La minute de Nahel Marzouk - La cagnotte de la honte à un million et demi d’euros

Mardi 27 juin au matin, Nahel Marzouk, 17 ans, est abattu par un policier, à Nanterre, d’une balle à bout portant pour un refus d’obtempérer. La cagnotte de la honte à un million et demi d’euros

4 juillet 2023 à 17h16 par Tarek Mami

La cagnotte à 1 million d'euros
La cagnotte à 1 million d'euros
Crédit: La cagnotte à 1 million d'euros

Mardi 27 juin au matin, Nahel Marzouk, 17 ans, est abattu par un policier, à Nanterre, d’une balle à bout portant pour un refus d’obtempérer.

La cagnotte de la honte à un million et demi d’euros

Vous connaissiez Leetchi et Cotizup, les deux cagnottes les plus populaires en ligne, vous allez découvrir, et probablement ne pas aimer la cagnotte GoFundMe , la plateforme sur laquelle a été lancée, une cagnotte pour soutenir le policier mis en examen, avant son incarcération provisoire, avec la qualification juridique d’« homicide volontaire »,  pour avoir tiré à bout portant et tué le jeune Nahel Marzouk.

Cette cagnotte, et c’est le nouveau drame français illustre la perte de la souveraineté nationale française sur le numérique, aux côtés des réseaux américains et une exception chinoise ;

GoFundMe est une plate-forme américaine dont le site renvoie à une adresse physique à Dublin en Ireland. 

Cette cagnotte, intitulée « Soutien pour la famille du policier de Nanterre » a été lancée par Jean Messiah, le polémiste d’extrême droite puisqu’il a été membre du Front national et du parti Reconquête, crée par Eric Zemmour le candidat lui aussi d’extrême droite pour la dernière élection présidentielle.

Pour savoir de qui et quoi on parle, je vous conte la biographie. Monsieur Messiah, prénommé par ailleurs à sa naissance HOSSAM. Hossam Messiah est né en Égypte en 1970. Il débarque en France, comme citoyen égyptien, à l’âge de 8 ans sans parler le français. Il va résider, comme souvent pour les immigrés, dans le quartier Cité Briand à Mulhouse, puis à Courbevoie, et à Franconville. Toujours citoyen égyptien, qui ne croit pas encore à la méritocratie française, mais à la politique de l’intercession, en 1989, l’occasion faisant le larron, il demande, en sa qualité d’agent de Room service de l’hôtel de Crillon à Paris, (et pour moi il n’y a pas de sots métiers), au président égyptien, Feu Hosni Moubarak, de passage à Paris, de faire muter son père en France. Chose demandé chose obtenue.

Et c’est à l’âge de 20 ans, en 1990, qu’il va être naturalisé francais.

La cagnotte lancée par Hossam Messiah est intitulée « Soutien pour la famille du policier de Nanterre ». Lancée avec l’objectif de recueillir la somme de 50.000 euros, cette cagnotte caracole et dépasse, à ce jour, UN million et demi d’euro pour 71000 donateurs, soit en moyenne 200€ par donateur. Cette cagnotte brise tous les plafonds de verre et risque de réaliser un record en termes de collecte.   

Cette cagnotte pose, cependant, des questions ou plutôt une question qui est d’ordre moral, éthique et politique et non d’ordre strictement juridique, du moins à ce stade.

Si certains jugent que la démarche est légitime, car à ce stade elle est juridiquement légale, d’autres la trouvent tout simplement offensante pour la mémoire de la victime, Nahel MARZOUK, scandaleuse, et indigne.

Quoi que ! Cette cagnotte fait polémique et ce n’est pas une première du genre.

En effet, il est étonnant que la plateforme GoFundMe ait validé la mise en place de cette cagnotte. Et pour cause. La simple lecture du paragraphe 8 des conditions générales de cette plateforme, aurait dû l’interdire d’office.

Oui j’ai été lire les conditions générales pour savoir de quoi je parle.

L’article 8 des conditions générales de cette plateforme indique bien, ouvrez bien les oreilles, et j’ouvre les parenthèses :

« Tout Contenu par l’utilisateur qui reflète, incite ou promeut un comportement jugé, à notre entière discrétion, comme étant un abus de pouvoir ou une incitation au terrorisme, à la haine, à la violence, au harcèlement, à l’intimidation, à la discrimination, au financement du terrorisme ou à l’intolérance de quelque nature que ce soit, ou qui reflète un abus de pouvoir lié liée à la race, à l’origine ethnique, à l’origine nationale, à l’affiliation religieuse, à l’orientation sexuelle, au sexe, au genre, à l’identité de genre, à l’expression de genre, aux handicaps ou aux maladies… »

Cette chronique sera publiée sur le site de notre radio France Maghreb 2, et vous pourrez donc consulter le site de cette plateforme, pour juger vous-même : : https://www.gofundme.com/fr-fr/c/terms-2

Je retiens de cet article 8 et je répète :  selon notre entière discrétion

Je parlais plus haut de la perte de la souveraineté nationale française sur le numérique, nous y voilà encore avec cette plateforme GoFundMe, qui fixe ses règles toute seule, dans son petit coin (américano-irlandais), et qui est donc juge et partie de SA validité juridique en France.

Pour mémoire, la justice avait, en janvier 2021, donné raison, à la cagnotte Leetchi qui a décidé d’annuler et de fermer la cagnotte ouverte pour soutenir le boxeur gilet jaune Christophe Dettinger, qui avait frappé des policiers, le 5 janvier 2019, lors d’une manifestation des gilets jaunes.

Rien ne peut expliquer l’existence de cette cagnotte, sinon l’existence d’une fracture sociale entre les Français dit de souche, et les Français issus de la colonisation, avec cette circonstance aggravante que ce sont des enfants issus de l’immigration précédente, devenus hommes politiques, qui veulent laver plus blanc que blanc (l’expression est de Coluche, fils d’immigrés italiens), le bonnet d’âne revenant à Hossam Messiah, qui aurait pu se retrouvé à 17 ans, alors qu’il était immigré, à la place de Nahel MARZOUK, qui lui est français, comme sa mère et comme sa grand-mère née à l’époque de l’Algérie française  

Que faire face à cette cagnotte ?

La première ministre Elisabeth Borne botte en touche et s’en remet à la justice qui devra dit -elle, se prononcer, « le cas échéant », quand les députés de gauche et même de Renaissance condamnent l’existence de la cagnotte sur GoFundMe, sans avancer des propositions concrètes.

A la société civile de saisir la justice et à la justice de trancher.

A demain