Actualités

La police parisienne épinglée pour des consignes racistes

14 avril 2019 à 17h12 Par La rédaction avec Anadolu Agency
Le défenseur des droits Jacques Toubon a dénoncé dans un rapport, des consignes racistes données à la police de Paris, leur demandant de procéder à des «contrôles d’identité de bandes de Noirs et de Nord-Africains et des évictions systématiques de SDF et de Roms», selon une information du JDD.

Le scandale a été révélé ce 14 avril par le journal du dimanche (JDD), citant le rapport du défenseur des droits, Jacques Toubon qui avait étudié le signalement d’une note discriminatoire datant de 2014 et vigoureusement dénoncé, le 2 avril, le « profilage racial » opéré par les forces de l’ordre.

Toubon estime, par ailleurs, que « les fonctionnaires de police ont exécuté des ordres, manifestement, illégaux » et pointe du doigt le fait que ce [profilage racial] « est susceptible d’engager la responsabilité du préfet de police de Paris ».

Il préconise, de ce fait, de mesurer « l’étendue des pratiques discriminatoires » en diligentant des enquêtes internes de l’Inspection Générale de la Police Nationale, en collaboration avec l’Inspection Générale des affaires sociales dans l’ensemble des commissariats de la capitale.

« Une telle pratique par les forces de l’ordre repose sur un profilage de personnes sur des critères exclusivement liés à ce qu’elles sont : leur apparence physique, leur origine, leur appartenance vraie ou supposée à une ethnie ou à une race ou leur particulière vulnérabilité économique, profilage racial et social contraire aux normes prohibant les discriminations et à l’obligation déontologique d’impartialité et de non-discrimination qui s’impose au fonctionnaire de police », écrit le défenseur de droit.

Jacques Toubon a envoyé ses conclusions au procureur de Paris qui, s’il le juge opportun, a la possibilité d’ouvrir une enquête.

Pour rappel, l’affaire avait été mise au jour par le journal Le Parisien, qui avait publié le 15 avril 2014 la note policière qui donnait ses consignes discriminatoires.