Actualités

L'Oeil d'Élise _ Femmes, grandes soeurs, mères ou « daronnes », elles sont nombreuses à oeuvrer au quotidien pour les jeunes, dans les quartiers. #3

06 octobre 2019 à 21h03 Par Élise Saint-Jullian
À seulement 33 ans, l’astrophysicienne Fatoumata Kebe a déjà rédigé une thèse sur les débris spatiaux, lancé une start-up pour optimiser l’irrigation des cultures au Mali et créé une association pour parler astronomie aux élèves de Seine-S
Crédit photo : Usbek Rika

L’œil d'Élise par Élise Saint-Jullian, une chronique du magazine Parler Femmes. À retrouver en podcast sur notre site internet et en direct tous les dimanches entre 16h et 18h sur les ondes de France Maghreb 2.

Femmes, grandes soeurs, mères ou « daronnes », elles sont nombreuses à oeuvrer au quotidien pour les jeunes, dans les quartiers.

C’est loin des caméras, qu’elles brandissent des pancartes « Mamans debout et en colère » pour manifester contre les violences entre bandes qui font trop de victimes parmi leurs enfants. 

Ce sont ces mères de familles qui ont décidé aussi, tous les matins et par tous les temps, de se donner la main pour former une chaine humaine autour d’une école du 93. Un cordon de sécurité symbolique, pour protéger les jeunes contre les dealers de drogue. 

Encore elles qui, entre 22h et 2h du matin, sillonnent à pied leur quartier pour rappeler à l’ordre les mineurs qui trainent dehors. Une « brigade des daronnes » que les adolescents redoutent encore plus que la police. 

Et puis il y a aussi toutes ces jeunes femmes, bien décidées à donner un  meilleur avenir à leurs petits frères et soeurs. Il est important de leur rendre hommage et de donner quelques noms. 

Je pense tout d’abord à Fatoumata Kebe, docteur en astronomie. Avec son association Ephémérides, elle organise des ateliers scientifiques pour les jeunes des banlieues afin de leur ouvrir d’autres horizons. Grâce à elle, ils ont découvert qu’aux Mureaux il y avait Ariane Group et des fusées !

RS56122_JA14112119110026-scr-592x296.jpg (20 KB)

@Bruno Levy / J.A

Il y a aussi Athina Marmorat, qui depuis 2013 avec Rev’Elles, encourage les filles des quartiers à dévoiler leur potentiel et à voir plus grand pour leur avenir que puéricultrice ou assistante de direction. Avec elle, les adolescentes osent rêver à d’autres métiers et apprennent à prendre la parole. 

Athina-Marmorat-Jerome-Cuenot-610x407.jpg (60 KB)

© Jérôme Cuenot pour Cheek Magazine

Je pense encore au travail de Laeticia Nonone, une vraie grande soeur pour la jeunesse des quartiers. Depuis plus de dix ans, elle agit avec Zonzon 93 contre la délinquance. Jamais en manque d’idées elle a également décidé d’ouvrir un centre d’accueil et d’écoute pour les jeunes filles. 

20180302-leatitia-nonone-sg-005-1170x480-c-default.jpg (29 KB)

@Le Bondy Blog

La liste serait longue si on devait toutes les énumérer, avec tous ces projets pour la jeunesse qu’elles portent à bout de bras, tous ces défis qui reposent sur leurs épaules. 

Aujourd’hui il est important de rappeler que ces femmes engagées font beaucoup de travail avec peu de moyens. Elles bataillent pour obtenir des subventions de la mairie, se démènent pour trouver des locaux et pour pouvoir militer sur la durée. 

Il y a quelques mois, Emmanuel Macron a annoncé un « grand plan » pour aider les petites associations de banlieue. Une belle promesse qui devra se traduire désormais en actes. Car si ces femmes sont déjà les piliers de la cité, il faut continuer à les soutenir et à les maintenir debout.

Écoutez Parler Femmes, le magazine des femmes de France et d'ailleurs, préparé et présenté par Hanan Zahouani, tous les dimanches de 16h à 18h en direct sur les ondes de France Maghreb2 ou sur notre application à télécharger sur play store. Retrouvez l'intégralité des podcasts Parler Femmes sur le www.francemaghreb2.fr tous les dimanches à partir de 18h30.