Actualités

Algérie : le déficit commercial s'est aggravé, les premiers 11 mois de 2020, pour se situer à 9,86 milliards de dollars (explications)

08 février 2021 à 16h17 Par FranceMaghreb2
Le trou du commerce extérieur s’est creusé de plus de 3 milliards de dollars par rapport à 2019, à 9,86 milliards de dollars, selon la dernière note de conjoncture publiée par l’administration des Douanes algériennes
Crédit photo : DR

Le déficit commercial de l'Algérie s’est aggravé pour se situer durant les onze premiers mois de 2020 à 9,86 milliards de dollars.

Le trou du commerce extérieur s’est creusé de plus de 3 milliards de dollars par rapport à 2019, à 9,86 milliards de dollars, selon la dernière note de conjoncture publiée par l’administration des Douanes algériennes.

D'après la note, la rechute des cours du brut depuis le début de l’année 2020, atteignant un plancher de 17 dollars le baril en avril, a creusé encore un peu plus le trou qui était de seulement 6,11 milliards de dollars à l’issue de 2019 et de 5,36 milliards de dollars durant les onze premiers mois de la même année.

La même source a fait état d’une baisse de 34,82 % des exportations algériennes durant la même période à 21,55 milliards de dollars seulement, contre une valeur de 35,82 milliards de dollars sur toute l’année 2019.

Au troisième trimestre 2020, si les cours du brut ont remonté la pente sous l’effet des réductions de la production entamées par l’Opep, dès le mois de mai 2020, ils n’ont pas pour autant réussi à enrayer l'aggravation du déficit commercial, précise-t-on de même source.

Elle a expliqué l'aggravation du déficit commercial par "l’effet combiné de la détérioration des exportations d’hydrocarbures (-11,16 milliards de dollars) et la diminution des exportations des demi-produits (341 millions de dollars)".

Durant les onze premiers mois de 2020, les exportations n’ont pu couvrir les importations qu’à hauteur de 68,61% contre une couverture de 85,43% durant 2019.

Au chapitre des importations, la courbe se caractérise par un mouvement à la baisse de l’ordre de 18,25%, liée probablement aux conséquences du choc pandémique sur les échanges commerciaux internationaux, ainsi qu’au ralentissement net de l’activité économique qui a marqué l’année 2020.

Dans ce sens, les importations de l’Algérie se sont chiffrées, en valeur, à 31,40 milliards de dollars durant les onze premiers mois de 2020, contre 38,41 milliards de dollars à la même période de 2019. Sur toute l’année 2019, les importations ont totalisé une valeur de 41,93 milliards de dollars.

La panne de la demande intérieure en intrants et autres produits, en raison du déclin de l’activité économique sous l’effet des mesures de lutte contre la propagation de la pandémie, était à la source directe de la baisse des importations, en sus du ralentissement des échanges commerciaux internationaux dû aux fermetures des frontières.

Quoi qu’il en soit, le creusement du déficit commercial en 2020 donnerait lieu à l’aggravation du déficit de la balance des paiements, lequel a une incidence directe sur les réserves de changes, dont le solde était de seulement 62 milliards de dollars à fin janvier 2020.

Le creusement du déficit de la balance des paiements en 2020, estimé à plus de 18 milliards de dollars par la loi de finances complémentaire du même exercice, devrait amputer les réserves de changes d’environ un tiers de leur stock, selon la même note.

La rédaction avec Agences