Actualités

COVID-19 - Aubervilliers : décès de Boualem Benkhelouf, Adjoint au Maire et mitant syndical et associatif  

02 mai 2020 à 21h24 Par Tarek Mami
Boualem Benkhelouf a été emporté par le Covid-19
Crédit photo : Google images

Hommage par Tarek Mami
Le Covid 19 continue à tuer. Cette fois-ci il emporte Boualem Benkhelouf, après plus d’un mois passé en réanimation à l’hôpital Avicenne de Bobigny.

 

Boualem Benkhelouf, est décédé ce vendredi 1er mai, comme dans un geste symbolique, lui le syndicaliste CGT, qui n’aura pas son brin de muguet traditionnel. Boualem Benkhelouf est un homme dont les combats sont multiples et connus des militants antiracistes, de l’Ile de France, et au délà. Syndicaliste CGT, Maire Adjoint à la démocratie locale, à Aubervilliers, Président du mouvement associatif « Le 93 au cœur de la République ». Il a succédé à la présidence de cette association à la suite du décès de son fondateur, (en 2007), le célèbre Mouloud Aounit, ancien Président de l’association MRAP, décédé en aout 2012. Comme de nombreux élus, Boualem Benkhelouf est tombé malade, quelques jours, après le premier tour des élections municipales, de mars 2020, avant d’être emporté par ce virus dévastateur, après plusieurs semaines passées en réanimation à l’hôpital Avicenne de Bobigny.

« C'est un jour triste pour Aubervilliers », a écrit, sur les réseaux sociaux, ce vendredi Meriem Derkaoui, la maire d'Aubervilliers (PCF).

Septuagénaire, Boualem Benkhelouf est entré tard en politique. Il a été élu pour la première fois, en 2014, à la mairie d’Aubervilliers, après une longue carrière syndicale et militantes associatives.

Boualem Benkhelouf est tombé malade quelques jours après le premier tour des municipales. Après plusieurs semaines passées en réanimation à l’hôpital Avicenne de Bobigny. Il a été emporté par le Covid 19, comme de nombreux autres élus de son département populaire, (le 93), comme Jean-Charles Nègre, figure nationale du PCF, Patrice Sinaud, élu à Sevran, Paule Beaujour et Brahim Fellah, élus à Drancy.

Hommage

J’ai personnellement connu « Boualem », avec lequel j’ai été, pendant de nombreuses années, membre du conseil d’administration de l’association AEFTI, à Bobigny, association d’alphabétisation de travailleurs immigrés, où nous avions reçu le Ministre de l’Intérieur, de l’époque, Bruce Hortefeux, venu nous présenter la politique du Président Nicolas Sarkozy, et son idée de création du Ministère de l’Identité nationale. Je l’ai soutenu dans son combat pour donner le nom de Mouloud Aounit à une rue ou une institution à Aubervilliers. Ce qui a été fait.

J’ai eu le plaisir de le rencontrer, pour la dernière fois, d’échanger avec lui et de passer avec lui de longs moments, à l’Hôtel de Ville de Paris, lors de la soirée culturelle du samedi 11 janvier 2020, à l’occasion du nouvel an berbère, « Yennayer 2970 »

Hommage du militant de M'hamed kaki

Un ami vient de nous quitter. Un grand combattant pour la justice, l'égalité et la fraternité il aimait la liberté et l'autonomie. De tous les combats Boualem, il en était.

Dans l'associatif avec avec " le 93 au coeur de la république ", à la mairie d'Aubervilliers ou il était Adjoint au maire, dans les collectifs pour la reconnaissance des crimes coloniaux partout il répondait toujours présent pour la justice et la mémoire collective de combat.  Il a nous a quitté ce 1 mai 2020 date symbolique et importante des travailleurs où il aurait aimé sans doute défiler avec ses camarades pour l'émancipation des travailleurs du monde entier. Boualem était un combattant politique pour les droits des travailleurs partout dans le monde.  Il combattait le racisme et toutes les formes de discriminations. Nous avions beaucoup de projets ensemble pour combattre les inégalités, la violence du libéralisme, et surtout les combats pour la reconnaissance des crimes coloniaux. La dernière fois que je l'ai vu, c'était le vendredi 6 mars 2020 au colloque populaire organisé par l'association les oranges à Nanterre. Il me disait : " M'hamed après les élections nous organiserons ensemble un colloque populaire à Aubervilliers ".

Aujourd'hui, je suis triste de ton départ Boualem, celui d'un homme honnête qui est resté digne jusqu'au bout. 

Mes sincères condoléances à la famille, à ses proches et à Hakim son fils. 
Cher Boualem Benkherouf repose en paix. 
M'hamed kaki