Actualités

13 terroristes français seront jugés par la justice irakienne

25 février 2019 à 22h13 Par La rédaction avec Anadolu Agency
Crédit photo : Google images

Le président Irakien Barham Saleh a annoncé lundi depuis l’Elysée où il tenait une conférence de presse conjointe avec son homologue français Emmanuel Macron que les terroristes français remis à l'Irak « seront jugés par la justice irakienne ».

Au terme d’un déjeuner, les deux présidents sont revenus sur leurs engagements communs notamment en matière de lutte contre le terrorisme.

Barham Saleh a expliqué durant son allocution que « 13 éléments de Daech ont été arrêtés dans le cadre d’opération militaires et ont été remis aux autorités irakiennes ».

« Ils seront jugés par la justice irakienne » a-t-il souligné.

Il considère que « toute personne accusée d’avoir commis des crimes contre l’Irak ou contre le peuple irakien doit être jugée devant les tribunaux irakiens».

De son côté, Emmanuel Macron a souligné que « pour les Français majeurs détenus (...) ces personnes ont le droit à la protection consulaire » sans préciser l’identité de ces personnes.

Ces informations sont révélées alors que fin janvier, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner avait indiqué que la France envisage le rapatriement des terroristes détenus en Syrie.

La ministre de la justice française Nicole Belloubet avait d’ailleurs indiqué que 75% des individus qui pourraient être rapatriés de Syrie, sont des enfants.

Elle avait alors précisé dans une interview que « ces personnes, enfants ou adultes, dès qu’elles arriveront en France feront l’objet d’une prise en charge par un juge, un juge des enfants ou bien, pour les adultes, elles seront placées en garde à vue et peut-être mises en examen » et que « le fait de s’être rendu sur un terrain de combat peut être qualifié d’association de malfaiteurs terroristes».

Les propos du président irakien viennent donc confirmer que seuls les détenus français en Syrie sont concernés par un éventuel retour en France.

« L’Irak a repris le contrôle de l’ensemble de son territoire (...) le pays a retrouvé le chemin de la croissance économique », s'est, ensuite félicité Emmanuel Macron durant la conférence de presse.

Il a expliqué que « les menaces auxquelles l’Irak est encore confronté restent considérables » et que « la France restera à ses côtés».

Il estime que « la présence durable de la coalition internationale est un élément clé », du retour à une situation stable.

Le président français a réaffirmé que la France était déterminée à « aider les victimes » du terrorisme à « se reconstruire».

Il a par ailleurs annoncé vouloir financer un hôpital et indiqué avoir « mobilisé 1 milliard d’euros pour la reconstruction du pays».

Le président irakien est en visite officielle dans l’Hexagone pour une durée deux jours.

« Un an après la victoire contre Daech en Irak, cette rencontre est l’occasion pour le président Macron d’affirmer le plein soutien de la France à l’Irak pour relever les défis sécuritaires, de stabilisation, de gouvernance inclusive et de reconstruction du pays », avait souligné l’Elysée à l’annonce de la venue du président irakien.

Conférence de presse avec le président Irakien Barham Saleh - 25/02/2019