Actualités

Emmanuel Macron plaide pour une « renaissance européenne »

05 mars 2019 à 22h20 Par La rédaction
Crédit photo : Google images

La tribune de Macron marque le coup d’envoi de la campagne des élections européennes qui se dérouleront du 23 au 26 mai prochain
Le président français Emmanuel Macron a appelé à une « renaissance européenne », dans une tribune rendue publique lundi soir sur le site de l’Elysée. 

Son article a été mis en ligne dans toutes les langues européennes et diffusé simultanément dans l’ensemble des médias européens. 

À deux mois des élections européennes, le chef de l’Etat français a évoqué une multitude de sujets parmi lesquels la liberté, la protection et le progrès. 

Emmanuel Macron explique vouloir « la remise à plat de l’espace Schengen et la libre circulation des personnes » et souhaite que les frontières puissent « assurer une juste concurrence ». 

Parmi les mesures qu’il propose, figure la possibilité de « sanctionner ou d’interdire en Europe les entreprises qui portent atteinte à nos intérêts stratégiques et à nos valeurs essentielles ». 

Le président cite par exemple les « normes environnementales, la protection des données et le juste paiement de l’impôt ». 

Emmanuel Macron veut, par ailleurs, créer une « agence européenne de protection des démocraties » et en finir avec la soumission « aux puissances étrangères ». 

« Nous devons bannir d’internet, par des règles européennes, tous les discours de haine et de violence », estime le chef de l’Etat, mentionnant les « cyberattaques » et les « manipulations ». 

Très attendu sur le sujet du climat et de la transition écologique, le président français suggère la création d’une « banque pour le climat ». Il espère supprimer les énergies carbones d’ici à 2050 et réduire de moitié l’utilisation des pesticides. 
 
Voici l'intégralité de la tribune du Président Macron

Citoyens d’Europe,

Si je prends la liberté de m’adresser directement à vous, ce n’est pas seulement au nom de l’histoire et des valeurs qui nous rassemblent. C’est parce qu’il y a urgence. Dans quelques semaines, les élections européennes seront décisives pour l’avenir de notre continent.

Jamais depuis la Seconde Guerre mondiale, l’Europe n’a été aussi nécessaire. Et pourtant, jamais l’Europe n’a été autant en danger.

Le Brexit en est le symbole. Symbole de la crise de l’Europe, qui n’a pas su répondre aux besoins de protection des peuples face aux grands chocs du monde contemporain. Symbole, aussi, du piège européen. Le piège n’est pas l’appartenance à l’Union européenne ; ce sont le mensonge et l’irresponsabilité qui peuvent la détruire. Qui a dit aux Britanniques la vérité sur leur avenir après le Brexit? Qui leur a parlé de perdre l’accès au marché européen? Qui a évoqué les risques pour la paix en Irlande en revenant à la frontière du passé? Le repli nationaliste ne propose rien ; c’est un rejet sans projet. Et ce piège menace toute l’Europe: les exploiteurs de colère, soutenus par les fausses informations, promettent tout et son contraire.

Face à ces manipulations, nous devons tenir debout. Fiers et lucides. Dire d’abord ce qu’est l’Europe. C’est un succès historique: la réconciliation d’un continent dévasté, dans un projet inédit de paix, de prospérité et de liberté. Ne l’oublions jamais. Et ce projet continue à nous protéger aujourd’hui: quel pays peut agir seul face aux stratégies agressives de grandes puissances? Qui peut prétendre être souverain, seul, face aux géants du numérique? Comment résisterions-nous aux crises du capitalisme financier sans l’euro, qui est une force pour toute l’Union? L’Europe, ce sont aussi ces milliers de projets du quotidien qui ont changé le visage de nos territoires, ce lycée rénové, cette route construite, l’accès rapide à Internet qui arrive, enfin. Ce combat est un engagement de chaque jour, car l’Europe comme la paix ne sont jamais acquises. Au nom de la France, je le mène sans relâche pour faire progresser l’Europe et défendre son modèle. Nous avons montré que ce qu’on nous disait inaccessible, la création d’une défense européenne ou la protection des droits sociaux, était possible.

Mais il faut faire plus, plus vite. Car il y a l’autre piège, celui du statu quo et de la résignation. Face aux grands chocs du monde, les citoyens nous disent bien souvent: «Où est l’Europe? Que fait l’Europe?». Elle est devenue à leurs yeux un marché sans âme. Or l’Europe n’est pas qu’un marché, elle est un projet. Un marché est utile, mais il ne doit pas faire oublier la nécessité de frontières qui protègent et de valeurs qui unissent. Les nationalistes se trompent quand ils prétendent défendre notre identité dans le retrait de l’Europe ; car c’est la civilisation européenne qui nous réunit, nous libère et nous protège. Mais ceux qui ne voudraient rien changer se trompent aussi, car ils nient les peurs qui traversent nos peuples, les doutes qui minent nos démocraties. Nous sommes à un moment décisif pour notre continent ; un moment où, collectivement, nous devons réinventer politiquement, culturellement, les formes de notre civilisation dans un monde qui se transforme. C’est le moment de la Renaissance européenne. Aussi, résistant aux tentations du repli et des divisions, je vous propose de bâtir ensemble cette Renaissance autour de trois ambitions: la liberté, la protection et le progrès.

« Dans cette Europe, les peuples auront vraiment repris le contrôle de leur destin, dans cette Europe, le Royaume Uni, j’en suis sûr, trouvera toute sa place », a-t-il enfin plaidé en émettant l’idée de création d’un « conseil de sécurité européen associant le Royaume-Uni » en dépit du Breixit. 

Cette tribune rendue publique dès lundi soir, marque le coup d’envoi de la campagne pour les élections européennes qui se dérouleront du 23 au 26 mai prochain dans un contexte très tendu en France où le chef de l’Etat doit faire face à une crise sociale marquée notamment par le mouvement des « gilets jaunes ».