Actualités

Inde : au moins 20 morts enregistrés depuis le déclenchement des protestations contre une loi jugée discriminatoire à l’égard des musulmans

21 décembre 2019 à 12h44 Par La rédaction avec AA
Un bilan bilan provisoire d'au moins vingt morts enregistrés depuis le début des protestations il y a dix jours contre cette loi jugée comme discriminatoire à l’égard des musulmans
Crédit photo : Google images

5 morts et de nombreux blessés, alors que les manifestations s'étendent contre la nouvelle loi sur la citoyenneté, jugée discriminatoire à l'égard des musulmans

Le gouvernement indien a coupé l'accès à Internet et imposé des restrictions à divers endroits, après la mort de trois personnes et de nombreuses autres blessées lors de manifestations contre la nouvelle loi sur la citoyenneté.

Un couvre-feu a été imposé dans la ville méridionale de Mangaluru, dans l'État du Karnataka, où deux manifestants ont été tués après que la police ait ouvert le feu contre eux, ont rapporté vendredi des chaînes de télévision indiennes.

Une autre personne est décédée des suites de ses blessures à Lucknow, la capitale de l'État du nord de l'Uttar Pradesh, selon des médias, citant des médecins de l'Université de Médecine King George.

"Le couvre-feu a été également imposé dans la juridiction du commissariat de police de Mangaluru couvrant la ville, jusqu'au 22 décembre à minuit. Les services Internet mobiles ont été suspendus dans le district de Dakshina Kannada jusqu'à samedi soir", a déclaré vendredi le principal journal indien de langue anglaise, The Hindu. .

La fermeture de l’accès au service d'Internet a été étendue à plusieurs autres villes de l'Uttar Pradesh, dont Ghaziabad près de Delhi, Pilibhit, Sambhal, Bareilly et Meerut. À Lucknow, Internet restera suspendu jusqu'à samedi midi, selon un arrêté du gouvernement.

Vendredi, les services ont été partiellement restaurés dans l'État d'Assam, dans le nord-est du pays, qui a été témoin de violences à grande échelle la semaine dernière. Le chef de la police, G P Singh, a cependant averti les gens de rester extrêmement prudents lorsqu'ils publient sur les plateformes de médias sociaux.

Les manifestations généralisées contre la nouvelle loi controversée sur la citoyenneté, qui est considérée comme discriminatoire à l'égard des musulmans, ont secoué l'Inde jeudi.

Les manifestants dans divers États ont défié les interdictions de réunion publique, les autorités ont arrêté des centaines de militants, dont l'éminent historien, Ramachandra Guha, des politiciens et des militants de la société civile.

Le Citizenship Amendment Act (CAA), adopté la semaine dernière, accorde la citoyenneté aux hindous, aux sikhs, aux jaïns, aux parsis, aux bouddhistes et aux chrétiens du Pakistan, de l'Afghanistan et du Bangladesh, mais bloque la naturalisation des musulmans.

Avec la nouvelle loi, les non-musulmans sont automatiquement citoyens, tandis que les 180 millions d'habitants musulmans du pays seront obligés de prouver leur citoyenneté.