Actualités

Mais qui est M. Abdelmajid Tebboune, le nouveau président algérien ? (portrait -vidéos)

15 décembre 2019 à 15h49 Par La rédaction avec AA
Abdelmajid Tebboune, nouveau président algérien élu, le 12 décembre 2019
Crédit photo : Capture d'écran télévision algérienne

Abdelmajid Tebboune, 74 ans, considéré par certains comme un apparatchik de l'ancien régime, mais limogé de son poste de Premier ministre par Bouteflika

Abdelmajid Tebboune, 74 ans, vainqueur des élections présidentielles, qui se sont tenues cette semaine en Algérie, a une longue histoire au service de l’Etat, notamment un bref passage à la présidence du gouvernement. Il a rendu hommage au mouvement de protestation qu’a connu le pays cette année et qui avait conduit à la démission du président Abdelaziz Bouteflika.

Avec un faible taux de participation de 40% et sur fond de protestations populaires, Tebboune a obtenu 58% des suffrages.

Abdelmajid Tebboune a occupé différents postes ministériels sous la longue présidence d’Abdelaziz Bouteflika. Il a notamment été ministre de la Culture et de la Communication en 1999 et ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme en 2000-2001.

Tebboune n'a exercé les fonctions de Premier ministre que 81 jours, avant d'être limogé en août 2017. Bouteflika, qui a été contraint de démissionner en avril à la suite de manifestations à l'échelle nationale, avait limogé Tebboune pour avoir poussé sa lutte contre la corruption, jusqu’à tenter de prendre des mesures contre des hommes d’affaires proches du régime.

Né en 1945 dans la province orientale de Naama, il a étudié à l'École nationale d'administration et a obtenu, en 1969, un diplôme d'économie et de finance.

Tebboune a été nommé à divers postes administratifs, puis a été tour à tour, entre 1984 et 1991, gouverneur de Tiaret, Adrar et Tizi Ouzou.

Bien que revendiquant son appartenance à l'ancien régime, Abdelmajid Tebboune a rendu hommage au mouvement de protestation qu’a connu l’Algérie, et qui a débuté au mois de février 2019, sans toutefois critiquer l'establishment militaire.

"C'est un mouvement béni qui a sauvé le pays d'une catastrophe politique", a-t-il un jour déclaré à des médias locaux.

- 54 engagements


Le programme électoral du nouveau président comprend 54 «engagements», à réaliser au cours de son mandat de cinq ans.

Au sommet de l'agenda de Tebboune, il y a «la mise en place d'une nouvelle République qui répond à l'aspiration du peuple» et «la promotion d'une démocratie participative».

Il promet de mettre en œuvre un ensemble de «réformes globales» qui affecteront toutes les institutions de l'État.

Tebboune, qui s'est présenté comme candidat indépendant, a souligné lors d'un débat présidentiel télévisé, la nécessité de réviser la constitution et a appelé à "une véritable séparation des pouvoirs".

Il a déclaré que la plupart des problèmes de l'Algérie, notamment le chômage, ne peuvent être résolus qu'en reconstruisant une économie forte pour remplacer «l'économie de rente peu développée» du pays.

Tebboune a déclaré qu'il soutiendrait les petites entreprises et les startups des jeunes et essaierait de «les intégrer dans l'économie du savoir».

"Les jeunes ne peuvent demeurer marginalisés", a-t-il déclaré

Et d’ajouter : «La jeunesse algérienne doit jouer un rôle de premier plan» dans le développement du pays.

Sa feuille de route économique, telle que présentée à partir de ses engagements électoraux, se concentrera sur la mise en œuvre d'un commerce ouvert à l'économie mondiale - en particulier la zone de libre-échange arabe (ZALE) et la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) - ainsi que la relance des négociations qui permettront à l'Algérie de rejoindre l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Toujours considéré par beaucoup comme un apparatchik du régime Bouteflika, Tebboune a promis lors de sa campagne, que son programme politique répondrait aux revendications formulées par les manifestants en avril.

Le (+) Plus France Maghreb2 : mieux connaitre M. Abdelmajid Tebboune, à travers des documents vidéo et autres :

 Biiographie de M. Abdelmajid Tebboune selon Wikipédia