Actualités

Tunisie : soupçon de proximité avec le mouvement politique Coalition Al Karama, de Jamel Gorchene, l’assassin de la policière de Rambouillet Stéphanie M

28 avril 2021 à 14h45 Par Tarek Mami
Elle a indiqué qu’il a été prouvé que l’assassin est entré à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) avec l’autorisation de la Coalition Al Karama, précisant que ce dernier fait partie de ses supporters.
Crédit photo : Capture d'écran télévision tunisienne

Attaque terroriste de Rambouillet : une Polémique fait rage en Tunisie sur la proximité de l’assassin avec le mouvement coalition Al Karama (La dignité), considéré par certains observateurs de la scène politique comme « un mouvement islamiste radical », et « sa présence » à l’ARP (l’Assemblée nationale tunisienne), selon la députée Leila Haddad, du mouvement Achaab (Le peuple)

Le site tunisien, « Tunisie Numérique », publie une vidéo* dans laquelle la députée tunisienne Leila Haddad déclare que « L’assassin de la policière française, à Rambouillet, est entré au siège de l’ARP avec l’autorisation de la Coalition Al Karama. (Vidéo en langue arabe)

Stéphanie.jpg (54 KB)

Dans une déclaration accordée hier à la correspondante de Tunisie numérique, la députée affiliée au Mouvement Echaâb Leila Haddad a commenté l’attaque terroriste de Rambouillet qui a couté la vie à la policière française Stéphanie Monfermé.

 Elle a indiqué qu’il a été prouvé que l’assassin est entré à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) avec l’autorisation de la Coalition Al Karama, précisant que ce dernier fait partie de ses supporters.

Mme Haddad a estimé que cela prouve qu’Al Karama adresse des messages extrémistes à ses supporters, ce qui nuit à l’image de la Tunisie à l’étranger, ajoutant que notre pays est vu aujourd’hui comme une usine à terroristes.

L’éventualité du passage à l’ARP de l’assassin tunisien de la policière française rapportée par le site Tunisien, qui n’a pas été confirmée par d’autres médias tunisiens et étrangers, reste toutefois à confirmer, par les autorités tunisiennes, qui n’ont pas encore réagi à cette déclaration, pour la confirmer ou la démentir.