Actualités

Hausse de 52% des actes islamophobes selon le CCIF

15 mars 2019 à 15h44 Par La rédaction avec Anadolu Agency
Crédit photo : Site internet islamophobie.net

Le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) a annoncé vendredi matin que les actes islamophobes en France ont connu une hausse de 52% en 2018 par rapport à l’année précédente.

S'exprimant en conférence de presse, le directeur du CCIF, Jawad Bachare, a présenté le rapport annuel 2018 de son association, faisant état d’une forte montée de l’islamophobie dans l’hexagone.

"Nous demandons aux autorités françaises une sécurisation des lieux de culte musulmans en France" a-t-il fait savoir quelques heures après le double attentat terroriste a fait 49 morts dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande.

Il a, en outre, estimé que "toutes les sphères de la société française sont touchées par l’islamophobie".

Le CCIF précise dans son rapport que 55% de ces discriminations islamophobes sont le fait du service public et de l’administration tandis que 37% sont le fait de personnes morales.

Et de souligner que "70% des personnes qui subissent l’islamophobie sont des femmes avec une forte cristallisation sur les femmes voilées".

Jawad Bachare affirme par ailleurs qu’un pic de signalements de cas d’islamophobie intervient "quand vous avez des déclarations politiques ou médiatiques".

Revenant sur l'attaque survenue en Nouvelle-Zélande, Bachare a noté que de tels actes ne doivent pas avoir lieu en France, soulignant que "l'Etat français doit prendre ses responsabilités envers la communauté musulmane et assurer la protection de tous les citoyens français".

Le ministre français de l’intérieur, Christophe Castaner, a annoncé un renforcement de la sécurisation des lieux de culte après l’attentat de ce vendredi, selon les informations du journal Le Parisien.

Emmanuel Macron a pour sa part publié un message sur son compte twitter dans lequel il affirme que "la France se dresse contre toute forme d’extrémisme et agit avec ses partenaires contre le terrorisme dans le monde".