Actualités

Etudier en France, un Droit ou Presque

16 octobre 2019 à 16h45 Par Samia Chiki
On compte plus de 300 étudiants sans inscription uniquement sur l’Université de Nanterre, 90 à Grenoble…
Crédit photo : Samia Chiki

Un mois après la rentrée, le bilan n’est pas aussi glorieux qu’on pourrait l’imaginer. Certains attendent encore désespérément leur jour de rentrée.

Samedi 14 septembre 2019, date de la phase complémentaire d’inscription dans l’enseignement supérieur, dernière chance donc pour les milliers d’étudiants sans affectation d’avoir une réponse lors de cette dernière vague de propositions.

Et pourtant, début octobre, la mobilisation des étudiants et représentants du Syndicat étudiant , L’UNEF , reste importante et ce, non sans raisons.

On compte plus de 300 étudiants sans inscription uniquement sur l’Université de Nanterre, 90 à Grenoble…

Nanterre 3.JPG (182 KB)

Les étudiants, ou du moins ceux qui aspirent à le devenir ont mis en place depuis plusieurs semaines le mouvement des « Sans-facs » et mènent plusieurs opérations de blocage afin de réclamer une étude des dossiers d’inscription et être reçus par les présidents d’Université.

Victor Mendez, militant de l’UNEF, pointe du doigt les nombreuses défaillances de la plateforme ParcourSup, qu’il juge sélective et marginalisant en particulier les candidats issus des quartiers populaires.

Parmi les dossiers d’inscription non validées, nous trouvons plusieurs cas, des étudiants en reprise d’études, des étudiants issus des quartiers populaires et des étudiants étrangers, tous sont concernés par un dossier d’inscription qui n’a pas été étudié et risque de ne pas l’être.

Lors de la Conférence de presse de la Ministre Frédérique Vidal du 20 septembre, des étudiants de l’UNEF ont été reçus après une mobilisation devant le Ministère par le cabinet de la Ministre, mais aucunes  solutions ni engagements ne leur ont été proposés.

Mme Vidal a annoncé pour cette rentrée 2019 un chiffre de 2 711 500 d’étudiants inscrits ( soit une augmentation de 1,2% par rapport à 2018).

Pour ce qui est du budget, il sera de 142,5 millions d’euros en 2020(+ de 43M qu’en 2019).

Concernant les chiffres clés liés à ParcourSup  774 244 candidats ont reçu une ou plusieurs propositions d’admission sur les 897 956 candidats ayant confirmé un ou plusieurs vœux, aucune information sur les 123 712 autres restants.

Pourtant, certains d’entre eux sont aujourd’hui dans une impasse totale, des associations de quartiers, des pôles jeunesse communaux et autres structures voulant bien les recevoir, témoignent du nombre important de jeunes qui n’ayant pas reçu de réponse favorable avec ParcourSup, se retrouvent sans issue.

Belinda, travaillant au sein d’un service jeunesse dans le Val d’Oise a vu passer dans sa structure des dizaines de jeunes sans affectation, un plan SOS Rentrée a été mis en place pour lutter contre le décrochage scolaire mais il est n’est pas forcément adapté à leur situation.

Quant aux CIO(Centre d’Information et d’Orientation), n’ayant aucune alternative à proposer, de nombreux conseillers les dirigent vers le Service Civique.

Nassim, ayant obtenu son précieux sésame pour l’entrée universitaire, reste sans affectation après ses demandes pour une licence STAPS ; Mady, jeune bachelier également n’a eu aucune réponse à sa demande de BTS SIO informatique…Kevin en reprise d’études est toujours en recherche pour une Licence Droit…la liste communiquée par plusieurs associations et syndicats est longue…

Victoir Mendez, rappelle que leur mobilisation se poursuivra car « Etudier est un droit et non un privilège ».