Actualités

La ville de Béziers interdit la tenue d'un stand par des femmes voilées

08 mars 2019 à 17h46 Par La rédaction avec Anadolu Agency
La municipalité considère qu'une telle manifestation "est contraire aux valeurs françaises de liberté et d'émancipation", provoquant de vives réactions sur les réseaux sociaux.
La  municipalité de Béziers interdit les femmes voilées à un salon de beauté.
Dans un communiqué de presse publié, vendredi, sur le compte twitter de la ville de Béziers (sud de la France), la municipalité a annoncé l'interdiction d'un stand tenu par des femmes voilées à l'occasion d'un "salon de la femme et du bien-être". 

Le communiqué, diffusé sur les réseaux sociaux, annonce que la ville "interdira l'ouverture du stand tenu par des femmes voilées". 

Un salon de la femme et du bien-être est prévu au Palais des Congrès de Béziers où un stand devait être tenu par des femmes voilées. De plus, un défilé avec des femmes voilées faisait également partie du programme. 
Or la Municipalité a décidé "d'interdire l'ouverture de ce stand et, par conséquent, le défilé", précise le communiqué. 
La ville considère "qu'une telle manifestation est contraire aux valeurs françaises de liberté et d'émancipation".    
Selon le contenu de ce communiqué, la ville prétend que "le port du voile islamique est incompatible avec le thème du salon". 

Suite à cette annonce, plusieurs citoyens ont vivement réagi à cette "interdiction contraire aux libertés fondamentales". 

L'Organisation Racism Islamophobia Watch (ORIW), a critiqué la position "liberticide de la ville". 
Selon les responsables de cette association, qui se sont exprimés au correspondant d'Anadolu, certains "tombent dans l'hystérie générale incompressible". Ils estiment dangereux la position de la ville qui consiste à "interdire une liberté sous prétexte que d'autres libertés sont bafouées".

En effet, dans ce même communiqué, la ville estime que "partout dans le monde des femmes se battent" pour ne pas porter le voile islamique.
 
Or, "justement cela doit rester un droit de le porter ou pas", précise les responsables de l'association.  
De son côté, Elias Imzalène, activiste sur les réseaux, estime que ce genre d'attitude "est la création d'une apartheid envers les musulmans".

Plusieurs internautes ont fait appel au Président de la République française, Emmanuel Macron, et au ministre de l'intérieur, Christophe Castaner, pour qu'ils rappellent les lois de la république à la Municipalité de Béziers.