujours sexy et glamour, Nabilla nous laisse sans voix à chacune de ses publications sur son compte Instagram. L'icone de la télé-réalité compte aujourd'hui une communauté de 6,5 millions d'abonnés sur Instagram ! Maquillage irréprochable, bouche pulpeuse, tenues sexy et glamour.... Nabilla est inspirante et fashion !Nabilla : quelles sont ses pièces à shopper ?Pourquoi ne pas partir sur une tenue rock et masculine très tendance actuellement ? En tout cas, Nabilla a signé pour ! Sur son dernier look, l'influenceuse a concocté un look idéal, pour ce début de printemps. La jeune femme a choisi une veste style bombers courte tendance, avec un petit top col roulé marron parfait pour rester au chaud. Pour finir, LA touche masculine du look : un bonnet noir en laine, légèrement oversize, à partager avec son chéri.Une tenue stylée et confortable, on ne s'en lasse pas. A porter avec un jean bootcut ou un pantalon cargo noir, pour un look full black. En tout cas, chez Closer, on adore ! Et vous, quelle est la pièce de son look que vous préférez ? Shoppez la tenue de Nabilla ! © Closer Nabilla © Instagram Shoppez la tenue de Nabilla ! © Closer Shoppez la tenue de Nabilla ! © Closer Nabilla © Instagram Nabilla © Instagram @nabilla Nabilla © Instagram Nabilla © Instagram Nabilla © Instagram Nabilla © Instagram Nabilla © Instagram Nabilla © Instagram
15 avril 2021

Laurent Ruquier en deuil après la mort d'une femme qui a beaucoup compté dans sa vie

Monique Pantel était critique de cinéma et chroniqueuse. Surnommée Panpan, elle avait longtemps travaillé avec Laurent Ruquier. L'animateur l'avait recrutée en 1997 pour faire un compte-rendu quotidien du Festival de Deauville. Il l'avait ensuite engagée dans On va s'gêner sur Europe 1 puis sur RTL où elle intervenait ponctuellement dans les Grosses Têtes."Au revoir Monique Pantel. Comme tu disais : "On aura bien ri quand même !" a écrit sobrement l'animateur sur son compte Instagram. En légende : une photo de la chroniqueuse, un téléphone à la main. Un post largement commenté par les internautes qui appréciaient la chroniqueuse. "Monique ou celle qui ne se souvenait jamais des films qu'elle avait vu ! Mes meilleurs fous rires le soir en écoutant les replays d'OVSG !" (NDLR : On Va Se Gêner). Les hommages rendus à Monique Pantel sont nombreuxL'animateur Christophe Beaugrand lui a aussi rendu hommage sur les réseaux sociaux. Il a posté une photo d'elle et de Laurent Ruquier avec cette légende : "Triste d'apprendre la disparition de Monique Pantel ! Tellement drôle dans ses critiques cinéma à l'époque On va s'Gener sur Europe1. Qu'on a ri quand j'essayais de l'imiter et qu'elle me rembarrait" a-t-il écrit.Hommage également de Gilles Jacob, ancien président du Festival de Cannes. "Elle était rieuse, bosseuse, moqueuse, bonne connaisseuse du cinéma et ne se laissait impressionner par personne. On l'appelait Panpan selon le titre d'un de ses livres Panpan fait son cinoche", a-t-il écrit.Critique de cinéma mais aussi écrivaine, Monique Pantel avait d'ailleurs rencontré Laurent Ruquier à l'occasion de la sortie d'un de ses livres, La chemise de nuit, publié en 1994 aux éditions Anne Carrière. Elle a également fait quelques apparitions au cinéma notamment dans Tatie Danielle d'Etienne Chatiliez. Monique Pantel et Laurent Ruquier © AGENCE Laurent Ruquier © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laurent Ruquier © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laurent Ruquier © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laurent Ruquier © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laurent Ruquier © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laurent Ruquier © LAURENT ZABULON / TELE STAR Laurent Ruquier © LAURENT ZABULON / TELE STAR Laurent Ruquier © LAURENT ZABULON / TELE STAR Laurent Ruquier © AGENCE Laurent Ruquier © AGENCE Laurent Ruquier © VEEREN Monique Pantel était critique de cinéma et chroniqueuse. Surnommée Panpan, elle avait longtemps travaillé avec Laurent Ruquier. L'animateur l'avait recrutée en 1997 pour faire un compte-rendu quotidien du Festival de Deauville. Il l'avait ensuite engagée dans On va s'gêner sur Europe 1 puis sur RTL où elle intervenait ponctuellement dans les Grosses Têtes."Au revoir Monique Pantel. Comme tu disais : "On aura bien ri quand même !" a écrit sobrement l'animateur sur son compte Instagram. En légende : une photo de la chroniqueuse, un téléphone à la main. Un post largement commenté par les internautes qui appréciaient la chroniqueuse. "Monique ou celle qui ne se souvenait jamais des films qu'elle avait vu ! Mes meilleurs fous rires le soir en écoutant les replays d'OVSG !" (NDLR : On Va Se Gêner). Les hommages rendus à Monique Pantel sont nombreuxL'animateur Christophe Beaugrand lui a aussi rendu hommage sur les réseaux sociaux. Il a posté une photo d'elle et de Laurent Ruquier avec cette légende : "Triste d'apprendre la disparition de Monique Pantel ! Tellement drôle dans ses critiques cinéma à l'époque On va s'Gener sur Europe1. Qu'on a ri quand j'essayais de l'imiter et qu'elle me rembarrait" a-t-il écrit.Hommage également de Gilles Jacob, ancien président du Festival de Cannes. "Elle était rieuse, bosseuse, moqueuse, bonne connaisseuse du cinéma et ne se laissait impressionner par personne. On l'appelait Panpan selon le titre d'un de ses livres Panpan fait son cinoche", a-t-il écrit.Critique de cinéma mais aussi écrivaine, Monique Pantel avait d'ailleurs rencontré Laurent Ruquier à l'occasion de la sortie d'un de ses livres, La chemise de nuit, publié en 1994 aux éditions Anne Carrière. Elle a également fait quelques apparitions au cinéma notamment dans Tatie Danielle d'Etienne Chatiliez. Monique Pantel et Laurent Ruquier © AGENCE Laurent Ruquier © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laurent Ruquier © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laurent Ruquier © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laurent Ruquier © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laurent Ruquier © PASCAL BARIL / TELE STAR - MONDADORI FRANCE Laurent Ruquier © LAURENT ZABULON / TELE STAR Laurent Ruquier © LAURENT ZABULON / TELE STAR Laurent Ruquier © LAURENT ZABULON / TELE STAR Laurent Ruquier © AGENCE Laurent Ruquier © AGENCE Laurent Ruquier © VEEREN
15 avril 2021