Actualités

LEGISLATIVES MALI : L'ANCIEN PREMIER MINISTRE MOUSSA MARA SE CONFIE A FRANCE MAGHREB 2

01 avril 2020 à 14h17 Par Latifa Loucham
Ancien Premier Minsitre du Mali, Moussa Mara est candidat aux legislatives 2020
Crédit photo : LB

Les yeux se tournent désormais vers l’Afrique qui pourrait devenir le prochain continent durement touché par le COVID-19.
C’est dans ce contexte particulièrement alarmant selon l’OMS que se déroulent les élections législatives au Mali.

Ancien Premier Minsitre du Mali, Moussa Mara est candidat aux élections legislatives dans la commune IV de Bamako. Il se confie à France Maghreb 2 :

Vous vous êtes rendus aux urnes ce dimanche dans un contexte sanitaire et politique très difficile. Avec l’enlèvement du principal opposant Soumaila Cissé et les premiers décès du COVID-19 au Mali.

Pensez-vous que le second tour sera maintenu ?

Il appartiendra aux autorités de juger de sa pertinence. Ce sont elles qui organisent ces élections. Nous sommes des compétiteurs qui se soumettront à leur verdict même si notre position a toujours été de privilégier la santé de nos compatriotes

Quelles mesures ont été pour la sécurité des électeurs?

Les autorités avaient annoncé la mise en place de kits de lavage des mains dans les centres de vote, malheureusement ils étaient très insuffisants, ce qui n’a pas rassuré les électeurs

Nous avons complété ce dispositif et nous continuons dans ce sens

Pensez-vous que la population a peur aujourd’hui de subir cette épidémie venant de l’Europe ?

Absolumment, c’est ce qui a le plus joué sur le taux de participation qui a été seulement de 15% dans ma circonscription et de beaucoup moins dans d’autres circonscriptions

Pensez-vous que cette Epidémie touchera fortement le Mali,

Nous espérons que non même s’il est indispensable de se préparer au pire ; pour l’instant nous enregistrons une trentaine de cas et deux décès mais nous testons beaucoup de moins de cas suspects aussi

Quelles sont les mesures sanitaires que vous proposerez si vous êtes élus ?

Je suis candidat à un mandat législatif et non exécutif donc avec un pouvoir d’action limitée, mais il apparait certain qu’il convient de revoir le cadre législatif et règlementaire de notre pays en matière de gestion des situations d’urgence pour nous préparer à des évènements de ce type, aux nouvelles menaces sécuritaires, cyber terrorisme, bio terrorisme…

Le gouvernement pourrait-il fermer ses frontières ?

Cela est déjà le cas sauf pour les produits de consommations et les biens, ce qui est compréhensible pour un pays comme le Mali, enclavé et démuni

Avez-vous un message pour la diaspora malienne qui se demande ce que ces élections apporteront à leur communauté?

Le temps est à la solidarité et à l’implication de tous pour aider le pays à faire face à la pandemie COVID 19 ; la diaspora est à la pointe des combats de notre pays et un soutien indispensable à nos compatriotes ; je demande à chacun de poursuivre son engagement dans ce sens.