Actualités

Algérie: Ali Benflis dénonce la prolongation du 4eme mandat de Bouteflika comme une violation de la Constitution

12 mars 2019 à 09h18 Par La rédaction avec Anadolu Agency
Crédit photo : Google images

Un monopole allait se faire, selon Benfils, à travers le cinquième mandat présidentiel de Bouteflika. Il s’est opéré, finalement, grâce à la prolongation du quatrième mandat.

L’ancien chef du gouvernement algérien, Ali Benflis a déclaré que son pays a été victime, lundi, d’une grave violation de la Constitution concernant la prolongation du quatrième mandat présidentiel de Bouteflika sans l’aval du peuple.

Dans une séquence vidéo publiée sur sa page officielle sur le réseau social Facebook, Benflis qui est le président du parti de l’opposition « Talaie El Houriat » a affirmé que les forces constitutionnelles (entourage de Bouteflika) poursuivront « le monopole du pouvoir décisionnel et l’accaparation des prérogatives d’un président absent».

Ce monopole allait se faire, selon Benfils, à travers le cinquième mandat présidentiel de Bouteflika, il s’est opéré, finalement, grâce à la prolongation du quatrième mandat.

Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika a annoncé, lundi, le retrait de sa candidature pour un cinquième mandat présidentiel et le report de l’élection présidentielle prévue le 18 avril. Cette décision de Bouteflika intervient en réaction au large mouvement populaire contestant sa candidature.

L’Algérie connaît depuis l’annonce de la candidature de Bouteflika, un large mouvement populaire et des manifestations quasi-quotidiennes appelant Boutelika à ne pas se porter candidat à la prochaine élection présidentielle.

Dans une lettre adressée aux citoyens algériens, Bouteflika s’est engagé, le 03 mars, à procéder à un congrès national du dialogue, à des révisions constitutionnelles et à une élection présidentielle prématurée sans sa candidature en cas de victoire au scrutin du 18 avril (reporté).

Benflis a annoncé quelques jours auparavant le retrait de sa candidature à l’élection présidentielle. Il avait déclaré que la situation politique du pays ne lui permet pas de se porter candidat à cette élection.