Actualités

Algérie / Présidentielle : le Conseil constitutionnel n'a reçu que deux candidatures

27 mai 2019 à 12h05 Par La rédaction avec Anadolu Agency
Le Conseil constitutionnel algérien a affirmé avoir reçu deux candidatures pour la présidentielle du 4 juillet prochain, et ce, avant l’expiration des délais le samedi 25 mai 2019 à minuit.
Crédit photo : Google images

Le Conseil constitutionnel algérien a affirmé avoir reçu deux candidatures pour la présidentielle du 4 juillet prochain, et ce, avant l’expiration des délais le samedi 25 mai 2019 à minuit.

L’info a été révélée dans un communiqué, relayé par l’agence de presse officielle APS, dimanche soir.

"Après expiration du délai légal de dépôt des candidatures, fixé au 25 mai 2019 à minuit, en prévision de la présidentielle du 4 juillet 2019, le Conseil constitutionnel a enregistré le dépôt de deux dossiers le 25 mai 2019 auprès de son secrétariat général", a écrit le conseil constitutionnel dans son communiqué.

Des médias locaux et internationaux avaient rapporté dans la journée de dimanche qu’aucune candidature n’avait été déposée au Conseil constitutionnel dans les délais.

Les deux candidats sont tous les deux indépendants selon l’APS. Il s’agit de Abdelhakim Hamadi et Hamid Touahri.

Selon la réglementation algérienne, le Conseil constitutionnel dispose d’un délai de dix jours pour statuer sur les deux dossiers déposés.

Dans une communication officielle antérieure, le ministère algérien de l’Intérieur avait indiqué que 77 candidats, dont 74 indépendants et trois chefs de partis politiques, ont retiré les formulaires de candidatures.

Il s’agit de l'Alliance nationale républicaine (ANR), le Front El Moustakbel (FM) et le Front algérien pour le développement, liberté et équité (FADLE).

Samedi, l'ANR et le Front El-Moustakbal ont exprimé leur intention de ne pas candidater au prochain scrutin présidentiel jusqu’à "la réunion des conditions nécessaires à la réussite de cette échéance électorale décisive".

Pour rappel, le 9 avril dernier, le président intérimaire Abdelkader ben-Salah a signé le décret de l'Instance ad hoc pour l'élection d'un nouveau Président le 4 juillet, après la démission d'Abdelaziz Bouteflika sous la pression de la rue.