Actualités

Lettre ouverte au Président de la République Tunisienne sur la situation des Tunisiens résidant à l’étranger Par Tarek MAMI

21 mai 2020 à 22h50 Par Tarek Mami
Tarek Mami Journaliste, Président de la radio "France Maghreb 2"
Crédit photo : DR

Monsieur le Président
Vous avez été élu, triomphalement, par tous les Tunisiens de l’intérieur et de l’étranger. Ils ont tous retenu et soutenu votre slogan de campagne « le peuple veut » (Achhabou yourid). Aujourd’hui, je vous adresse cette lettre ouverte, pour vous faire réagir. Vous pourrez dire aux Tunisiens : « Si le peuple veut, le Président peut »

Monsieur le Président
J’ai eu le privilège de vous rencontrer, en ma qualité professionnelle de journaliste, pour une interview filmée* dans laquelle vous dites, publiquement, tout votre attachement aux Tunisiens résidents à l’étranger (TRE). Vous nous avez affirmé : « Les Tunisiens résidant à l’étranger sont présents pour la Tunisie. Ils sont des acteurs économiques importants, et des ambassadeurs de la Tunisie à l’étranger. Nos compatriotes resteront toujours des Tunisiens. Ils font partie de notre pays. Les Tunisiens à l’étranger sont dans nos cœurs. Ils doivent être représentés par le dixième des membres de l’Assemblée des Représentants du Peuple et disposer d’au moins 11 députés. Ils doivent participer à faire les lois, comme tous les autres Tunisiens. Je transmets, à travers vous, mes salutations aux Tunisiens à l’étranger

Monsieur le Président
Les TRE, ambassadeurs de la Tunisie à l’étranger, étaient estimés en 2018, par M. Mohamed Ali Nafti, directeur général des Affaires consulaires, au ministère des Affaires étrangères, à un million cinq cent mille personnes. Depuis, ce chiffre ne cesse d’augmenter. Ils constituent, à travers le monde, une Diaspora porte-drapeau de la Tunisie éternelle. Leur nombre représente, aujourd’hui, peu ou prou le cumul des populations des zones urbaines des gouvernorats de Gafsa – Béja – Le Kef – Siliana - Zaghouan – Kébili – Tataouine – Tozeur.

Monsieur le Président
Les TRE, ambassadeurs de la Tunisie à l’étranger, viennent d’apprendre, par simple affichage mural dans les consultas, en pleine crise sanitaire mondiale de la Covid 19, avec effroi, surprise, étonnement, et stupéfaction qu’à compter du 12 mai 2020, le tarif de leur passeport Tunisien, d’une durée de cinq ans, passe, subitement, de 30€ (près de 100 dinars tunisiens), payable en espèces, à 88€ (près de 300 dinars tunisiens). Soit une augmentation vertigineuse de près de 300%. Et le double du cout du passeport français, qui est de 96€, pour une durée de dix ans pour un SMIC qui représente 4 fois le SMIC tunisien.

Monsieur le Président
Je viens, par cette lettre, dénoncer l’art et la manière de l’adoption de cette décision inique. Aberrante politiquement. Scandaleuse économiquement. Anticonstitutionnelle juridiquement. Elle viole le droit, à l’égalité des droits, de plus de quinze pour cent du peuple tunisien. Elle est tout simplement discriminatoire, dans un pays qui ne cesse de voter des lois contre les discriminations, faites à toutes les minorités.
L’art et la méthode de prise de cette décision (de très mauvais goût) est mesquin et misérable. Il tend à diviser les « Tunisiens de l’intérieur et les Tunisiens de l’extérieur ». A les opposer les uns aux autres. A créer une Fitna (discorde) , entre Tunisiens, en plein Ramadan et crise sanitaire du Coronavirus.
La manière et la méthode de prise de cette décision abracadabrantesque passe par la création d’un faux taux de change qui, par un mauvais tour de prestidigitateur, transforme le plomb (le Dinar Tunisien) en or (l’euro). Il établit une nouvelle équivalence, hors sol. 1 dinar = 1 euro. Ce taux de change est applicable par le seul ministère des Finances et au seul endroit des TRE. Sarcastiques, nous formaliserons, bientôt une blague à la tunisienne : tu préfères le taux de change de la Banque centrale ou celui du ministre des finances ? Je te donne mes Dinars tu me donnes tes euros !!

Monsieur le Président
Monsieur Le ministre des Finances a-t-’il eu la fulgurance de consulter ??? Les députés tunisiens, représentant les Tunisiens résidant à l’étranger, les responsables de l’Office des Tunisiens à l’étranger, les Ministères des Affaires Sociales et des Affaires Étrangères, et autres ambassadeurs et consuls Tunisiens à travers le monde.

Monsieur le Président
Ce faux taux de change a été inventé, de toutes pièces, par un sombre technocrate, dans les couloirs du ministère des Finances. Il a été validé par d’autres sombres technocrates dans les couloirs de la Kasbah. Ce taux de change fictif est contresigné par le ministre des Finances, censé veiller à la crédibilité et à la transparence, devant tous, de l’économie du pays. Ce «Karar» veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Alors chiche !!! Appliquons ce taux de change à l’envers. Ou plutôt à l’endroit du ministère des Finances, et de son ministre signataire, à titre personnel, car il responsable de ses actes et de ses signatures. Nous pourrons lancer une cagnotte publique solidaire pour collecter un million de dinars (soit moins de trois cent mille euros) que nous verserons dans les caisses du ministère des Finances contre un remboursement d’un million d’euros. Et Nous serons, peut-être, quittes. Les participants à la cagnotte solidaire se verraient alors rembourser leur versement. Ils recevraient un euro pour chaque Dinar versé.

Monsieur le Président
Le sens de la responsabilité et l’amour de la Tunisie m’empêchent d’avoir l’outrecuidance de demander à Monsieur le ministre des Finances d’appliquer son nouveau taux de change fictif à tous les comptes dépôts en devises en Tunisie, et aux avoirs, en devises des banques tunisiennes, en convertissant les euros en dinars, et en établissant sa nouvelle parité 1 euro = 1 dinar. Je lui laisse le soin d’imaginer les conséquences d’une telle application de son taux de change, sur les avoirs en devises en Tunisie.

Monsieur le Président
Comme le ridicule ne tue pas, je m’adresse à vous, en votre double qualité d’éminent professeur de droit constitutionnel, et de Président de la République Tunisienne garant du respect de la Constitution, notamment son Chapitre II, Des droits et Libertés, et l’article 21 qui dicte : « Les citoyens et les citoyennes sont égaux en droits et en devoirs. Ils sont égaux devant la loi sans discrimination ».
De ce fait, cette décision est clairement discriminatoire et anticonstitutionnelle. Elle introduit une rupture d’égalité des droits entre les citoyens d’un même pays. Elle crée, dorénavant, de fait, aux yeux du ministère des Finances, deux collèges de Tunisiens, les Tunisiens de l’intérieur et les Tunisiens de l’étranger. Sa non éventuelle publication au journal officiel de la République Tunisienne, consacrerait, de plus, l’amateurisme de son avènement.

Monsieur le Président
Vous connaissez l’esprit phénicien des tunisiens de l’intérieur et de l’extérieur, leur imagination créatrice et leur résilience. Cette décision extravagante risque de se retourner contre l’économie tunisienne. Le ministre des Finances en cherchant à engranger quelques millions d’euros à très court terme, risque d’en faire perdre, au pays, beaucoup plus à moyen et long terme. Pour « fuir » le triplement du prix du passeport, beaucoup de TRE trouveront les moyens juridiques d’échapper à ce matraquage fiscal. Certains TRE binationaux utiliseront dorénavant leur second passeport pour rentrer en Tunisie. Ils ne renouvelleront pas leur passeport tunisien, dont ils n’auront plus l’utilité. Ces derniers seront vite rejoints par beaucoup de Tunisiens, notamment les jeunes générations qui se désintéresseront du passeport du « pays de leurs parents ». Certains TRE mono-nationaux feront correspondre leur retour, en Tunisie, avec les délais légaux du renouvellement de leur passeport, afin de procéder à cette formalité, au pays pour 80 dinars au lieu des 300 dinars payés en espèces aux consulats. D’autres qui n’auront pas les moyens financiers, au vu de la composition de leur famille, ne renouvelleront pas, tout simplement, leurs passeports et ne se rendront pas de sitôt en Tunisie, une fois leurs passeports périmés. Et la liste des méfaits et conséquences de cette décision irréfléchie est longue et non imaginable ce jour. Et je n’ose pas imaginer, à ce stade, les éventuelles conséquences, désastreuses, de la réaction des TRE qui, par acrimonie et sentiment de rejet, décident de diminuer ou de supprimer leur apport financier, à l’économie tunisienne, tant à travers la baisse des montants de leur envoi en devises, que par leurs investissements économiques directs, en Tunisie.
Faut-il rappeler, à Monsieur le ministre des Finances que, d’une part, les transferts des TRE, en devises, ont été estimés à près de 2,5 milliards $ US en 2016, soit près de 10% du PIB. Un montant cinq fois supérieur à celui de l’aide internationale au développement et trois fois supérieur aux IDE (Investissements directs étrangers), et aux recettes générées annuellement par le tourisme. Et que d’autre part, les TRE fournissent près de 50% du chiffre d’affaires de Tunis-air. Ces indications « remittances» de 10% du PIB figurent, noir sur blanc, dans le rapport du FMI «Perspectives mondiales 2017» (14 octobre 2019- P99), sous l’indication «l’implication de la diaspora tunisienne est constante depuis la révolution et booste l’économie nationale», avec un apport économique brut de 12 à 13% du PIB.

Monsieur le Président
Cette malheureuse décision est d’autant plus désastreuse qu’elle survient, quelques mois, après les dernières élections présidentielle et législatives qui ont vu la participation d’à peine 5% des TRE, nécessairement titulaires de carte d’identité et ou de passeport tunisien. Est-ce à dire que l’on vise à supprimer le corps électoral des TRE, à travers la suppression de la possibilité d’obtention des passeports, par l’augmentation de leurs coûts. Une prononciation de la déchéance électorale, qui ne dit pas son nom.

Monsieur le Président
Cette malencontreuse décision, prise en dépit du bon sens, est ingrate. Elle efface le témoignage du maintien des liens très forts que les TRE entretiennent avec leur pays d’origine, et transmettent à leurs enfants. Elle ignore la dimension émotionnelle du cordon ombilical, (silat arrahim), entre générations. Ce faisant Monsieur Le Ministre des finances continue à vivre, mentalement, dans les années 1960, et sa notion de « travailleurs émigrés », et n’a pas encore intégré le fait du passage à la Diaspora.

Monsieur le Président
Avec cette décision, Monsieur Le Ministre des finances vient de donner un nouveau sens à l’expression, couru par ces temps de pandémie de Coronavirus, la distanciation sociale. Cette expression signifiera dorénavant: «Tunisiens résidant à l’étranger: restez chez vous à l’étranger». Car vous êtes devenus étrangers à la Tunisie, pour la Tunisie. Une prononciation de la déchéance de la nationalité tunisienne, qui ne dit pas son nom.

Monsieur le Président

Devant cette situation qui institue et légalise la discrimination entre citoyens Tunisiens par un simple «Karar» du ministre des Finances, nous serons nombreux à nous battre, par tous les moyens légaux que la Constitution tunisienne nous donne, y compris par la saisine des tribunaux compétents.

Monsieur le Président
Pour toutes ces raisons, et bien d’autres encore, je vous adresse cette lettre pour vous demander de jouer votre rôle d’arbitre entre le gouvernement, et son ministre des Finances, d’une part, et les TRE, d’autre part. Agissez, faites retirer cette malencontreuse décision qui n’honore pas la Tunisie, et mettez fin à son application. Et ça ne sera que justice à l’égard des TRE.

Monsieur le Président
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma très haute considération.

@TarekMami