Actualités

En ce jour de Arafat, la Kaaba se pare de sa nouvelle robe de soie noire.

10 août 2019 à 13h05 Par Hanan Zahouani
La fabrication de la Kiswa
Crédit photo : http://islamic-arts.org

En ce jour de Arafat, La Kaaba se pare de sa nouvelle robe de soie noire ornée de calligraphies brodées en fil d’or et d’argent. Partons à la découverte des histoires de la kiswa et du jour d’Arafat, ce jour de communion spirituelle important dans le monde musulman. #vidéo

La kiswa (de l'arabe كسوة [ costume]) est une étoffe de soie noire qui recouvre la Ka'ba (ou Kaaba) à La Mecque, et qui est ornée à mi-hauteur de calligraphies de la profession de foi musulmane et de versets coraniques, brodées en fil d'or. Elle est changée tous les ans, le 9 dhou al-hijja du calendrier musulman, date qui correspond à la fin du hajj (10 mouharram auparavant).

Reportage en arabe sur la Kiswa (sous-titrage à activer)

Arafat : une journée spirituelle importante pour toutes les communautés musulmanes

Plusieurs traditions musulmanes soulignent l’importance de cette journée pour les croyants musulmans. Ikram Ben Aïssa, écrivaine et bloggeuse au Huffpost Maghreb, nous raconte son histoire.

" Le jour de Arafat est une journée qui fait partie du dernier mois lunaire du calendrier musulman et qui se nomme Dhull Hijja en arabe. C’est plus précisément le 9e jour de ce mois qui précède le jour de la fête musulmane, appelée en arabe Aïd el Adha. Cette journée se passe près d’un mont, le mont Arafat et où les personnes de confession musulmane qui réalisent leur grand pèlerinage se rassemblent lors d’une des étapes cultuelles du hadj. Il est question d’y rester toute la journée afin d’y prier le Seigneur jusqu’au couché du soleil (pour d’autres, il est question de quitter l’endroit avant le couché du soleil). Toujours est-il qu’en dehors de cet espace, la majorité des citoyens de confession musulmane qui sont restés chez eux, ont également à vivre cette journée spirituelle et ce, d’une autre manière que les pèlerins.

Quelles significations données au nom Arafat ?

Le nom est mentionné dans le Coran dans la sourate 2 verset 198 : « (…) Puis, quand vous déferlez depuis ’Arafāt, invoquez Allah (…) ». Les raisons du nom Arafat donné au mont sont exprimées dans plusieurs traditions musulmanes comme l’endroit qui symboliserait le savoir, mais aussi, la rencontre entre les figures d’Adam et de Eve. Plusieurs interprétations ont donné lieu à la rencontre entre l’homme et la femme, à l’importance de la connaissance ou encore à la rencontre du pèlerin et de Son Seigneur. Rappelons que l’un des principaux objectifs du pèlerinage en islam est la réponse du croyant à l’appel du Dieu monothéiste inscrit également dans le Coran (avec cette reconnaissance de la créature qu’il n’y a qu’un Seul Créateur). Pour d’autres traditions un peu plus rationalistes, il s’agit uniquement de l’endroit où le prophète Muhammad a réalisé l’une des étapes du pèlerinage et où ce dernier à effectuer son dernier prêche d’adieux.    

Lorsque l’on y est pas, qu’est-ce qu’on y fait ?

Nous l’avons mentionné plus haut, pour les pèlerins, il est question de passer la journée sur place, sous des tentes ou sur et autour du mont Arafat à prier, à demander pardon à Dieu. La chaleur sous les tentes et l’espace partagé entre une masse importante de personnes, peuvent à certains égards être éprouvants pour les pèlerins et notamment les personnes âgées. Des problèmes sanitaires sont également une difficulté rencontrée sur place par les pèlerins. En ce qui concerne les personnes de confession musulmane qui sont restées chez elles, il est question d’effectuer une journée de jeûne et de réaliser également des prières. Plusieurs traditions musulmanes soulignent l’importance de cette journée pour les croyants musulmans et notamment l’expiation des péchés passés : « le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a été interrogé concernant le jeûne du jour de ’arafat. Il a dit: « Il expie l’année précédente et l’année en cours ». (Rapporté par Mouslim dans son Sahih n°1162)». Le lendemain de cette journée marque la célébration de la deuxième fête musulmane où les pèlerins vont devoir accomplir d’autres rituels, alors que ceux qui n’y sont pas se verront partager un moment de prière à la mosquée en matinée, puis, le sacrifice d’un mouton est réalisé comme le veut la tradition musulmane. Il est possible de réaliser un don à la place de ce sacrifice, c’est le cas notamment dans certains pays où l’abattage rituel est interdit ou lorsque la famille musulmane décide de ne pas réaliser cette tradition.

Quelques particularités au sein des communautés chiites

Il arrive que le jour de Arafat ne coïncide pas avec celui des communautés sunnites. Pour les fidèles chiites qui effectuent leur pèlerinage, il sera question de le faire le même jour que les pèlerins sunnites. L’organisation du pèlerinage ne permet pas de faire autrement pour ces communautés minoritaires. Cependant, pour ceux qui sont restés chez eux, il est question de réaliser le jour de Arafat le lendemain (qui est le jour de fête pour les communautés sunnites). Le jeûne est également un acte d’adoration réalisé au sein de ces communautés et évoqué dans plusieurs traditions issues du prophète Muhammad et de sa famille : « Il est recommandé de jeûner en ce jour de ’Arafat (pour celui que le jeûne n’affaiblit pas au dépens des invocations), de faire la douche rituelle avant midi et la ziyârat à l’Imam Hussein (…) ». Cependant, il existe aussi une longue prière qui célèbre ce jour en particulier et qui serait une prière réalisée par le petit fils du prophète Muhammad, l’imam Hussein intitulée : « La ziyârat le jour de ’Arafat ». C’est une très longue prière qui est lue par les fidèles chiites qui ne sont pas partis en pèlerinage et dont sa lecture propose de nombreux bienfaits pour le lecteur. Cependant, si cette longue prière est lue principalement par ceux qui ne sont pas pèlerins, plusieurs communautés chiites le jour de Arafat lisent cette prière. C’est le cas à l’extérieur des tentes iraniennes, par le biais d’un micro, les religieux lisent avec les pèlerins cette prière durant cette journée.

Enfin, l’esprit général de cette journée pour toutes les communautés musulmanes, est de prier le Seigneur par le biais des invocations, mais aussi, par le jeûne et de se voir pardonner. "