Actualités

Tribune - Islam en France : sommes-nous devenus fous ?

28 octobre 2020 à 14h53 Par Maitre Asif ARIF  
Crédit photo : Google images

Mais que se passe-t-il au pays des Lumières de Voltaire, du « J’accuse » de Zola ou de l’étranger de Camus ? Avant même l’attentat ayant frappé la République dans sa colonne vertébrale en assassinant un de ses représentants le Professeur Samuel Paty, une étrange sensation se dégageait de l’ambiance dans notre pays. Notre Président de la République nous annonça, coup après coup, que nous allions désormais voter une loi sur le séparatisme et que nous allions subir les limitations imposées par un couvre-feu de 21 heures à 6 heures du matin.

Suite à ces annonces, un attentat touchera le Professeur Samuel Paty qui sera lâchement assassiné et des slogans, des revendications, des condamnations vont suivre. On nous annoncera qu’il faut mettre fin au droit d’asile, expulser tous les étrangers qui seraient fichés S, prononcer la déchéance de nationalité pour les doubles nationaux et attaquer « l’islamo-gauchisme » de plein fouet, celui-ci étant responsable des attentats. Plusieurs personnalités publiques musulmanes, qui n’ont pas à prouver leur républicanisme, seront assimilées à des « islamistes » en puissance, complotant contre la République ses valeurs.

Sommes-nous devenus fous ?

Je pose ainsi ce constat : sommes-nous devenus fous ? Cette folie qui vise à accuser, sans preuve, sans débat, sans discussion, sans connaissance des sujets, des journalistes, des avocats, des hauts fonctionnaires de complaisance avec le terrorisme ? Nous sommes fous. Nourrie par cette folie de toujours répondre à un attentat par davantage de répressions, davantage de limitations de libertés alors même que, jusqu’à présent, la limitation de nos libertés n’a apporté aucun résultat substantiel. Au contraire, elle a polarisé le débat, ouvert un boulevard aux lieux communs, aux préjugés et aux stigmatisations.

Françaises, Français, il faut nous réveiller

Il faut nous réveiller, Françaises, Français. Il faut éveiller notre soif de justice, notre volonté de combattre le terrorisme, qui souhaite que adoptions des législations d’exception, en leur montrant notre souhait de rester attacher à notre État de droit. Lorsque le Ministre de l’Intérieur nous annonce qu’il va procéder à des enquêtes simplement « pour faire passer des messages », nous devons instantanément penser au « J’accuse » d’Émile Zola, qui s’était soulevé contre un pouvoir aux tendances antisémites, qui avait mis de côté les grandes libertés proclamées sous la Troisième République.

Françaises, Français, il faut nous réveiller. Il faut que nous soyons des soldats de la République, mais ni au détriment de notre liberté de culte, ni au détriment de nos libertés fondamentales. Nous ne souhaitons pas que l’interdiction du blasphème se réinstaure dans notre paysage législatif, mais nous ne souhaitons pas, non plus,faire de nos compatriotes musulmans, des bouc-émissaires à chaque attentat. Nous devons rester souder ensemble où ce triste constat de Luther King va se révéler être une réalité cauchemardesque : "nous allons mourir, ensemble, comme des idiots".

Nous ne devons pas laisser la folie guider notre débat public. Ce n’est pas jetant les musulmans en pâture, en les désignant comme les responsables de nos maux que nous allons combattre la radicalisation et les passages à l’acte. Ce n’est pas en abandonnant notre droit d’asile, et donner tout pouvoir à l’exécutif pour mener des enquêtes judiciaires que nous allons également soigner les blessures que suscite chaque attentat dans nos cœurs. Ne pensez-vous pas que notre jeunesse mérite mieux que ces débats stériles ? Ne pensez-vous pas que nous devons laisser un pays de libertés à nos enfants et non un pays où leur moindre faits et gestes seront tracés ? Souhaitons-nous réellement que d’un pays où la présomption d’innocence est la règle nous passions à un pays où la présomption de culpabilité est devenue la règle ?

Française, Français, le combat que nous devons mener, tous ensemble, contre le terrorisme ne pourra pas se faire en reniant nos libertés, en donnant dans les lieux communs et en ne réfléchissant pas. Nous ne devons pas réagir ensemble, mais réfléchir ensemble. L’Histoire nous rappelle que les lois d’exception, les lois fondées sur l’émotion et la peur n’ont jamais été le signe d’une démocratie en bonne santé ; elles sont les signes avant-coureurs d’une civilisation en déclin.

Ne jouons pas au jeu de carte proposé par les commentateurs et autres pompiers pyromanes qui se teintent d’une atteinte à la liberté d’expression alors qu’ils sont présents sur tous les plateaux de télévision, tous les jours, pour nous asséner des leçons visant à nous détruire ensemble, à nous diviser collectivement et a vidé notre réflexion en tant que Nation.

Tous ensemble

Nous nous aimerons tous ensemble que si, ensemble, nous répondons au terrorisme. Mais cela passe par la reconnaissance et le constat de notre folie actuelle. Alors, je vous pose à nouveau la question : Françaises, Français – sommes-nous devenus fous ?

Asif Arif, Avocat au Barreau de Paris, Essayiste, Républicain, Musulman, Laïque et fier de l’être.

  

Vidéos