Actualités

Algérie : ce dimanche 16 juin, l’accès à internet a été quasiment une "mission impossible"

17 juin 2019 à 11h54 Par La rédaction avec AA
Ainsi, dès le début de la matinée, les réseaux sociaux, notamment Facebook qui compte 20 millions d’utilisateurs, étaient quasiment inaccessibles. 
Crédit photo : Google images

L’accès à internet, particulièrement aux réseaux sociaux, était fortement perturbé, dimanche en Algérie, aucune explication officielle n'a été donnée.

Une seule explication, ce dimanche 16 juin coincide avec le premier jour des épreuves du baccalauréat, en Algérie.

Cette mesure n’a pas été annoncée officiellement, mai la perturbation du réseau était particulièrement remarquable par les usagers et le fait qu’elle coïncide avec le premier jour de l’examen du baccalauréat n’a pas laissé de doute qu’elle visait à entraver d’éventuels fraudes. 

Ainsi, dès le début de la matinée, les réseaux sociaux, notamment Facebook qui compte 20 millions d’utilisateurs, étaient quasiment inaccessibles. 

Au cours des dernières années, la fraude et la fuite des sujets des examens sont devenues phénoménales. 

1700 tricheurs avaient été pris en flagrant délit lors de l’épreuve de l’année dernière, a récemment rappelé le ministre de l’Education, Abdelhakim Belabed, dans une déclaration aux médias. 

En 2016, en raison d’une fuite massive des sujets, le scandale a viré en une affaire d’Etat amenant le Premier ministre de l’époque, Abdelmalek Sellal, sur instruction de la Présidence de la République, à organiser une seconde session. 

Pour cette année, le ministère algérien de l’Education a fait appel aux services du ministère de la Défense nationale qui a doté les centres d’examens et l’office national des examens et concours (ONEC), organisme étatique chargé de l’élaboration des sujets, de brouilleurs sophistiqués. 

Aussi, les candidats sont sommés de déposer leur téléphone et tout autre objet électronique à l’entrée des centres d’examens. 

Parallèlement, la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a mobilisé plus de 18000 policiers pour sécuriser les centres d’examen, les périmètres avoisinants ainsi que l’escorte des sujets et des feuilles d’examen et le renvoi des colis vers les centres de compostage. 

Plus de 670 000 candidats ont entamé les épreuves qui dureront quatre jours.